Publié dans Editorial

Année d'illusions

Publié le vendredi, 05 janvier 2018

En plein désert où l'on n'a droit qu'à des sables, à perte de vue, et au moment où le soleil tape au zénith, les aventuriers voient, au loin, un lac aux douces vagues bleues. Un oasis, de quoi à satisfaire la grande soif, sinon à l'envie d'une baignade pour le plaisir de la fraîcheur ! Cependant, à mesure que l'on avance, la « chose » s'éloigne. Au bout du compte, il n'y a point d'eau ! Le semblant lac ou océan que l'on voyait, de loin, n'est que du mirage, voire d'illusion de… vue.

Sur tous les plans, l'année nouvelle, 2018, nous « promet » beaucoup de choses. Les uns, les plus optimistes ou les naïfs, peut-être, n'hésitent pas à la qualifier d'une année faste. Tandis que les autres, plus avisés ou plus prudents, la somment d'année de leurres. L'avenir proche ou à moyen terme nous le dira qui des deux auront raison. Mais d'ores et déjà, en considérant les expériences passées, durant les quatre années de pouvoir de ce régime, on est plutôt enclin à se pencher sur le deuxième cas.
A entendre les discours des différents orateurs, lors de la cérémonie de présentation des vœux d'hier, à l'endroit du couple présidentiel à Iavoloha, on a l'impression que tout est bien dans le meilleur du monde possible et que l'avenir s'annonce brillant. Tout particulièrement, l'intervention du Chef de l'Etat qui sonne comme une véritable campagne électorale, prévoit une fulgurante ascension de Madagascar pour atteindre le sommet des pays émergents.
De grands travaux seraient mis en avant cette année. Des aéroports, des routes, des écoles, des hôpitaux, des installations hydroélectriques et d'autres infrastructures de base figurent dans la longue liste des actions à réaliser. Des unités de production seraient mises en route. Ainsi, des emplois seraient créés.
Que des engagements ! Que des promesses ! La sortie du tunnel se trouve, plus que jamais, à deux doigts.
Le « paradis socialiste » tant promis par le régime socialiste de l'Amiral rouge n'est plus un rêve. Madagascar va intégrer la classe des nantis. D'ailleurs, ce ne sont pas les ressources naturelles qui manquent.
Toutefois, va-t-on accuser la majorité des gens de ne pas accorder le moindre crédit à ces belles paroles ? Un discours mirobolant qui promet monts et merveilles, on l'a déjà entendu plus d'une fois. Combien de ces engagements pris par ce pouvoir, en particulier par l'homme fort du régime, ont été traduits en actes ?
Gageons que durant toute la durée de l'année en cours, la population aura droit à des gesticulations, des tape-à-l'œil et des grands mots, vides de sens, tout juste pour embobiner les simples d'esprit. Des « objets » à gogo seraient distribués. Tout a déjà commencé le jour de la fin de l'année. Le Président, entouré d'une lourde délégation, fit le tour des « quatr'mis » de la Capitale en les offrant des vivres et autres objets. Il a abandonné le traditionnel discours de fin d'année pour prêter main-forte auprès des couches les plus vulnérables. Et les « œuvres » de ce genre vont se multiplier jusqu'aux échéances de novembre.
Soyez-en sûr, la population, en général, va être « gâtée » en cette année charnière où de grands rendez-vous électoraux vont avoir lieu. Ce sera, certainement, l'année d'illusions.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff