Publié dans Editorial

Dans l’eau !

Publié le mardi, 13 mars 2018

Incroyable mais vrai ! Du jamais vu ! L’aéroport international d’Ivato inondé ! De mémoire d’homme, Ivato n’a jamais connu un tel désastre ! Durant les 25 ans de gestion de l’Aéroport de Madagascar (ADEMA) dont faisait partie celui d’Ivato, aucun passager en partance ni à l’arrivée n’avait jamais pataugé dans l’eau ni devait enlever les chaussures à l’intérieur du site. 

L’ADEMA avec ses maigres redevances portuaires parvenait à gérer, autant que se peut, les aéroports de Madagascar. Et Ivato n’en déméritait point. A en juger et à comparer avec les gros moyens dont dispose le nouvel acquéreur, le Consortium « Ravinala Airports » et de ces nouvelles et excessives redevances portuaires, de 20 à 38 euros, qu’il imposait dès la prise de charge, c’est la déception, la déconfiture ! Une situation frisant le scandale. Fallait-il signaler ici le coup dur que l’ADEMA dut subir suite à cette concession. Il a dû se priver de 90 % de ses ressources. Coup de massue, aussi, à l’encontre du tourisme national avec l’augmentation des frais de voyage, et pour cause, cette révision à la hausse des taxes à l’arrivée et au départ de l’aéroport.

Le 9 juillet 2015, l’Etat malagasy et le Consortium « Ravinala Airports » signèrent une convention de concession de l’aéroport international d’Ivato et de l’aéroport de Fascène de Nosy Be. Par cette convention, l’ADEMA cédait à « Ravinala Airports », étant le nouvel acquéreur, la gestion de ces deux aéroports. La convention durera 28 ans. Un des symptômes qui témoigne le retour effectif et en puissance des grands capitaux de la Mère patrie à Madagascar. Une revanche de l’Histoire ! En effet, humiliés en 1972 et chassés trois ans après (1975), les Français durent quitter dare-dare et abandonner leurs intérêts à Madagascar. La vague de malgachisation, réclamée à tort ou à raison par la rue, venait à compliquer la situation. Elle signait l’arrêt de mort de la langue de Molière. Ainsi, à travers la signature de cette Convention de concession et la reprise en main de la Compagnie nationale Air Madagascar par l’Air Austral (La Réunion), la France émit un signal fort, à qui veut le savoir, de son « come- back » réussi. Tout compte fait, les secteurs-phares que la France avait perdus en 1972 (transports aériens, les grandes distributions, les banques, les services, etc.) ont été récupérés.

La mission attribuée au Consortium, le nouveau propriétaire d’Ivato et de Fascène, consiste à « moderniser et mettre aux normes » les infrastructures de ces aéroports-phares. Si le début de la prise en main par « Ravinala Airports » commençait le 7 décembre 2016, la pose de la première pierre des travaux, quant à elle, démarrait le 9 juin 2017. Tous les espoirs étaient permis ! Une fierté que les deux parties claironnaient à tout vent !

Plouf ! L’aéroport international d’Ivato… dans l’eau ! Des pluies diluviennes survenues dans la nuit du samedi 24 et du dimanche 25 février inondèrent le célèbre aéroport international ! Du jamais vu dans les annales de cette « porte d’entrée » de Madagascar. En tout cas, les explications techniques fournies par le directeur des opérations, Jean Luc Meyts, ne convainquent personne. Une bourde décevante !

La mission de moderniser et de mettre aux normes serait-elle un leurre ou… dans l’eau !

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff