Publié dans Editorial

Incendiaire

Publié le vendredi, 22 septembre 2017

Un puissant séisme politique secoue le Togo et menace sérieusement la dynastie Gnassingbé.  L’opposition togolaise conteste, de la manière la plus énergique et déterminée, l’acharnement des Gnassingbé à s’incruster au pouvoir. A l’issue d’un coup d’Etat en 1967 au Togo, un petit Etat d’Afrique occidentale, sur le Golfe de la Guinée, le Lieutenant Colonel Etienne Gnassingbé Eyadema monta au pouvoir. Il y resta jusqu’à sa mort en 2005, soit, 38 ans de règne sans partage. Son fils Faure Gnassingbé, avec la complicité de l’Armée, lui succéda. « Réélu », successivement en 2010 et 2015, il compte rééditer le schéma classique, comme une lettre à la poste, en 2020. Seulement voilà, l’opposition monta au créneau et décida de lui barrer la route.

Une forte mobilisation sans précédent ébranlait la forteresse. Les Togolais, acquis à la cause du front du refus, descendirent dans la rue pour réclamer la révision de la Constitution, notamment, concernant la limitation de la durée du mandat du Chef de l’Etat et le départ immédiat de Faure. Le régime, voyant l’importance de la mobilisation, céda. Cependant, il cherche par tous les moyens à s’accrocher en soumettant un texte limitant à deux mandats la fonction du président de la République, mais, avec effet rétroactif. Donc, Gnassingbé réélu en 2020, pourrait y rester jusqu’en 2030. N’ayant pas pu obtenir la majorité requise à l’Assemblée nationale, le projet sera soumis à référendum pour avis direct des citoyens. Une mascarade de consultation populaire que l’opposition togolaise, d’un seul revers, rejeta  et qualifia la tentative forcée du régime d’incendiaire.  Madagascar, à la croisée des chemins, semble s’acheminer vers le même et lugubre scénario. Péril en la demeure ! En dépit des mises en garde presque unanime de l’opinion nationale et même internationale à modifier le texte de la Loi fondamentale, les hommes au pouvoir s’entêtent. Et cela, au plaisir d’une seule et unique personne. On va tailler une Constitution correspondant au modèle et à la pointure d’un homme, le locataire du palais d’Iavoloha  et le soumettre, par la suite, à référendum. Une mascarade que la société civile et l’opposition condamnent vivement. Partageant le même avis, tout le monde craint une escalade de crises qui, au final, impacterait dangereusement sur l’avenir du pays. Selon, Mme Sahondra Rabenarivo, juriste de renom et membre active de Sefafi, l’amendement n’est pas seulement d’aucune utilité pour le pays mais il sera source de trouble aux effets inimaginables pour le pays. La priorité des priorités, du moment, consiste à préparer et organiser les élections de l’année prochaine. De toutes les manières, toujours selon cette respectable femme maitrisant parfaitement les arcanes du droit, le respect de la loi prime sur les prérogatives du pouvoir. En outre, encore d’après Sahondra Rabenarivo, le régime doit s’atteler à confectionner, laborieusement, le projet de Loi des finances (Ldf) 2018 qui, d’après les observateurs, sont bâclés comme d’habitude, par les tenants du pouvoir. Les députés ou sénateurs réduits en simples marionnettes s’apprêtent à lever les mains plutôt qu’observer minutieusement le projet soumis. Ils gobent aveuglément et adoptent sans coup férir. Quels que soient les résultats à l’Assemblée nationale du projet de loi référendaire, le régime ne fera jamais machine arrière. Une incendiaire ténacité qui va coûter trop cher et pour le régime et pour la Nation toute entière.
  Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Violences policières à Antsakabary - La vidéo remise en mains propres à la Police
  • Séjour irrégulier au pays - Expulsion confirmée des 12 Pakistanais
  • Propagande présidentielle 2018 - Départ avant l'heure de Hery Rajaonarimampianina
  • Port de Toamasina - La société Mictsl dicte sa loi
  • Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt
  • Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !
  • Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles
  • Moramanga - Un Français expulse 3 600 Malagasy de leurs terres
  • Lalatiana Rakotondrazafy - « Des choses illogiques dans les propos du Pm »
  • Hery Rajaonarimampianina - Un déplacement « secret » en Angola

Editorial

  • Noyautage indécent
    A la guerre comme à la guerre ! On attaque. On neutralise. Et tous les moyens sont bons. Le pouvoir en place, en position de force, ne lésine pas sur toutes les astuces pour terrasser l'adversaire, l'opposition. La presse, le quatrième pouvoir dit-on, l'une des armes les plus efficaces entre les mains des deux camps, constitue la cible idéale. Le mode opératoire, vieux comme le monde, consiste à étouffer les médias indépendants ou proches du camp d'en face.

A bout portant

AutoDiff