Publié dans Editorial

De l'engagement social

Publié le vendredi, 04 août 2017

Le Groupe Sodiat, par l'entremise de l'une de ses grandes unités, la Polyclinique d'Ilafy, venait d'organiser une séance de circoncision en groupe, « didim-poitra faobe », à l'intention des petits garçons du personnel. Une tradition séculaire que les Malagasy pratiquent au même titre que les peuples des civilisations orientales, proches et moyen-orientales. La saison hivernale, vu la fraîcheur, est le moment idéal de la pratiquer.

En dépit de la morosité du climat des affaires, le Président-directeur général du Groupe Sodiat et Madame Mamy Ravatomanga ne se dérogent pas à la règle (morale) pour venir en aide à leurs compatriotes en cette période de grise mine, notamment les membres du personnel de son Groupe. En effet, les familles nécessiteuses de la Commune riveraine d'Ilafy ont déjà pu jouir de ce geste de bonne volonté.
Ainsi, très tôt le matin du samedi 29 juillet 2017, les parents ont emmené à la Polyclinique d'Ilafy leurs petits garçons d'un an et demi à trois ans. L'opération finie, chaque petit gagnera, en guise de cadeau, des jouets de son choix. Et si jamais il y a complication, le Centre le prendra en charge, selon le médecin responsable. Tout cela, tenez-vous bien, aux frais de madame et monsieur le Pdg. Un geste que le personnel du Groupe tient à apprécier beaucoup à sa juste valeur. Le généreux couple a bien voulu déléguer, à son nom, madame Herisoa Razakasoa, une des hauts responsables de la Direction du Groupe, afin de le représenter pour la circonstance et diriger l'aimable cérémonie.
En ce contexte de vache maigre, il n'est pas du tout évident qu'une Société ou une Entreprise quelconque s'engage à de telle œuvre sociale. Et comme nous le savons tous, le Groupe Sodiat n'est pas à son premier engagement dans ce domaine. A chaque fois que la circonstance les appelle, le Pdg et son épouse, fidèles à leur principe et bon an mal an, manifestaient leur bienveillance aux concitoyens et ne se défilèrent, jamais, à leur devoir envers la société, à commencer par le personnel du Groupe. Charité bien ordonnée, dit-on, commence par soi-même.
Il est rare, par les temps qui courent, de pouvoir croiser les chemins à des gens mieux placés du secteur public ou du privé au cœur… d'or. Quelqu'un qui porte en lui la tourmente, voire la douleur de l'existence de ses compatriotes. Sensible aux mille et un soucis des autres, ils ne peuvent pas rester indifférents.
C'est une question de culture et d'éducation qui, au juste, manque cruellement de nos jours, en particulier chez les dirigeants politiques et certaines élites sociales, intellectuelles et économiques. Avoir les meilleures pensées envers le prochain fait défaut, apparemment, auprès des nantis, « vato nasondrotry ny tany », du pays.
La démagogie et les fausses promesses des acteurs politiques, au pouvoir ou dans l'opposition, ternissent considérablement l'image de la pratique politique à Madagascar. Durant les campagnes électorales, trop de mensonges semés, à tort et à travers, sur le champ de « bataille politique », pourrissent l'état des relations entre dirigeants et administrés. Et si par le hasard des circonstances, les dignitaires du régime se voient impliquer à des œuvres sociales, il s'agirait, en fait, des gestes dictés par des intérêts politiques inavoués n'ayant aucun lien avec un engagement social.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Anivorano- Nord - Aucune affluence pour Ravalomanana
  • Voahangy Rajaonarimampianina - Une aversion pour la FJKM ?
  • Conjoncture - Les bourdes du régime
  • Présidentielle 2018 - Hery Rajaonarimampianina mal barré !
  • Antsiranana - Quid de la résidence présidentielle ?
  • Antsiranana - Marc Ravalomanana expulsé de son hôtel
  • Déplacement extérieur de Mahafaly - La délégation familiale à bord d'un jet privé aux frais de l'Etat
  • Anciens militaires - Grande mobilisation le 26 août
  • Affaire Free News et affaire Riana Andriamandavy VII - Traitement à deux vitesses
  • Fermeture Collège international la Lumière - Erdogan exige, Rajaonarimampianina exécute

Editorial

  • A plaindre !
    A plaindre. Tel est le sort réservé à ces médias appelés à exécuter une « mission impossible ». Défendre l'indéfendable, cirer la boueuse et sauver l'irrécupérable (l'« inavotrable »), autant d'engagements dont la réalisation exige des dons ou talents surnaturels, voire des exercices acrobatiques que les exécutants seraient en passe de rater. Tellement, la prestation voulue demande des efforts inhumains et des compétences savantes, hautement qualifiées, que les prestataires risqueraient de ne pas pouvoir réaliser. Il n'est pas question, ici, de sous-estimer le savoir-faire journalistique de certains confrères dont l'expertise en la matière ne souffre d'aucune insuffisance ni d'avoir la nécessité de passer par le feu de la preuve. Seulement, on ne peut ne pas être désolé de l'entremise inconcevable à laquelle quelques « amis » de la profession, de la presse s'entend, s'étaient impliqués la tête baissée !

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff