Publié dans Editorial

L’invincible !

Publié le dimanche, 12 novembre 2017

Le professeur agrégé en médecine, Mamy  Lalatiana Andriamanarivo, ministre de la Santé publique, confirme sans ambages que l’épidémie de la peste est désormais sous contrôle. En dépit de la probable persistance de certains cas isolés, incontrôlables, le fléau ne représente plus aucun danger pour le pays. Les efforts déployés ont porté leurs fruits. Et cela, grâce à la solidarité de la Communauté internationale, notamment les pays amis et les Organismes non gouvernementaux et surtout le système des Nations unies, en particulier l’Oms et l’Unicef qui ont largement contribué à contenir l’épidémie. Une  louable mobilisation que Madagascar apprécie dans sa juste valeur. Rappelons que la peste a fait, au moins, 130 victimes et quelque 1 500 cas suspects.

 

Mais voilà, une autre « épidémie » sévit dans le pays depuis des années et des années sinon même des siècles : la rumeur ! Le « tsaho » ou le « feo mandeha » ou » encore le « honohono ». Ailleurs, on l’appelle le « téléphone arabe ». Un comportement  sociétal qui dominait et continue de l’être dans un cadre culturel, social et politique des pays  pauvres comme la Grande île et, bien entendu,  valable en Afrique. Dame rumeur est particulièrement efficace dans le milieu populaire ou rural  où le niveau culturel, notamment, intellectuel reste aléatoire. Les régimes successifs n’avaient pas hésité d’utiliser cet imprenable outil suivant les intérêts  en jeu. A l’époque de la royauté, les sujets du roi ou de la reine « sous le ciel », ny ambany lanitra, vivaient au rythme des bruits qui couraient. Ils pourraient être le fait des entourages du Palais concernant, surtout, la santé du souverain ou de sa mort. De l’opacité entourait, souvent, tout ce qui touche directement la vie ou la mort du roi ou de la reine. A l’époque coloniale, des bruits persistants 

couraient sur l’existence des monstres, les « biby olona », qui maraudaient dans les quartiers. Il y avait aussi les « mpaka rà » ou « mpaka fo », référence faite aux membres de la  « franc-maçonnerie ».  Et les rumeurs allaient bon train.Des vents  de panique affolent les gens. Et le phénomène se  perpétue de nos jours.  De folles rumeurs, en vraie fumée noire, enveniment sinon polluent l’atmosphère ces derniers temps. On fait circuler le bruit faisant état d’un monstre innommable ou non identifiable qui ravagerait tout sur  son passage, animaux domestiques ou d’élevage et même des petits enfants. Et vient cette vague de fausses informations sur la nécessité de se faire vacciner pour mieux se protéger contre la peste dans les établissements scolaires. Les actions se concentreraient au niveau des élèves. Comme il fallait s’y attendre, la rumeur crée un terrible vent de panique chez les parents. Finalement, on est tenté de croire qu’un tel  phénomène ne pourrait ne pas être que l’œuvre de certains éléments du régime qui seraient les seuls à avoir intérêt. Une occasion pour eux de dévier les attentions sur certains points focaux monopolisant les esprits. Des manœuvres dilatoires dont l’auteur serait des « activistes » mal intentionnés au sein du régime. Une opportunité offerte aussi pour  les tenants du pouvoir de coincer certaines têtes gênantes. Si la rumeur donne l’impression d’être invincible, c’est parce qu’elle bénéficie d’un support d’entretien d’en haut.

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent

La Une

Editorial

  • Sale jeu !
    A quel jeu se livre-t-on exactement ? Sur terrain, une équipe hétéroclite dirigée par un « technocrate et n'appartenant à aucune formation politique » du nom de Ntsay Christian joue un match capital. En réalité, il s'agit d'un match où « tout le monde », coach, capitaine, joueurs, supporters et même les spectateurs sur le gradin, n'a pas le droit ni l'intérêt de perdre. A tout prix, l'équipe doit gagner !

A bout portant

AutoDiff