Publié dans Editorial

L’arroseur arrosé

Publié le vendredi, 14 juillet 2017

Marc Ravalomanana et ses ouailles, membres et sympathisants du Tim venus nombreux, n’ont pas pu, jusqu’au dernier moment, investir le stade municipal de Mahamasina, il y a une semaine exactement,  pour célébrer le 15e anniversaire du parti que l’ex Président de la République a fondé. Les Forces de l’ordre eurent raison du jusqu’au-boutisme de  Marc Ravalomanana. La célébration tournait court et faillit dégénérer de peu en troubles incontrôlables si les tensions n’ont pas été vite maîtrisées.

Très remonté par la tournure néfaste des  évènements, l’ancien homme fort du pays vitupérait les tenants du régime de l’avoir interdit l’accès à son… « Stade ». C’est une insulte qu’il n’était pas du tout prêt à admettre. Selon l’avis unanime des observateurs, Marc Ravalomanana ne fait que subir l’effet d’un retour de manivelle. Un revers qui, au final, le méritait.  Et si l’actuel locataire d’Iavoloha agit de façon peu cavalière de la sorte à son égard, il savait pertinemment comment Monsieur l’ex-Chef de l’Etat se comportait quand il était au pouvoir. Tenant d’une main de fer le régime, Ravalomanana faisait subir l’enfer à ses détracteurs. A tous ceux ou celles qui osaient le braver, il les humiliait. On se rappelle du sort qu’il avait infligé aux  grévistes, magistrats ou membres du Syndicat des enseignants-chercheurs (Seces) et autres, en voyant leurs salaires suspendus. Sinon le cas de ces opérateurs économiques empiétant les domaines d’action du « Tiko » et qui se trouvaient en prison pour des motifs d’accusation fallacieux, voire arbitraires. Totalement impuissants face au rouleau compresseur de l’empire « Tiko », ils finissaient par se  terrer ou par… mourir en prison. Le malheureux cas des « Trois frères » d’Andrefan’Ambohijanahary reste encore gravé dans les esprits. Les tragiques évènements de 2008-2009, lors des soulèvements populaires, marquèrent de façon indélébile la cruauté des répressions du régime Ravalomanana. Le souvenir est encore vif dans les mémoires des  victimes. L’occasion fut offerte sur le plateau à ce leader de parti, se réclamant l’étiquette de « libéral », de rendre à l’ancien Président la monnaie de sa pièce. Ce dirigeant politique est sorti de ses gongs pour l’interpeller, lui et les « autres » d’ailleurs, qu’il qualifiait de « vieux brisquards butés ». Un geste qui ne manquerait point de ravir et faire le grand plaisir d’Iavoloha. Devenu proche du régime, le leader du  « fédéralisme sahaza » reprochait à l’ancien exilé de l’Afrique du Sud de vouloir, à tout prix, semer le trouble. Trop enclin de recourir au forcing,  Ravalomanana, comme l’actuel d’ailleurs, fonce la tête baissée, pourvu qu’on atteigne l’objectif. Battu aux élections communales de 2007 notamment à Antananarivo, Marc Ravalomanana, tout puissant Président de la République, n’avait jamais digéré la déroute. En effet, le jeune opérateur Andry Nirina Rajoelina, présenté par le Tgv, écrasait par des scores sans appel, dans tous les quartiers de la capitale, son poulain Rafalimanana. Du coup, le bouillant et imprévisible Président Ravalomanana faisait subir le calvaire, sinon l’enfer au jeune maire de la Capitale. Il ferma le robinet des subventions au profit de la Commune urbaine d’Antananarivo. L’équipe du maire avait dû se débrouiller, ailleurs, pour alimenter la caisse de la Commune. En général, quand Marc Ravalomanana avait entre les mains les pleins pouvoirs, il se plaisait à montrer ses « muscles » et à bomber son torse pour réprimer, vertement, toute tentative de… déstabilisation.  Maintenant, il devenu l’arroseur arrosé !
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Baccalauréat 2017 - Fuite de sujets impossible
  • Détournement de deniers publics - Claudine Razaimamonjy aperçue en ville
  • Meurtre du jeune Golo Achimo à Nosy Be - Un inspecteur de police accusé de complicité
  • Circulation - Hécatombes sur les routes nationales
  • André Rasolo - La dérive dictatoriale du régime dénoncée
  • Groupe des Experts Nationaux - Madagascar sur « une poudrière »
  • Marc Ravalomanana à Mandritsara - Visite sous haute surveillance policière
  • Presse internationale - La piètre image du régime Rajaonarimampianina
  • Palais de Mahazoarivo - Qu'est-ce qu'il s'y passait ?
  • Colonel Coutiti Assolant - Devenu un farouche partisan du Hvm

Editorial

  • Bérézina scolaire
        C’est la déroute ! L’année scolaire se termine par des résultats plus que catastrophiques. Les taux des admis aux examens officiels relevant du ministère de l’Education nationale (Men), à savoir le Cepe et le Bepc, descendent tous au-dessous de la barre des 50 %, et même en dessous des 20 à 10 % pour certains cas.  

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff