Publié dans Editorial

Terrain glissant

Publié le mercredi, 07 février 2018

Le régime Hvm serait-il en train de perdre le contrôle de la situation ? Tel un navire qui tangue sous l’effet pervers de puissantes vagues de tempête en plein océan. Le commandant de bord, en proie à une vive panique, tourne en rond. Iavoloha et Mahazoarivo, submergés par les divers problèmes et les crises récurrentes, sont débordés. Des indices, visibles à l’œil nu, corroborent le constat de leur égarement. Les grands engagements de janvier 2014 à Mahamasina demeurent lettre morte. Les délestages persistent et continuent de tordre le cou des usagers dans tout Madagascar. A Tanà et environs, le Grand Tanà, en dépit de nouvelles puissantes installations, affirme-t-on, les coupures d’eau et d’électricité ne baissent point d’intensité.

L’insécurité, en milieu urbain et rural, redouble de gravité. La recrudescence des kidnappings, un signal rouge pour le pays, atteste de façon indiscutable l’échec du régime. Les familles des victimes pointent du doigt le laisser-aller ou l’ineptie des responsables concernés, notamment les Forces de sécurité. Il a fallu que ce phénomène nuisible fasse, derechef, son méfait à Toamasina pour qu’on daigne dépêcher sur place des éléments d’élites, les « saka mainty ». Des mesures toujours tardives ! Le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, lors d’un point de presse à Mahazoarivo, dimanche dernier avant son départ, laissait entendre que certains haut placés du pouvoir seraient de mèche avec les kidnappeurs ! Les enquêtes seraient en cours. Les vindictes populaires qui se généralisent dans toute l’île, témoins d’une faillite de la crédibilité de l’Etat et qui fragilisent l’autorité morale des Instances judiciaires du pays, ne s’estompent pas. Elles illustrent, aussi, l’emprise de la corruption dans ce secteur qui, normalement, est le bastion de l’Etat de droit. Non sans rappeler de l’affaire d’Houcine Arfa qui s’éclate en pleine figure des maîtres du pouvoir. Et l’inflation, les dirigeants n’arrivent pas à la contourner malgré les gesticulations ici et là. Les prix des produits de première nécessité continuent de grimper. Sur les étals du marché, le riz et les légumes s’achètent à prix d’or. La viande de bœuf se raréfie. Bref, les mères de famille ne savent plus où donner de la tête ! Le trafic illicite des espèces protégées nargue les différentes autorités compétentes. Des responsables étatiques, des éléments hauts gradés des Forces de l’ordre et des agents mieux placés de la Douane, un véritable réseau, favoriseraient le circuit. Certes, il y a eu des saisies, sporadiquement, mais elles ne  mettent pas fin à l’ampleur du dégât. En toile de fond à ce tableau pas si brillant, les rumeurs de remaniement s’enflent et confortent la thèse selon laquelle une panique générale envahit en haut lieu. Le locataire de Mahazoarivo part ou a été prié de quitter le territoire suivant un motif, pour le moins, très ambigu : maladie ou mission ! Sinon les deux à la fois !  En réalité, on ne se retrouve plus dans ce pays. Qui dit vrai ? Qui ment ? Qui fait quoi ? En tout cas, le régime, dans son ensemble, paraît totalement dépassé par le cours des évènements. Le « taxi-brousse » du pouvoir arrive sur un point de virage dangereux dont la chaussée comporte un risque réel de dérapage. Un terrain glissant ! Et dire qu’on est à l’approche d’une échéance électorale d’une importance capitale pour la Nation.

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent

La Une

Editorial

  • Sale jeu !
    A quel jeu se livre-t-on exactement ? Sur terrain, une équipe hétéroclite dirigée par un « technocrate et n'appartenant à aucune formation politique » du nom de Ntsay Christian joue un match capital. En réalité, il s'agit d'un match où « tout le monde », coach, capitaine, joueurs, supporters et même les spectateurs sur le gradin, n'a pas le droit ni l'intérêt de perdre. A tout prix, l'équipe doit gagner !

A bout portant

AutoDiff