Publié dans Editorial

L'étau se…

Publié le jeudi, 12 avril 2018

L'étau se resserre. Ne supportant point la moindre humiliation, pas plus que l'ombre de l'échec et imbus de la volonté de se maintenir à jamais au pouvoir, les hommes du régime se préparent activement à réprimer tous les éléments gênants ou encombrants de l'opposition. Disposés à tout, les tenants du régime, aux cravates bleues, s'apprêtent à écraser les leaders politiques susceptibles de mettre les bâtons dans les roues de la caravane, surtout de barrer la route pour la « nouvelle victoire ». Ainsi, futurs candidats potentiels et élus non HVM font les frais d'une machiavélique trame.

Marc Ravalomanana, l'ancien Chef de l'Etat et président fondateur du parti Tim, à travers le nouveau Code électoral adopté au forceps au Parlement, risque fort de voir sa candidature refusée. Une fois que les membres de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) voteraient et déclareraient recevable ce Code de la discorde, le sort de l'ancien exilé de l'Afrique du Sud sera scellé. De toutes les manières, Eric Rakotoarisoa, l'éminent juriste et spécialiste de la Constitution, président de la HCC, n'est pas à sa première occasion de voler au secours à son « ami » Hery Rajaonarimampianina. Dans son palmarès, on peut citer entre autres le rejet de la motion de déchéance du Chef de l'Etat, votée à une large majorité par les députés à Tsimbazaza en 2015. Il a sauvé in extremis le Président. Ainsi, tout le monde se trouve dans une logique de crainte à ce que le délétère Code soit définitivement adopté. Alors, Ravalomanana Marc et bien d'autres, à cause de ce « bulletin n° 2 », une des pièces maîtresses et incontournables à présenter, n'auraient pas la chance de pouvoir s'aligner au starting-block.
Andry Nirina Rajoelina, non plus, ne serait pas épargné. Les dispositions du nouveau Code, notamment dans la gestion de la communication durant la campagne électorale, limiteraient les marges de manœuvre du leader de la Révolution orange. En fait, il ne pourrait pas jouir librement l'utilisation de ses propres moyens de communication. Toute une astuce diabolique pour restreindre les candidats propriétaires des médias audiovisuels.
Les élus TIM, MAPAR ou indépendants, au niveau des Collectivités territoriales décentralisées, ayant choisi de rester fidèles à leur famille politique respective, subissent les sévices du pouvoir central, du moins de leurs représentants sur place. Les maires non HVM sont littéralement ignorés. Ils doivent remuer ciel et terre et sont obligés de se plier en quatre pour obtenir les subventions nécessaires aux actions de développement de leurs Circonscriptions respectives. Subventions qui ne sont pas des faveurs mais des droits en tant que tels. La menace de la nomination d'un président de délégation spéciale, une épée de Damoclès, plane sur la tête de certains. On monte de toute pièce des farfelus dossiers.
Les élus au Parlement endurent le même sort. Dès le moindre mouvement de contestation, les coups de semonce ne tardent pas à frapper. Interpellations et arrestations arbitraires les attendraient à tout moment au premier tournant.
L'étau se resserre. Fermement décidés à mettre en étroit tout élément compromettant de l'opposition, Rivo Rakotovao et son état-major HVM ne badinent pas. Ils ne reculent point devant n'importe quel obstacle. Le rouleau compresseur est en marche et ne s'arrêtera qu'une fois le vil objectif atteint : la victoire aux élections. Toutes les têtes qui émergent doivent être… coupées !
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Précampagne électorale - L'ex-Président Rajaonarimampianina puise encore dans les caisses de l'Etat
  • Découverte macabre à Andraisoro - Plusieurs zones d'ombre à élucider
  • Braderie de terrains sous l'ère Ravalomanana - TIKO principal bénéficiaire
  • Trafic de bois de rose - Accusations gratuites contre Maminiaina Ravatomanga
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - La population du Vakinankaratra conquise !
  • Vie de parti - Le HVM dépouillé des ses éléments « acceptables »
  • Course à la magistrature suprême - Des détraqués salissent l’image du candidat du TGV
  • Présidentielle 2018 - Hajo Andrianainarivelo fera tout pour faire élire Andry Rajoelina
  • Election présidentielle - Guerre de leadership dans le camp du régime
  • RN 4 - Embuscade spectaculaire à Mahatsinjo, un bébé blessé

La Une

Editorial

  • La Ville des mille, méconnaissable
    Antananarivo, la Capitale de Madagascar, végète dans un état lamentable. Ternie et enlaidie par les incuries des dirigeants, régime HVM et élus TIM confondus, elle est méconnaissable. Andrianjaka, le grand roi de 1610 à 1630, le tout premier souverain de l'Imerina, fonda Antananarivo, la Ville des mille, et le fit Capitale du Royaume. D'Ambohimanga, Andrianjaka se déplaça à Ialimanga ou Analamanga pour s'y installer.Antananarivo, la Ville des mille colons ou des mille guerriers audacieux (les Tsimilefa) qui ne périrent pas en une journée, « Arivo lahy, tsy maty indray andro », Capitale royale et plus tard Capitale de Madagascar, gardait toujours sa belle réputation, son rayonnement et son charme.

A bout portant

AutoDiff