Publié dans Editorial

Ntsay Christian, l'homme de la situation ?

Publié le dimanche, 10 juin 2018

Loin de nous l'idée d'émettre un quelconque doute sur la personnalité du nouveau Premier ministre de consensus Ntsay Christian ni de remettre en cause à sa nomination encore moins d'avoir un soupçon sur son cursus étoffé et ses riches expériences. Seulement, vu les pressions mises en jeu, il nous est difficile de ne pas s'interroger sur la réelle possibilité de réussite de sa mission spéciale !  Un point d'interrogation s'impose !

Aujourd'hui après huit jours passés, jour pour jour, le lundi 4 juin 2018, Ntsay Christian, fonctionnaire international auprès du BIT en poste à Antananarivo fut nommé Premier ministre (PM) par le Président de la République Hery Rajaonarimampianina. Une nomination qui intervint suite aux contestations populaires et en vertu d'une Décision de la HCC. Et cela, quelques heures seulement après la présentation officielle de la démission d'Olivier Mahafaly Solonandrasana de son poste de Premier ministre.
A la date d'aujourd'hui, les nouveaux membres du Gouvernement qui devaient être déjà opérationnels tardaient. La Décision n°18-HCC/D3 en date du 25 mai 2018 donne 5 jours au Président de la République et à son nouveau PM de monter et nommer le nouveau
Gouvernement. Mais les dures tractations et les implacables marchandages font trainer les choses.
Normalement, le processus ne devrait pas poser problème car la nomination du PM et la désignation des membres de son Gouvernement furent nettement définies dans la fameuse Décision de la HCC à partir de l'Art. 4. Le parti de l'ancien président de la Transition Andry Nirina Rajoelina, le MAPAR, étant la formation ayant obtenu la majorité des sièges à l'Assemblée nationale, trône devant suivi de près par celle de l'ancien Président Ravalomanana Marc, le TIM ainsi que d'autres, le MMM, le Hiaraka isika…
Cependant, Hery Rajaonarimampianina, toujours hors-la-loi et arrogant, se fiche totalement et complètement des injonctions de la HCC. Toujours indifférent vis-à-vis de la Loi fondamentale et voulant être toujours au-dessus de la loi, Rajao ignore la Justice et se moque de ses verdicts. Ainsi, le nouveau Gouvernement peine à venir. Le grand manitou d'Iavoloha tente par tous les moyens d'imposer ses…caprices. Et c'est ici qu'intervient la nécessité de mettre un point d'interrogation. Ntsay Christian serait-il à même de faire respecter point par point les Articles de la Décision de la HCC du 25 mai notamment ceux relatifs aux nominations du PM et des membres du Gouvernement ? Les supputations qui persistent donneraient avantage à Rajao et à son clan dans la répartition des portefeuilles avec la bénédiction de la Communauté internationale. Chose que les 73 députés du changement soutenus par tous les militants répartis dans toute l'Ile refuseront catégoriquement.
On est tenté de conclure que Ntsay Christian serait plus l'homme de la Communauté internationale que du consensus national encore moins de la Place du 13 Mai (des 73 députés) ! Les incontrôlables partenaires financiers et techniques parviennent « toujours » à dicter leur « loi » à Madagascar. Eux qui soutiennent, sans scrupule, Rajaonarimampianina, un Président hué et rejeté par son propre peuple, restent maîtres dans toutes les grandes décisions.
La moindre omission à l'esprit de la Décision du 25 mai de la HCC équivaut à une provocation. Aussi, Ntsay Christian serait-il vraiment « l'homme de la situation » ? L'avenir nous le fixera.
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff