Publié dans Editorial

Le Pakistan, bien loin !

Publié le dimanche, 30 juillet 2017

Le Premier ministre Nawaz Sharif, d’après Radio France Internationale (Rfi), est destitué de son poste de chef de Gouvernement pakistanais. Suite à l’arrêt de la Cour suprême du Pakistan, Nawaz Sharif fut déchu de son mandat de député au Parlement. Comme motif, il est reconnu coupable de corruption à grande échelle. Aussitôt le verdict tombé, Nawaz Sharif démissionne et le Gouvernement est dissout. Le Pakistan, une République islamique d’une superficie environ une fois et demie de celle de Madagascar mais six fois, à peu près, de la population malagasy. Un Etat fédéral ouvert sur l’océan Indien, se trouvant entre l’Afghanistan, à l’ouest, et l’Inde à l’est. Comme son grand voisin, l’Inde, le Pakistan possède un arsenal nucléaire.

C’est un grand producteur mondial de riz. Dans ce pays qui est, géographiquement et politiquement, bien loin de chez nous, la démocratie en dépit des tensions tribales et religieuses récurrentes, n’est pas un vain mot et l’Etat de droit vit de sa lettre de noblesse. Nawaz Sharif, un vieux « routier » et un homme aguerri de la politique au Pakistan, dut démissionner de son poste de Premier ministre à la suite d’une décision irrévocable de la Justice (la Cour suprême). La Haute juridiction pakistanaise le reconnait coupable de corruption et le condamne à la destitution en tant que parlementaire. Selon le juge, sa conduite déviante, n’est pas digne d’un député, un haut représentant du peuple pakistanais. On lui reprochait de mener, avec sa famille, un train de vie en totale disproportion d’avec son gain officiel. Ainsi, les enquêtes menées par les services compétents établirent, de façon incontestable, la pratique de la corruption. La loi en vigueur de la République islamique ne tolère jamais toute malversation de ce genre. La preuve, Nawaz Sharif, malgré son statut de parlementaire et de sa posture de Premier ministre, chef du Gouvernement, qui devrait lui soustraire, par la magie de l’immunité, les condamnations judiciaires, payait les frais de son écart de conduite. Le Pakistan est bien loin ! A Madagascar, une île de l’antipode des côtes pakistanaises, les tenants du régime affichaient leur volonté inébranlable d’écraser sous leurs bottes toutes formes de manifestation aspirant à la restauration d’un Etat de droit et hypothéquer ainsi la démocratie.  La corruption, dans tous ses états, culmine. Et tout cela, pour servir les vils intérêts d’une minorité en confisquant tout le pouvoir entre ses mains. De toute évidence, l’impunité règne et ne laisse aucune chance aux bonnes volontés de renverser la tendance. Le Premier ministre, cumulant le portefeuille du ministre de l’Intérieur, personnellement, impliqué dans des allégations de détournements de deniers publics, à propos des « subventions exceptionnelles » attribuées aux Communes, n’est nullement inquiété. La raison, peut-être, de vouloir garder le Département de l’Intérieur sous sa responsabilité directe, afin de pouvoir « étouffer » toute tentative de tirer en surface l’affaire. Le cas de Claudine Razaimamonjy nous instruit, en long et en large, sur la vraie image du régime. D’autres dossiers contribuent à noircir le tableau, mais il nous semble d’aucune utilité d’entrer dans les détails dans la mesure où l’affaire de cette richissime femme d’affaires suffit largement d’étayer
l’assertion. Le Pakistan, bien loin, tourmenté dans une spirale de violences, réussit par-dessus tout, à montrer au reste du monde l’exemple d’un Etat de droit.

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Députés - Capables de s’acheter des 4x4 mais pas des thermomètres !
  • Ministère de la Santé publique - 788 agents privés de salaire en pleine épidémie de peste
  • Décès d’Albert Zafy - Macron devance Rajaonarimampianina
  • Epidémie de peste - La barre des 100 décès bientôt atteinte
  • Sarah Rabearisoa - Rajaonarimampianina, responsable devant l’histoire
  • Présidence du Sénat - Les jours d’Honoré Rakotomanana, comptés
  • Trafic illicite de bois de rose à Singapour - Mbola Rajaonah, commanditaire !
  • Président Zafy Albert - Vibrant et émouvant hommage de tout un peuple
  • Veillée funèbre de Albert Zafy - Cri d’un citoyen écœuré
  • Professeur Zafy Albert - Un dernier « Mada Raid » vers le Nord

La Une

Editorial

  • Pour qui… ?
    C’est confirmé, Rivo Rakotovao débarque au Sénat. Le bruit courait, depuis un certain temps,  qu’il allait siéger à Anosikely, et cela, pour exécuter une « mission spéciale ». Etant le numéro deux, dans le rang protocolaire des Institutions de la République, le Sénat sera appelé à tenir un rôle  stratégique, voire vital, durant les périodes d’avant, pendant et après les élections. Par voie de fait,  celui qui trônera au perchoir deviendra le deuxième personnage de l’Etat. A l’approche de la fin de mandat du locataire d’Iavoloha, le président du Sénat s’apprête à prendre les rênes de la direction des affaires de l’Etat, et ce, conformément aux dispositions des Articles 46, alinéa 2 et 52, alinéa 2 de la Constitution de la IVè République.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff