Publié dans Editorial

Encore intacte !

Publié le vendredi, 20 avril 2018

Les quatre longues années d'absence d'Andry Nirina Rajoelina, ancien Chef d'Etat intronisé au moment de la Transition, n'ont pas eu raison de la popularité de ce jeune meneur d'hommes  auprès des Malagasy. Le capital-confiance dont il jouissait  n'a jamais fait l'objet de la moindre écorchure ni montré la trace d'aucune égratignure.

A Ambilobe, durant  la célébration de la Journée mondiale de la femme, le 8 mars 2018, Andry Nirina Rajoelina avait fait le plein, littéralement parlant, sur le stade municipal de la ville. Hommes et femmes, jeunes et ainés envahirent le lieu. Profondément acquis et sérieusement intéressés par les voies et les moyens que le leader de la Révolution Orange devait présenter pour débarrasser le pays de ce « merdier » où il s'était embourbé, ils étaient venus très nombreux. Un engouement populaire tellement inattendu, en haut lieu, qu'il déclenchait la colère des chefs. La population d'Ambilobe, ayant voté en 2015 un maire de la couleur MAPAR, restait fidèle à son choix et éprouvait un attachement indéfectible à l'endroit de l'ancien locataire d'Iavoloha. La gigantesque mobilisation lors de la descente de Rajoelina témoignait l'effectivité de la popularité dont ce dernier bénéficiait dans cette localité et ses environs.
A Mahajanga, la population éprouva le même sentiment vis-à-vis du jeune fondateur et dirigeant du MAPAR. Le maire de Mahajanga, de la couleur « Orange », Mocktar Andriatomanga, tenait à faire venir son « patron » dans sa ville pour inaugurer des « zava-bita », fruits des efforts propres de la Commune. Et la population, mise au parfum de l'initiative du jeune premier magistrat de la ville, exultait, seulement, à l'idée voir venir sur place l'hôte de marque qui ne manquerait, certainement pas d'exposer l'Initiative pour l'émergence de Madagascar (IEM) comme ce fut le cas à Ambilobe. Le pays en a vraiment besoin d'un salut apte à le faire sortir de cette situation déroutante. Comme nous le savions tous, le régime empêchait, par tous les moyens, la tenue des cérémonies. Les tenants du pouvoir, manifestement aux abois et par des méthodes cavalières, ont tout fait pour que la population majungaise,  acquise à la cause du MAPAR, soit privée de son droit et de sa liberté.
A Vohipeno, à l'invitation de l'église catholique, de la place, à l'occasion de la béatification de « Ramose » Julien Botovasoa, Andry Nirina Rajoelina prenait pour une grande estime et un sacré devoir à honorer de sa présence la cérémonie. Lui-même un fervent catholique ! Toute la population de la région environnante (Manakara, Farafangana) s'était mobilisée pour l'accueillir. Partout où il se déplaçait, la foule voulait lui manifester son soutien. Elle l'avait affiché publiquement d'ailleurs le jour même de la cérémonie ! Une vive popularité que n'importe quel dirigeant politique rêverait en goûter surtout en cette veille des élections.
Gageons que les populations des autres chefs- lieux de Régions ou Districts se démèneraient à organiser la venue du jeune concepteur de l'IEM.   En somme, en dépit des sept cent soixante jours, environ, d'absence dans le pays, le lien d'amitié et la relation de confiance qui unissent l'ancien président de la Transition, Andry Nirina Rajoelina, avec son peuple restent vivaces.  La cote de popularité, avoisinant l'acmé, que le jeune leader de la Révolution Orange bénéficiait auprès de la population est encore intacte.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Jeter de l’argent par la fenêtre - Une nouvelle récidive du régime ce samedi
  • Andry Rajoelina au forum de l'IEM - « Remplacer le fatalisme par l'optimisme »
  • Atteinte à la sûreté de l’Etat - Rasoamaromaka sort libre de son audition
  • Initiative pour l’Emergence de Madagascar - Plus de 2000 participants au forum international
  • Condamnation de l'écologiste Raleva - Un « chef d'accusation ridicule », selon Amnesty international
  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar

La Une

Editorial

  • Les incorruptibles
    Brian De Palma, le célèbre réalisateur américain, mit jour en 1987, le légendaire film « The untouchables » et adapté sur l'écran français « Les incorruptibles ». Interprété sur le plateau par des acteurs mythiques tels, entre autres, Kevin Costner, Sean Connery ou Robert De Niro, Andy Garcia, le film rencontra un immense succès à travers le monde. En gros, c'est l'histoire de la traque du…charismatique mafieux « Al Capone » durant les années trente, à Chicago. Pour venir à bout de sa mission, l'agent Eliot Ness (Kevin Costner), dut recourir au service des hommes répondant aux critères  de sa trempe, à savoir, intraitables et surtout  incorruptibles (untouchables).

A bout portant

AutoDiff