Publié dans Editorial

L’énième retouche ?

Publié le jeudi, 03 août 2017

De folles rumeurs inondèrent les salons, sous les chaumières, le week-end passé, selon lesquelles Iavoloha va procéder incessamment à la nomination d’un ou, plus exactement, d’une nouvelle Première ministre (Pm). La réception des Cv s’effectuerait, déjà, du côté d’Anosy. Selon des informations qui restent à vérifier, d’ailleurs, ils afflueraient. Les postulants n’en manquent pas. Et ils seraient prêts à payer… l’écolage. Eh oui ! Il faut payer.

Valable pour tous les prétendants aux Hauts emplois de l’Etat. Des allégations qui n’ont jamais été démenties formellement.Analystes et observateurs avertis doutent, sérieusement, de la pertinence de cette énième retouche ou peut-être remaniement ? Pour des changements de… tête, uniquement, il vaut mieux garder l’« existant », en place. Rien que des manœuvres dilatoires pour amuser la galerie, le Chef de l’Etat s’amuse à mettre en place des marionnettes. L’éventuel nouveau Pm, le ou la quatrième en espace de trois ans et demi, n’aurait jamais une marge de manœuvre ni les coudées franches à son compte.En somme, qu’est-ce que le commun des mortels attend du Président de la République ? Qu’il mette le holà à toutes ces aberrations qui, au final, hypothèquent l’avenir du pays. Le changement radical, à 180°, de la pratique politique et du mode de gouvernance, n’est pas de trop ! S’il faudrait, pour y parvenir, commencer par un vrai remaniement et sans tarder. En effet, le pays a tant besoin l’implication de nouvelles têtes, pour un nouveau souffle. On souffre trop de la dérive du pouvoir.Le Chef de l’Etat, avec le concours d’éventuels nouveaux responsables, engagés pour de bonne cause, n’aurait plus le choix que d’éradiquer les trois fléaux, à savoir la pauvreté, l’insécurité et la déviance financière (corruption et détournement de fonds). Il n’aurait pas non plus le choix que d’instaurer l’Etat de droit, essentiellement le respect de la démocratie, les droits élémentaires de chaque individu et l’indépendance de la Justice, ainsi que la disponibilité et la volonté de se plier aux décisions judiciaires. Les errements des barons du régime sont tels que le pays va tout droit vers l’impasse. Trop de sang coule. Trop de victimes des aberrations des hauts responsables passent de vie à trépas. Le régime doit se rendre compte et s’inquiéter de l’indifférence totale de l’opinion sur la probabilité ou non d’un remaniement. On n’accorde plus de crédit aux faits et gestes des dirigeants. Le divorce entre les tenants du pouvoir et le peuple est consommé. Le dernier, la population dans sa totalité, ne se fie plus aux paroles des premiers, c’est-à-dire à l’Etat (le « Fanjakana »). Le peuple se résolut à traiter, lui-même, par ses propres soins les affaires touchant le quotidien. Le secteur de la Justice et les entités des Forces de la défense et de la sécurité en sont les plus visés. La recrudescence des vindictes populaires à travers tout le territoire national témoigne de la dégénérescence des relations de confiance entre l’Etat et le peuple.En fait, le bruit relatif à un éventuel remaniement, voire à  une nomination d’un ou d’une nouvelle Pm, court depuis un certain temps. L’actuel locataire de Mahazoarivo, éclaboussé par des affaires pendantes auprès des services compétents chargés de traquer les « délinquants », serait dans la visière du locataire d’Iavoloha, le grand patron. L’énième retouche ! 

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo
  • Sefafi - « Une période électorale de tous les dangers »
  • Constats sur la Première dame - Des parlementaires défendent leur patronne…
  • Forum de Dakhla - Hajo Andrianainarivelo représente Madagascar

La Une

Editorial

  • L'ingérable
    La Grande île échapperait-elle à tout contrôle ? Les dirigeants, maîtres de ce régime, ne parviendraient-ils pas à maîtriser la gestion des affaires nationales ? Tout porte à croire que le pays est sens dessus dessous ! Une cacophonie d'indiscipline et de cafouillage où tout semble, apparemment, permis.

A bout portant

AutoDiff