Publié dans Editorial

Pieds d'argile !

Publié le mardi, 13 février 2018

Rivo Rakotovao, président du « Hery vaovaon'ny Madagasikara » (Hvm), président du Sénat de son état, lors des assises régionales du parti à Toliary ou à Mahajanga, déclarait que le Hvm est le parti politique le plus grand et le plus puissant à Madagascar. Apparemment, il dit vrai ! Pour la simple raison qu'en étant un parti d'Etat, l'appareil étatique du sommet à la base fonctionne sous son emprise.

Les membres ou sympathisants du parti monopolisent les postes clés de l'Exécutif, présidence et gouvernement. Tous les nommés aux hauts emplois de l'Etat affichent, quelle que soit leur appartenance politique, leur allégeance.
Au sein de l'Administration territoriale, la domination du parti au pouvoir n'est plus un secret pour personne. Tous les 22 chefs de région se sont fait enrôler au parti et deviennent des partisans zélés aux cravates bleues. Les 112 chefs de Districts, s'ils ne sont pas des membres directs, ne nient pas leur sympathie et sont prêts à exécuter les « ordres » au moment opportun. A chacun de nous de deviner de quels « ordres » s'agit-il et dans quelle opportunité ! Sur les 1 395 Communes, plus de la moitié ont été élus sous la bannière du Hvm et beaucoup parmi le reste ont changé de camp, sinon ils font avec. A la base, les 17 544 chefs « Fokontany » se trouvent sous l'autorité de l'Exécutif, sous tutelle directe du ministère de l'Intérieur. Ils échappent, de la sorte, de la supervision directe des Communes. Bref, tout le monde est mis au pas sous le « commandement » du parti d'Etat. Ainsi, au vu de cet enrôlement massif et systématique à l'intérieur du rouage de l'Etat, on peut dire que le parti Hvm est grand.
Toutefois, qu'en est-il de la réelle puissance de la formation portant l'étiquette Hvm ?
D'abord à la base, il est difficile de reconnaître que la population, en général, adhère en masse à la cause du parti aux cravates bleues. Etant dit la cote de popularité d'un niveau dérisoire des tenants du pouvoir, il est du domaine de la rêverie de faire croire que les citoyens s'emballeraient pour se procurer d'une carte d'adhésion à ce parti. C'est le dernier, sans doute, des soucis des gens dans les « Fokontany ». Bien sûr, le chef « Fokontany » jouerait le rôle important d'enrôleur surtout au moment fatidique des scrutins.
Les principaux dirigeants du Hvm savent pertinemment que leur parti ne fait pas tellement de poids auprès de la population. Les différents regroupements régionaux effectués, soit à Toliary ou bien à Mahajanga ou à Toamasina, montraient à quel point la bannière bleue ne pouvait pas prétendre gagner l'assentiment du peuple. Le Hvm n'était pas parvenu à créer la ferveur ni l'enthousiasme de la masse populaire au moment voulu. Rivo Rakotovao et consorts ont dû faire appel à des racolages de gauche à droite pour garnir les gradins.
La récente « convocation » à l'hôtel Carlton des dirigeants des particules de partis politiques, selon un confrère, pour étoffer l'effectif, démontrait la vulnérabilité du Hvm, ce « grand » parti… au pied d'argile. Et l'état-major aux cravates bleues sentit le pire à venir. Le débarquement au pays du jeune dirigeant de l'Initiative de l'émergence pour Madagascar (Iem) n'arrange point l'affaire. Alors, aux abois, on fait appel à des fantoches et à des traîtres.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance
  • Régime Hvm - S’expliquer pour mieux couler !
  • Rencontre avec les Tananariviens - Manifestation des députés Tim -Mapar maintenue
  • Ramena – Antsiranana II - Abus de pouvoir d’un ancien maire
  • Conjoncture politique - Prédiction d’une semaine… « révolutionnaire » !
  • Ihanta Randriamandranto - « Non à l’anarchie, remettons de la discipline »
  • Rapport des députés du TIM et du MAPAR - Rendez-vous avec les Tananariviens ce samedi à l’Hôtel de ville
  • De Mahajanga à Vohipeno - Week-end noir de Hery Rajaonarimampianina

La Une

Editorial

  • Le mensonge d’Etat
    Richard Yung, sénateur français de « la république en marche », de passage au pays, déclarait à l’issue d’une interview qu’il avait accordée à un quotidien de la place que « la France n’a pas de candidat ». Une déclaration qui laissait évasifs et perplexes les analystes des relations existant entre la France et l’Afrique les cinquante dernières années. Certains même la qualifient de dilatoire. En fait, Mr Yung corrobore ce que le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, annonçait devant les étudiants burkinabé à Ouagadougou le 28 novembre 2017 selon lequel « qu’il n’y avait pas de politique africaine de la France ».

A bout portant

AutoDiff