Publié dans Editorial

Quid de responsabilité !

Publié le vendredi, 06 octobre 2017

Personne n'est responsable ! La peste pulmonaire urbaine attaque de plein fouet la Capitale de Madagascar et ses environs immédiats tandis que celle bubonique sévit dans certaines localités de l'Ile (Toamasina, Mahajanga, Ambatondrazaka,…). Le bilan des décès ne cesse de grimper, de même, le nombre des cas atteints ou suspects. A l'heure où l'on est, il semble difficile de se hasarder à donner des chiffres exacts, du fait que la situation évolue très rapidement. En tout cas, écoles et universités restent fermées, et ce, jusqu'à la semaine prochaine.

Et au rythme où va la propagation, tous les bureaux administratifs (ministères ou communes, etc) et les marchés des villes ou régions touchées seraient, eux aussi, interdits au public. Pourquoi pas, la mise en circulation des transports en commun ! Dans nos éditions précédentes, nous avions
déjà soulevé le cas d'une « panique extrême ». Nous y sommes !
Devant la gravité des cas répertoriés un peu partout, nos dirigeants se rendent la balle. Ils jettent la responsabilité. Tout compte fait, personne n'est responsable de personne ! Le fléau arrive et se propage par un coup de miracle. Plutôt, le peuple en dernier maillon de la chaîne est le responsable de l'épidémie de peste. Le pauvre peuple est responsable de sa misère, de l'insécurité, de la corruption, etc.
Le pays verra-t-il un jour de vrais dirigeants réellement responsables de ces actes et qui savent, en toute humilité, reconnaitre leurs erreurs devant son peuple qui n'est autre que leur « payeur ».
Pour le cas de Tanà-ville, le Gouvernement, par le biais de la Primature, n'a rien à voir avec cette malédiction et accuse la Commune Urbaine de n'avoir pas pris des mesures appropriées. Réponse du berger à la bergère, la CUA, pour sa part, renvoie la charge au Ministère de l'Intérieur qui, selon le Conseiller spécial de Mme le Maire et mari de son état, a manqué à sa responsabilité, à savoir, débloquer vers la CUA ses dus : les subventions. Comme de petits élèves, à la cour de récréation, ils s'amusent à la « passe à dix ». Au final, c'est un tour de passe-passe entre l'Exécutif et la collectivité décentralisée. Les contribuables assistent à une vaine scène de prise de bec.
En somme, qui sont les responsables ? Comment peut-on expliquer que Madagascar, en plein commencement du Troisième Millénaire, se fasse encore attraper par ce terrible fléau moyenâgeux ? C'est une maladie supposée être éradiquée depuis des siècles. Seuls dans trois pays, tous africains, Tanzanie, République Démocratique du Congo et Madagascar, où l'on retrouve encore des foyers résistants. Et encore, pour les deux premiers, les cas se font rares.
Où sont-ils passés  les traitements périodiques de DTT que le Service de la Voirie d'antan organisait, sans faute, à Antananarivo dès l'entame de la période de chaleur et des pluies ? L'Agent Voyer de la Ville veillait au grain à la propreté de la Cité des Mille. Des Inspecteurs de la Voirie contrôlaient quartiers par quartiers. Les colons pouvaient se targuer qu'à leur époque les rats avaient du mal à perpétrer  leurs sales besognes. Jusqu'à une période encore récente, durant la Transition, l'épidémie a pu être contrôlée.
 Le régime, en place, commet le péché de l'irresponsabilité. Et le pays en pâtit.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente

Editorial

  • Banale stratégie… !
    A la Une du journal que vous tenez à la main, il y a une semaine de cela, il a été fait mention « Scission au sein du HVM- Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle !» (La Vérité du 11 juillet 2018). En vérité, La Vérité de par sa pertinence et sa perspicacité à étaler au grand jour sinon tout haut ce que d’autres susurrent tout bas, n’hésite point à scruter et à dénoncer des « non-dits ». Car « toute Vérité est…bonne à dire ». Dans la réalité des faits, la scission au sein du HVM n’est plus un secret pour tous. Ce « grand » parti aux pieds d’argile vit mal sa croissance et sa…puissance. En effet, une grave crise de croissance bouillonne et mine l’intérieur du parti. Une crise de leadership que le noyau dirigeant de ce parti fondé, à la hâte, par le candidat de substitution  Hery Rajaonarimampianina, ne parvient pas à…

A bout portant

AutoDiff