Publié dans Editorial

« Médecin après… »

Publié le vendredi, 12 janvier 2018

« Médecin après la mort ! » Un adage populaire toujours valable. C’est désolant de constater que le toubib arrive après que le souffrant a rendu l’âme. Trop tard ! Peut-être que les proches parents avaient trop tergiversé sur les décisions à prendre. Ou bien, ils sous-estimaient la gravité de la maladie. Dès le premier symptôme, on aurait dû prendre, sans tarder, les mesures d’urgence, etc. Et même, avant que les signes de malaise apparaissent, il faudrait être vigilant.

D’où la nécessité de prioriser, avant toute chose, la prévention qui est, d’ailleurs, la meilleure de tous les traitements.
Le mercredi 10 janvier a été décrété par le Gouvernement  « journée nationale de l’assainissement ».  Chômée et payée sur toute l’étendue du territoire national, la journée du mercredi fut, donc, consacrée en une journée nationale de mobilisation pour assainir l’environnement immédiat de chacun, du travail, de la communauté… Bureaux, maisons d’habitation et leurs environs, quartiers ou villages, etc., tout devrait être passé au peigne fin pour le besoin de la propreté, et cela, afin de conjurer plus que jamais le risque de résurgence de toute sorte d’épidémie.
L’initiative est louable. Il faut inculquer aux gens la culture et l’habitude de la propreté. C’est un besoin vital mais pas du tout un luxe ni un caprice quelconque. En fait, la saleté et la souillure sont la principale source de la plupart des maladies graves qui nous tuent.
Seulement voilà, l’initiative en question semble être prise un peu tard. La peste a « abattu » quelque 200 personnes, sans parler des centaines de personnes atteintes nécessitant des traitements urgents. Un geste de ce genre aurait dû être programmé bien avant. Les techniciens de la santé savent, pertinemment, la période saisonnière susceptible de faire resurgir les maladies épidermiques comme la peste ou le choléra. Leur responsabilité consiste à lancer le timing d’assainissement général pour se préparer à d’éventuels risques de propagation des maladies. Tout comme si le régime dépêche un médecin au chevet d’un patient qui vient de s’éteindre. Trop tard ! Pour les observateurs, il s’agit d’une mobilisation qui tape à côté de la plaque. En gros, l’initiative n’atteint pas la cible privilégiée. Ce sont les couches sociales vivant dans des conditions précaires qui s’entassent au milieu des saletés et constituant la grande majorité de la population ayant le plus besoin de cet assainissement là où elles vivent. Or, cette catégorie sociale ne se sentait pas concernée. Elle montre même une certaine indifférence face à la mobilisation nationale décrétée. En réalité, la majorité des Malagasy n’accorde que peu  d’importance à tout ce qui a un rapport avec ce régime lequel, en fin de compte, ne l’inspire plus aucun crédit. Toute injonction de sa part n’aurait que très peu de chance d’écho à la base.
D’autant qu’on s’indigne en faisant état des  « m’as-tu vu » trop affichés ici et là. C’était plutôt des occasions à nos dignitaires d’exhiber le supposé sens du civisme et les intérêts supérieurs qu’ils porteraient au service de la Nation. Tout ce manège aurait été mieux bien avant que la terrible peste sévisse. Mais, propagande oblige ! Tant pis, même s’il s’agit d’un « médecin après la mort ».
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina dans le Vakinankaratra - Des élus locaux témoignent des abus du régime Ravalomanana
  • Hôtel de ville - Hajo Andrianainarivelo démonte le mensonge de Marc Ravalomanana
  • Selon Rolly Mercia - Ravalomanana est un « vorace sans scrupules et sans vergogne »
  • Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana
  • Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la Présidence
  • Andry Rajoelina - « Je serai le Président du vrai changement »
  • Archives 2015 - Les 4 vérités de Rolly Mercia sur Marc Ravalomanana
  • Ordre des avocats de Madagascar - Maître Olala suspendu par le barreau
  • Contrat d’Andry Rajoelina avec le peuple de l’Alaotra - Hausse de la production rizicole et travaux sur la Rn44 comme priorités
  • Conférence sur la sécurité et défense - Rivo Rakotovao polémique pour un rien

La Une

Editorial

  • Et les indécis ?
    La campagne électorale pour le second tour du 19 décembre entame la deuxième et dernière semaine. Tous les observateurs et simples citoyens s’accordent à dire qu’on est dans la phase décisive et irréversible devant sceller le sort du scrutin et l’avenir de la Nation. Selon le chiffre annoncé par la Commission  électorale nationale indépendante (CENI) à travers les résultats officiels provisoires et corroboré par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) dans le cadre des résultats officiels définitifs, le taux de participation s’élève à 53,95%. Soit, un taux d’abstention de  l’ordre de 46%. Ce qui revient à dire que quelque 4.000.000 de votants, inscrits sur la liste électorale, ne se sont pas déplacés! Un chiffre assez élevé quand même ! Un nombre non négligeable qui risque de mettre en péril ou compromettre la légitimité de l’élu surtout au cas où il se confirmerait ou au pire s’il s’aggrave au second tour. L’abstentionnisme est…

A bout portant

AutoDiff