Publié dans Editorial

Imperturbable

Publié le vendredi, 08 juin 2018

Nous voici nous entamons un nouvel épisode de l'Histoire nationale de Madagascar. Par une Décision irrévocable de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) en date du 25 mai 2018, le régime HVM a dû finalement céder la place à une nouvelle équipe, au Gouvernement, dirigée par Ntsay Christian, un technocrate neutre. Proposé par la « vraie » majorité, le MAPAR, à l'Assemblée nationale et adoubé par les célèbres et légendaires 73 députés pour le changement, le nouveau PM aura la délicate tâche d'organiser l'élection présidentielle dans les plus brefs délais.

La HCC, à travers la Décision n° 18-HCC/D3 du 25 mai 2018, trancha, et ce, après avoir fait attendre…30 jours ! La « troupe » à Hanitra Razafimanantsoa et à Christine Razanamahasoa, obtint gain de cause...en partie. Mais, c'est déjà une victoire, en soi. Pour la simple raison que Rajao a dû se séparer de son fidèle PM. Il perd ainsi un très gros paquet de son pouvoir en ne maîtrisant plus le contrôle total de l'Exécutif.
Hery Rajaonarimampianina après avoir semé, indifféremment et négligemment, le vent pendant ces quatre et demi de règne sans partage récolte maintenant  la tempête. Bref rappel, le Chef de l'Etat, depuis la date irréversible du 25 mai, cherchait vainement des issues afin d'éviter la « cohabitation » avec les 73 députés du changement en particulier d'être soumis de composer les élus MAPAR. Bête noire de Rajao, Christine Razanamahasoa figure de proue de la « lutte » figurait sur la liste des favoris pour siéger à Mahazoarivo. En pole position, cette Magistrate de carrière et élue MAPAR d'Ambatofinandrahana gène, personnellement, le locataire d'Iavoloha. Un vrai cauchemar pour l'homme « fort » du régime HVM ! En fait, il s'agit d'un retour de manivelle naturel que tous les dirigeants HVM doivent s'attendre. Finalement, avec la nomination de l'ancien diplomate du BIT, Monsieur Ntsay, Rajao avait réussi à contourner Christine Razanamahasoa. Mais, il ne pouvait pas échapper d'obtempérer à la Décision de la HCC et doit se contenter de la miette du pouvoir. Imperturbable, la HCC n'a rien voulu savoir !
Quelle leçon à retenir ? En tant que garante du respect de la Constitution, la plus haute juridiction du pays dispensa ainsi un cours magistral sur l'Etat de droit. Elle envoya un message fort à l'endroit de l'Exécutif et au peuple qu'il faut obéir aux décisions de Justice. Chose que ce régime excella spécialement ! Certes, le verdict prête parfois à confusion, quelques Articles à débat que des esprits tordus exploitent « à merveille ». Malgré tout, la HCC reste ferme. Le maximum que les Hauts Conseillers aient pu faire pour adoucir la chute consista à accorder cinq jours de sursis et pas plus. Son Premier ministre dut irrémédiablement abandonner.  Et la passation effectuée ! Chapeau à Jean Eric Rakotoarisoa et consorts !
Les militants de la Place du 13 mai se frottent les mains et se félicitent. Il reste d'attendre la publication des membres du Gouvernement de consensus. Mais la consigne de veille demeure jusqu'à la pleine satisfaction du mouvement, à savoir le départ définitif du régime HVM. Mais, le peuple croit que l'imperturbable HCC ne fait pas les choses à moitié. Il attend vivement le verdict qu'elle va statuer fixant le sort des députés « mpamadika palitao ».
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff