Publié dans Editorial

Irrécupérables !

Publié le mercredi, 17 janvier 2018

 Pour la énième fois, en début de semaine, les étudiants de l’Université d’Ankatso étaient sortis de leurs gonds. Effectivement, ils s’émancipèrent de leur domaine, l’université, pédagogiquement parlant, pour exprimer publiquement et ouvertement leur vive colère. Il y a eu des échauffourées avec les Forces de l’ordre. En cause, le faux bond du Ministère de tutelle. Rappel des faits, le week-end dernier, à l’issue d’une houleuse réunion entre les représentants, d’une part, du Ministère de l’Enseignement Supérieur (Mesupres) et ceux des étudiants, de l’autre, relative au paiement des bourses, il a été convenu que les responsables du Mesupres afficheront, sans faute, le lundi prochain le calendrier des paiements des bourses. Rendez-vous que les gens du Ministère ont, tout simplement, raté. Et les techniciens du Mesupres se rabattent au cataclysme naturel (Ava) pour se dédouaner.

 

Décidément, ce régime serait-il condamné à… mentir ! Les ratages se multiplient et se ressemblent. Le Chef de l’Etat débuta son mandat par des promesses non tenues finalement et continuent avec. Il tentait, tout au long de ces quatre années de pouvoir, de les éluder mais en vain. Ce n’est que dans la ligne droite vers la fin de son quinquennat que certaines promesses commencent à voir le jour. Mais attention, Antananarivo n’est pas Madagascar ? Le cas des délestages, la fin des coupures intempestives du courant électriques se dessinent dans la Capitale et périphéries. Mais pour les autres localités ? Toujours le black-out total ! Les engagements pris restent, pour la plupart, malheureusement non tenus. 

Bref rappel, le 24 janvier 2014, jour de l’investiture à Mahamasina, le président Rajaonarimampianina, nouvellement installé, avait promis de résoudre dans les meilleurs délais certains grands problèmes qui minaient la vie quotidienne du peuple. Entre autres, il rassurait, avec fermeté, que dans trois mois, au plus, les délestages seraient résolus. Les semaines, les mois et les années s’étaient écoulés, seulement, les coupures en eau et électricité perdurent et gâchent tout. La corruption, ce fléau dont les effets pervers à l’économie nationale ne sont plus à démontrer, continue à faire des ravages. Le manque à gagner pour le Trésor public se chiffre à des milliards et des milliards d’Ariary. Les secteurs de base comme l’éducation et la santé publique demeurent les parents pauvres du pays. Pour l’éducation nationale, le niveau des enfants laissent à désirer. Les résultats scolaires baissent d’année en année à tel point que les parents n’accordent plus de crédit aux écoles publiques et confient l’avenir de leurs enfants aux établissements confessionnels ou privés qui, eux aussi pour certains, font du « n’importe quoi ». Pour sa part la santé publique, c’est la désolation totale! En quatre ans de pouvoir, le régime n’est même pas capable d’assurer le minimum de précautions garantissant la sécurité sanitaire du peuple. On ne demande pas la lune, mais, l’épidémie comme la peste pourrait être évitée en prenant des mesures strictes de prévention. On connait les localités cibles, à charge au Ministère de la Santé de déclencher, le moment opportun les stratégies nationales nécessaires pour endiguer le fléau. Cependant, rien n’est fait ! Et le mal sévit. L’hécatombe (200 morts) n’a pas pu être évitée. Les rappels à l’ordre venant de tous les côtés s’avèrent inefficaces. Tellement nos dirigeants sont incorrigibles voire irrécupérables !

 Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Arriérés du sommet de la francophonie 2016 - Des prestataires ruinés par la présidence
  • Affaire Ametis - Le syndicat des agents des impôts monte au créneau
  • Ministère des Finances et du Budget - La gabegie d’un directeur général stoppée net !
  • Droits humains à Madagascar - Le harcèlement des activistes préoccupe Amnesty international
  • Face à l’Iem de Rajoelina - Les pompiers de service du Hvm à la rescousse
  • Vision 2030 de Rajaonarimampianina - Un programme à la va-vite…
  • Suspicion de corruption à l’Enmg - Les Magistrats exigent une enquête
  • Visite dans l’Androy - Rivo Rakotovao en plein … délire !
  • Interview Andry Rajoelina - « Je ne suis pas putschiste… »
  • Soutien à Rajaonarimampianina en 2013 - Andry Rajoelina présente ses excuses aux électeurs

La Une

Editorial

  • Alternative crédible
    Andry Nirina Rajoelina, l'ancien président de la Transition, après quatre années d'absence et de silence, revient sur le devant de la scène. « Zandry kely » débarque au « tanindrazana » avec un « voan-dàlana » dans la valise : l'Iem. Après avoir été présentée, pour la première fois, le vendredi 26 janvier 2018 à Paris au Petit Palais, Musée des beaux-arts, l'Initiative pour l'émergence de Madagascar (Iem) fut à l'honneur à Antananarivo (Ivandry) par le soin de son « père fondateur », en la personne de monsieur Andry Nirina Rajoelina.

A bout portant

AutoDiff