Publié dans Editorial

Jeu dangereux

Publié le jeudi, 13 juillet 2017

Le régime franchirait-il le Rubicon ? Serait-il en train de commettre l’irréparable ? Telles sont les questions que se posent observateurs et analystes politiques face aux dérives autoritaires des barons de l’Etat. A en voir de près, Madagascar n’est plus loin du sinistre sinon de l’apocalyptique état dans lequel s’enlisent certains pays d’Afrique tels le Burundi, la République démocratique du Congo (Rdc) ou même le Soudan du Sud où disparitions mystérieuses, enlèvements systématiques et arrestations arbitraires des journalistes ou dirigeants politiques gênants font partie du lot quotidien de la population.

En Rdc, particulièrement, la « mine poudrière » au Kasaï résulte d’un imbroglio sociopolitique incontrôlé. D’aucuns soulèvent, peut-être, que les exemples que nous avions choisis relèvent des cas extrêmes,  mais au rythme actuel des choses, Madagascar se dirigera, à coup sûr, vers cette situation. Au dernier Conseil du Gouvernement, le Premier ministre (Pm) ordonnait, aux hauts responsables, d’user la manière forte pour traquer les détracteurs. Des mesures de rétorsion qui ne font que ternir davantage l’image, déjà sombre, du pouvoir. Pas plus tard qu’en début de semaine, l’Ong « Amnesty International » interpellait les dirigeants politiques de la situation très préoccupante concernant le non- respect des droits de l’homme dans le pays. Cet organisme international dénonce la vulnérabilité du respect du minimum des droits relatifs aux conditions humaines à Madagascar. Les erreurs persistent. De source généralement informée, les tenants du régime concocteraient des mesures coercitives à l’encontre de l’ancien Chef de l’Etat. En effet, suite aux manifestations de rue que les partisans du « Tim » bravaient à Anosy et à Analakely, samedi 8 juillet, et qui ont failli dégénérer, le régime ne compte pas rester les bras croisés. Les proches collaborateurs de l’homme fort d’Iavoloha le bousculeraient à sévir.
 La liberté d’expression et d’opinion est plus que jamais menacée. Les actes d’intimidation deviennent de plus en plus osés et franchissent, pour certains cas, le point de non-retour. Le nouveau ministre de la Communication, un ancien « camarade de lutte » du Mouvement pour la liberté d’expression (Mle), au lieu de faire le nécessaire à maîtriser la flamme, jette de l’huile sur le feu. Une option qui s’inscrit dans la ligne pure et dure des cadres dirigeants du Hvm. L’avenir nous le dira concernant la portée d’une telle démarche. En tout cas, une tentative de discréditer ou banaliser un mouvement, largement soutenu, aura un effet de boomerang. Certes, il prônait le dialogue, mais soyons sincère, de quel « dialogue » veut-on ? De toute façon, l’usage de la force, quelque soit sa forme, ne conduira jamais à une solution acceptable et durable.
Quoi qu’il en soit, les dérives totalitaires des tenants du pouvoir s’érigent en mode opératoire « normal » en ces temps difficiles et complexes. Les barons qui nous gouvernent affichent leur volonté d’écraser tout sur leur passage. Un rouleau compresseur qui ne s’arrête pas devant n’importe quel « objet ». Un fait qui nous rappelle l’image de Tian’anmen (printemps 1989, Chine). La Communauté internationale se préoccupe de l’éventuelle escalade de provocations portant atteinte à la stabilité qu’elle entend préserver coûte que coûte. Ce jour, du côté d’Ivandry, l’ambassadeur de France emboiterait-il le pas des autres grandes chancelleries qui, pour leur part, avaient décrié la situation dégradante de l’Etat de droit à Madagascar. Le régime mise gros dans ce genre d’aventure, sans fin, en se livrant au jeu dangereux.

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Syndicats magistrats - greffiers - Grève générale et illimitée décrétée
  • Retouche de la Constitution - Une mission du futur président élu selon Camille Vital
  • Corruption et abus de fonction à Morondava - Un officier supérieur et un élu dans le viseur de la justice
  • Conjoncture socio–économique - Le régime se limite aux promesses trimestrielles
  • Expulsion de l'île Juan de Nova - Plainte des pêcheurs malagasy contre la marine française
  • Conjoncture politique - Qui veut éliminer « Neny » Lalao Ravalomanana ?
  • Jean Omer Beriziky - Le Président Rajaonarimampianina, source de la déstabilisation
  • 72e sommet des Nations unies - Ultime test de patriotisme pour Hery Rajaonarimampianina
  • Constitution de la IVe République - Les violations flagrantes du régime…
  • Président Hery Rajaonarimampianina - Un soudain sursaut de réveil pour les archives

La Une

Editorial

  • Incendiaire
    Un puissant séisme politique secoue le Togo et menace sérieusement la dynastie Gnassingbé.  L’opposition togolaise conteste, de la manière la plus énergique et déterminée, l’acharnement des Gnassingbé à s’incruster au pouvoir. A l’issue d’un coup d’Etat en 1967 au Togo, un petit Etat d’Afrique occidentale, sur le Golfe de la Guinée, le Lieutenant Colonel Etienne Gnassingbé Eyadema monta au pouvoir. Il y resta jusqu’à sa mort en 2005, soit, 38 ans de règne sans partage. Son fils Faure Gnassingbé, avec la complicité de l’Armée, lui succéda. « Réélu », successivement en 2010 et 2015, il compte rééditer le schéma classique, comme une lettre à la poste, en 2020. Seulement voilà, l’opposition monta au créneau et décida de lui barrer la route.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff