Publié dans Editorial

La déchéance

Publié le dimanche, 08 octobre 2017

Impensable. Face à la recrudescence de l’épidémie de la peste, le Président de la République, père de la Nation et symbole de l’unité du pays, se terre dans un silence inouï voire troublant. Comme si de rien n’était, Hery Rajaonarimampianina ne croit pas à la nécessité de rendre visite auprès des « siens » dans la tourmente ni, au moins, piper un mot de réconfort  à l’endroit de ses « enfants », dans le malheur.  Un geste glacial indigne d’un Chef d’Etat, supposé avoir de la sensibilité et du cœur pour son peuple en difficulté.

L’épidémie qui sévit, en ce moment, se trouve en passe de devenir un drame national. La peste, pulmonaire ou bubonique, atteint une bonne partie des grandes agglomérations urbaines. Elle n’épargne pas, non plus, les régions rurales. A l’heure où l’on parle, le chiffre de la nécrologie avoisinerait bien  au-delà de la quarantaine et le nombre des cas suspects, plus de trois cents, à l’échelle nationale.  Et le bilan s’alourdit à une vitesse ahurissante. Les Centres de soins habilités à traiter le cas, du genre, Ambohimiandra affichent « complets » et ne  reçoivent plus d’autres. Pour le cas d’Antananarivo, les hôpitaux dignes de l’être sont débordés.  A Toamasina, c’est le cafouillage total ! Tous les analystes, sur le même banc d’observation, s’indignent du comportement du locataire d’Iavoloha traduisant une indifférence inédite. L’opinion publique, par la voix de la presse, s’insurge de ce mutisme choquant du « Raiamandreny » de la Nation. Complètement abasourdie, elle (l’opinion) ne s’en remet pas. Sur la place publique, le Président évite de croiser les journalistes. Jugés trop gênants ou non fréquentables, les professionnels du média locaux ne méritent pas, semble-t-il, un tel honneur ! Peut-être qu’il va attendre et profiter de son séjour à Rome, devant la presse internationale, pour enfin s’adresser à son peuple. Inimaginable ! C’est du jamais vu !  Pour les observateurs avisés ou habitués, c’est selon, des agissements de l’homme fort du régime Hvm, il ne pourrait s’agir, rien d’autre, qu’une démission de la raison. Selon certains qui tentent de contourner le problème, l’homme à qui nous avons affaire, sur la tête, ne s’était pas préparé à la haute charge voulue par la magistrature suprême de l’Etat. Une responsabilité jugée trop supérieure, sinon trop compliquée par rapport à ses compétences techniques ou à ses aptitudes morales et intellectuelles. D’autres n’hésitaient pas d’avancer, carrément,  l’hypothèse d’un orgueil mal placé tout court. Sinon, le fait d’oser snober la souffrance de la famille dont il est le chef, relève d’un caractère manifestement odieux et osé. Tel un déserteur, le Chef de l’Etat fuit le combat. En vrai froussard, il n’a pas le courage d’affronter l’ennemi. Au front, quand un Général, commandant en chef des opérations abandonne sur terrain, il mérite la dégradation, sinon pour certain cas, au moment le plus fort de la bataille, la sanction extrême, à savoir, le…poteau. Le commandement suprême des Alliés, durant la Grande Guerre, ne transigeait point.  Les traîtres avaient été fusillés tout au moins radiés définitivement et ne pouvant plus exercer une fonction publique quelle qu’en soit la nature.Un Président de la République qui, ouvertement pris en flagrant délit d’abandon de ces charges, devrait en toute logique subir la sanction suprême, la déchéance. 

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente

Editorial

  • Banale stratégie… !
    A la Une du journal que vous tenez à la main, il y a une semaine de cela, il a été fait mention « Scission au sein du HVM- Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle !» (La Vérité du 11 juillet 2018). En vérité, La Vérité de par sa pertinence et sa perspicacité à étaler au grand jour sinon tout haut ce que d’autres susurrent tout bas, n’hésite point à scruter et à dénoncer des « non-dits ». Car « toute Vérité est…bonne à dire ». Dans la réalité des faits, la scission au sein du HVM n’est plus un secret pour tous. Ce « grand » parti aux pieds d’argile vit mal sa croissance et sa…puissance. En effet, une grave crise de croissance bouillonne et mine l’intérieur du parti. Une crise de leadership que le noyau dirigeant de ce parti fondé, à la hâte, par le candidat de substitution  Hery Rajaonarimampianina, ne parvient pas à…

A bout portant

AutoDiff