Publié dans Editorial

A l'agonie

Publié le mercredi, 10 janvier 2018

En ces temps-ci, la Grande île traverse une période très difficile et compliquée. Telle une patiente, entre la vie et la mort, soumise aux soins intensifs des Services de réanimation aux urgences. Meurtrie, la population ne sait plus où se donner la tête. En temps « normal », entre les périodes cycloniques de l'année à l'autre, elle subit les effets pervers de la pauvreté et de l'insécurité qui la harcèle à tout moment de la vie quotidienne. Dans le grand Sud, elle doit affronter, en sus, l'autre caprice de la nature : la sécheresse. Comme si l'enfer de la misère et la psychose de l'insécurité ne suffisent plus que voilà la population malagasy doit subir l'incontrôlable humeur de Dame nature avec la tempête dénommée Ava sur toute l'étendue du territoire national.

Les dégâts humains et matériels sont considérables. Avec l'incontinence des dirigeants au pouvoir, Dieu seul sait comment le pays va s'en remettre. Les infrastructures de base ont vu leurs assises ébranlées, sinon sapées. Les ouvrages d'art ainsi que les routes (nationales, provinciales et communales) sont les plus endommagés. Les ponts du Camp Robin, de Vohiposa d'Ambohimahasoa, d'Ambilobe ou de Brickaville et bien d'autres cédèrent « facilement ». Les voies de communication telles les routes pratiquement impraticables créent des ennuis incalculables aux usagers. Des centaines de voyageurs, pris au dépourvu, se trouvent bloqués quelque part et n'importe où. Les pluies abondantes emmenées par les rafales de vent inondent partout. Les surfaces cultivées comme les rizicultures accusent des coups durs. Elles sont submergées. La plaine de Betsimitatatra où se concentre l'essentiel de la culture du riz à Antananarivo en est l'une des victimes majeures. Ainsi, les productions qui s'annoncaient meilleures pour cette saison sont irrécupérables. Bref, c'est la galère nationale ! On dirait que le pays est à l'agonie !
Certains plaisantins, sans scrupule, se demandent si Madagascar ne serait sous le coup de la condamnation d'un mauvais sort venant d'en haut. Des fois, on est tenté, tant soit peu, de réfléchir à accorder un quelconque crédit au profit d'un tel délire. A preuve, le pays vient tout juste de se débarrasser d'une terrible épidémie de peste et voilà un impardonnable cyclone débarque, et ce, en espace d'un peu de temps. Et pour compléter le tableau, les titulaires du pouvoir à qui donc reposent l'espoir de renverser la tendance font montre d'ineptie flagrante. Leur incapacité à anticiper les éventuels effets délétères des aléas naturels saisonniers ou d'autres cause de vrais dégâts pour le pays. Les infrastructures stratégiques, par exemple, tels les ponts ou les routes desservant la Capitale avec les grandes agglomérations régionales, devraient bénéficier des attentions particulières étant entendu l'importance des trafics entre ces localités. A la moindre frappe de n'importe quelle intempérie et vu leur fragilité, tout s'écroule, sinon, se dégrade. Le cas du pont de Vohiposa nous suffit d'illustrer, clairement, la vulnérabilité de nos infrastructures suite, entre autres, aux négligences des autorités compétentes. A peine il y a deux mois, ce vieil ouvrage d'art s'effondrait sous le poids d'un mastodonte.
Et le pays vit sous le rythme de ces incongrues infrastructures de base, routes ou ponts, écoles ou hôpitaux, etc. Vieillottes et mal entretenues, elles ne supportent pas les moindres incartades. Rien ne devrait nous paniquer si le pays râle à l'agonie.
Ndrianaivo

1 Commentaire

  • Posté par Max
    jeudi, 11 janvier 2018

    Je ne sais pas mais moi j'crois en cette condamnation venue de Dieu. les Malgaches prient et prient vraiment rrop. Le lendemain, nous voila avec notre caractere de porcs...profiteurs, jaloux, experts en coup bas, bref une mentalite execrable pour des gens qui font des recitations a l'eglise. On merite peute etre ces malheurs qui nous arrivent, et parfois, moi meme je me dis.... vu la mentalite, mieux vaut qu'il y en ait encore plus....

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Taux de pauvreté en baisse - Un ministre paie 9 000 euros pour ses gardes du corps
  • Appel aux services d’Houcine Arfa - Le Président humilie les galonnés malgaches
  • Corruption de haut niveau - Un ex-maire roumain en fuite demande l’asile politique à Madagascar
  • Affaire Houcine Arfa - Trois tentatives de corruption de la Procureure de la République
  • Visas aux frontières - Levée de boucliers contre Ametis
  • Affaire Houcine Arfa - Les pénitentiaires demandent la libération de leurs pairs
  • Insécurité - Le propriétaire de « Kalidas » kidnappé en plein jour !
  • Décès de Léon Rajaobelina - La Présidence humiliée !
  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »

La Une

Editorial

  • « Far West » 
    « Far West », littéralement « Ouest lointain », une riche et étonnante épopée relatant les fantastiques aventures des pionniers américains. En partant de l’Est en direction de l’Ouest, ils parvenaient à atteindre, au risque de leur vie, les côtes occidentales, celles de la Californie d’aujourd’hui. Une étape importante de l’Histoire des Etats-Unis se cadrant chronologiquement dans le XIXème siècle américain. Une période idyllique où les réalisateurs américains de cinémas n’ont pas raté de se faire des fortunes avec les célèbres films « Western » (Vers l’ouest). Les « shérifs », les représentants de la loi dans leurs localités avaient dû affronter, quotidiennement, les méfaits des « desperados » en provenance du pays voisin (Mexique) qui semaient la terreur. Ces « sans foi ni loi » pénétrèrent à l’intérieur des Etats du Texas, du Nouveau-Mexique ou de la Californie et agissaient en véritables maîtres.

A bout portant

AutoDiff