Publié dans Editorial

Mission exceptionnelle

Publié le mercredi, 06 juin 2018

Pendant que le Premier ministre de consensus, Ntsay Christian, « bosse » laborieusement à former son équipe, il nous parait judicieux de recadrer, une bonne fois pour toutes, la nature de l’existence de son Gouvernement. D’abord, nous tenons à activer la sonnette d’alarme au danger qui guette le PM à travers la  délicate charge pour monter l’échafaudage du  Gouvernement. Il devrait être très sollicité par certains membres éhontés du microcosme politique local qui font des pieds et des mains pour être casés. Courtisé dans toutes parts, Ntsay Christian devrait faire preuve de discernement pour ne pas  tomber dans le piège des prédateurs de fauteuils. La reconquête du paradis perdu s’impose !  Au juste, en quoi consiste la raison d’être de ce Gouvernement dit de consensus ?

La Décision n° 18-HCC/D3 répond, sans ambages, à la question.L’article 8 prévoit   et ordonne ainsi « Le Gouvernement de consensus mis en place arrête avec la CENI, l’organisation d’une élection anticipée durant la saison sèche… ». Donc, c’est un Gouvernement de mission à laquelle Ntsay Christian et les membres qu’il aura l’honneur de diriger n’auront aucune excuse si jamais ils ratent leur mission.  En réalité, il s’agit d’une mission toute spéciale.  A l’époque, le 10 avril 2016, quand un certain Solonandrasana Mahafaly Olivier prenait la barre du Gouvernement, il vantait de mener un « Gouvernement de combat ». Tout le monde était tout ouïe. Que d’espoirs et d’attentes ! Finalement, du mirage ! Cette fois-ci, le peuple se trouve en face d’un  « Gouvernement de mission », le vrai. Une mission hautement spéciale.  Précision. L’article 8 de la Décision de la HCC du 25 mai stipulait et ordonnait de quelle élection le pays espère-t-il avoir ! Des « élections libres,  honnêtes et transparentes » auxquelles nous nous permettons de rajouter « inclusives et acceptées par tous ». Et c’est ici tout l’enjeu de la formation de ce Gouvernement. Ntsay Christian, dans le choix de son équipe, a intérêt à prendre sérieusement en compte les critères correspondant au défi qui l’attend. Nous croyons dur comme fer que les hommes et les femmes proposés par le MAPAR, en coordination avec les 73 députés pour le changement, respecteront les consignes y afférentes. Des hommes et femmes compétents, intègres et opérationnels dans l’immédiat.  Mais, il n’y a pas que les élections, d’autres dossiers aussi importants que pressants attendent Ntsay et son équipe. On ne doit pas perdre de vue la tourmente des 25 millions de Malagasy. La misère, l’insécurité, la corruption, etc, exigent des solutions d’urgence. Tout au moins, on entame. Le salaire de misère des fonctionnaires, à titre d’exemple, doit être revu au plus vite. Les dossiers brûlants en souffrance dans les tiroirs de la Justice urgent. Entre autres, les cas de Claudine Razaimamonjy et consorts, d’Houcine Arfa,  d’Andriamandavy VII, … Les « abus » commis par l’ancien gouvernement doivent être réparés sans tarder. Des militants écologistes innocents tels Razafimalala Clovis, Raleva,  Marozafy ou autres, injustement et arbitrairement harcelés et inculpés méritent de recouvrer, illico, leur liberté, sinon, leur dignité.Il faut clarifier le sort des personnalités politiques comme l’ancien président Ravalomanana. Et bien d’autres ! Certes, le sénateur Lylison a été acquitté. Il faut continuer à  d’autres.  A une situation exceptionnelle, une mission exceptionnelle ! 

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff