Publié dans Editorial

Loufoquerie !

Publié le mercredi, 11 octobre 2017

Régime insensé ! Quelqu'un est dit d'insensé quand il montre une inaptitude apparente à distinguer le comportement convenable vis-à-vis des prochains ou dans la société. Le cas se complique du moment que des symptômes apparaissent chez un responsable. L'Etat-Hvm perd la raison. Les tenants du régime, au sommet de l'Etat, sont malades de leur pouvoir. Les deux têtes de l'Exécutif entourés de leurs lieutenants font état de signes d'incohérence et d'ineptie, toutes deux flagrantes. 

En dépit des rappels à l'ordre émanant de divers horizons, ils adoptent et s'accrochent à des positions ou des décisions extravagantes ou irresponsables, tout court. Dès lors que le Chef de l'Etat annonçait l'intention ou la décision, c'est selon, d'amender la Constitution, toutes les sensibilités politiques et associatives n'ont pas attendu de réagir, et ce, sur l'inopportunité de la démarche. La levée des boucliers est pratiquement générale et même la Communauté internationale n'a pas pu s'empêcher de s'immiscer en recommandant, très diplomatiquement, à concentrer les efforts, uniquement, sur la préparation des échéances électorales de 2018. Mais, les barons au pouvoir persistent et signent. Ils cherchent des voies dilatoires pour camoufler l'« objet défendu ».
Le mode de gouvernance du régime sur la gestion du personnel de l'Etat attise l'animosité des agents. Les magistrats, les greffiers et les autres Corps de l'Administration dénoncent l'absurdité des tenants du régime.
Les chefs de l'Exécutif rejettent le principe de garantir, publiquement, le respect de l'indépendance et la liberté des juges dans l'exercice de leurs fonctions. Une attitude   totalement en contradiction à la lettre et à l'esprit du texte de la Loi fondamentale. Pour leur part, les greffiers contestent l'insolence des responsables du ministère vis-à-vis de leurs conditions. Conséquence logique, les juges actionnent une grève « totale » et illimitée à laquelle se joignent les greffiers. Pour faire face à cette détermination, les titulaires du pouvoir envoyèrent les Forces de l'ordre ou du … désordre. Les éléments de l'Emmo-Reg forcèrent, brutalement, les portes du Palais. Une honte que les dirigeants auraient pu épargner à la Nation toute entière. Une folie que l'on devrait à jamais éviter. Réponse du berger à la bergère, les grévistes durcirent le ton. Aucun service minimum dans tout le territoire national.
Longtemps muré dans un mutisme compromettant face à la recrudescence de l'épidémie de la peste, le Chef de l'Etat finit par réagir et, selon ses propres termes, déclara la guerre au fléau. Une léthargie démentielle que n'importe quel citoyen n'arriverait jamais à digérer. Deux mois et demi après la déclaration officielle de la résurgence de la peste qui avait déjà fait des ravages, en vies humaines et des dégâts sur le plan économique, le premier magistrat du pays daigne bouger le petit doigt. En effet, selon les derniers chiffres (il y a 48 heures), on enregistre officiellement 48 décès dont 21 à Tanà et 450 cas suspects répertoriés. Et ce bilan évolue, à la hausse, rapidement et malheureusement. A l'état actuel de la propagation, l'épidémie atteint plusieurs régions de l'île. Une réaction trop tardive du numéro Un malagasy qui dénote une indifférence, coupable sur tous les plans.
Mieux vaut tard que jamais, dit-on ! Incontestablement vrai, mais il faut toujours se mettre d'accord qu'il s'agit de vies humaines à sauver. Aucune maladresse ni loufoquerie n'est admise !
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • « China-Africa Investment Forum » à Marrakech - Andry Rajoelina au rendez – vous des décideurs
  • Politique étrangère du régime Rajaonarimampianina - Au ras des pâquerettes !
  • Gouvernement - Mamy Ratovomalala pressenti ministre
  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo

Editorial

  • Canular !
     Et la farce continue. De mascarade en mascarade, les hommes du pouvoir mènent en bateau les 25 millions de Malagasy. Des numéros, très maladroitement interprétés, au lieu d’égayer la galerie, offusquent. La comédie vire à la pitrerie. La sauce mayonnaise tourne. C’est raté ! Iavoloha, mordicus et contre vents et marées,  persiste et signe de sa volonté à tripoter la Constitution. Ayant butté à une fin de non recevoir de la part des partenaires nationaux soutenus par la Communauté, les dirigeants aux cravates bleues ne désarment point. Pour contourner la chose, ils sont en train de mettre sur pied une nouvelle tactique. En effet, Iavoloha passe le relais aux parlementaires patentés au pouvoir. Les députés et sénateurs  proches du régime cogitent un plan machiavélique en vue de « toucher » à la Loi fondamentale. 

A bout portant

AutoDiff