Publié dans Editorial

Panique viscérale

Publié le dimanche, 11 février 2018

 Panique générale ! L’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) publiait, à travers son site web, un document de 1 000 pages faisant part les rapports détaillés des marchés publics de l’exercice 2016. Une activité de routine. A en croire aux chiffres détaillés dans ce document, le montant total des investissements débloqués s’élève  à 1 111 871 552 094,16 ariary. Veuillez excuser si la transcription en chiffres fait état des erreurs, vu le nombre « impossible » de zéros à considérer. En lettres : Mille cent onze milliards huit cent soixante et onze millions cinq cent cinquante-deux mille quatre-vingt quatorze ariary seize ! Faramineux ou exorbitant, quel est le terme exact pour l’exprimer ? A chacun de choisir ! Inutile d’insister, ici, sur les virulents commentaires des simples citoyens à travers les réseaux sociaux. Point n’est besoin non plus d’entrer dans les détails.

Une chose est certaine, il y a péril en la demeure. Panique à bord ! Pas une panique ordinaire, plutôt une panique viscérale, c’est-à-dire une angoisse qui atteint les profondeurs des entrailles du régime. De ces chiffres déballés sur la place publique, faux ou non, les tenants du pouvoir s’empressent de préciser, pour se dédouaner à la sauvette, comme d’habitude, qu’il s’agirait d’erreurs de transcription ou de saisie. Certaines incohérences, sinon des démarches illogiques émergent des explications des hauts responsables de l’Armp. En effet, selon le directeur général, Philibert Tovoherihavana, des erreurs ont été commises au moment des saisies. Des zéros de… trop transmis ! Mais de qui se moque-t-on ? Pour un service très sensible de l’espèce de l’Armp, appelé pour la majorité de son temps à traiter des chiffres de ce genre, comment peut-on admettre que de telles bourdes puissent-elles avoir lieu ? Comment peut-on concevoir, un seul instant, que les hauts décideurs aient pu accepter le service des incompétents ou distraits de leur espèce ? S’il vous plait, il ne s’agissait pas d’ « une » mais « des » erreurs. Est-il possible d’admettre que le fameux document avant publication n’ait subi d’aucune vérification, et ce, par étape des travaux effectués. Si ce n’est pas de l’amateurisme, Dieu que ça y ressemble! Sinon, peut-être, certains des agents, tout en sachant les erreurs dedans, voulaient le publier en l’état, tout juste pour étaler au grand jour la cuisine interne des dépenses publiques que nos barons se permettent de faire et d’attirer, par la suite, l’attention des contribuables de la manière avec laquelle l’argent public, fruit de leur labeur et de leur sueur, est géré. Nuance ! La panique dont il est question était provoquée non pas tellement du fait des erreurs de chiffres mais le fait que le pot-aux-roses fut découvert. Tout le monde suspecte depuis toujours le gaspillage du Trésor public par nos dirigeants. Des missions aux lourdes délégations à l’étranger sans cesse. Des dépenses d’institution exorbitantes. Des postes politiques « distribués » comme des p’tits pains. Des rémunérations et avantages, en nature et en espèce, sans commune mesure pour les membres de l’Exécutif, du Parlement et les Hauts emplois de l’Etat, etc. Tout cela sans aucune considération de la misère du pays.  Vrais ou faux, les chiffres donnent, au moins, l’idée de ce qui se trame à l’intérieur profond de ce régime, ce qui déclenche en fait la panique viscérale.

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff