Publié dans Editorial

L’impératif face-à-face !

Publié le mercredi, 13 juin 2018

Péril en la demeure. Une fissure persistante menace la paroi cimentée de l’édifice. La solidarité militante des 73 députés pour le changement traverse en ce moment une zone de turbulence mettant en danger l’avenir de la « lutte ». Une fracture  risque de se produire. La composition et l’installation du nouveau  Gouvernement dirigé par le Premier ministre de consensus Ntsay Christian se trouvent à l’origine du séisme. Au départ, plus précisément, le 21 avril 2018, la contestation visait personnellement le Chef de l’Etat. Les 73 députés réclamèrent le départ du Président de la République par la voie de la démission. Lui étant le principal responsable de la misère des Malagasy, de l’insécurité et de la généralisation de la corruption ainsi que l’impunité qui règnent dans le pays. Non seulement, Rajao manque à ses devoirs en tant que  « Raiamandreny », mais, il viole la Loi fondamentale en vigueur. Bref, il ne mérite plus de continuer à présider les destinées de la Nation.

En guise de réponse à la requête des parlementaires de l’opposition, la HCC décrète par la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 une série de dispositions auxquelles le Chef de l’Etat n’a d’autre choix que d’obtempérer. Les 15 Articles compris dans cette Décision ne laissent aucune possibilité au HVM, parti du Président, d’avoir la moindre chance de revenir au Gouvernement. D’ailleurs, sur le Kianja on scandait le « zéro redoublement ». Un concept acquis de droit au vu de l’incontournable Décision de la HCC. Cependant, lorsque le nouveau Cabinet fut présenté ce lundi  11 juin 2018, la réalité contredit tout. Les députés, restés au quai, sur la Place du 13 mai fustigèrent, par des propos très durs et virulents, Rajao. En fait, ils n’ont pas tort ! Par la magie du leurre, les éléments proches du parti d’Etat, le HVM, se taillèrent la part du lion. Pire encore, Rajao réussit à caser certaines brebis galeuses du régime. Des personnalités mises au ban de l’opinion nationale mais qui figuraient encore au tableau. Maître Hanitra Razafimanantsoa et consorts n’ont pas du tout toléré l’arrogance de Rajao.  Ce « Monsieur » qui viole jusqu’à son dernier  souffle la loi en vigueur dans son pays. Il jettait à la poubelle la Décision de la HCC. Seulement, les critiques violentes à l’endroit du Chef de l’Etat éclaboussèrent, par la même occasion, en lieu et place des députés du changement ayant accepté l’offre de siéger au Gouvernement de Ntsay. Les Christine et compagnie ont eu leurs doses « suffisantes ». Les cris hostiles du Kianja, à leur gouverne, permettent aisément de sentir la tension. Tous les intervenants tenaient des propos très loin d’être tendres et lâchaient même le terme de « trahison » à la cause de la lutte commune. Les députés  « casés » avaient eu droit à des insultes. Il faut, le plus rapidement possible, convaincre tout le monde, les 73 députés pour le changement, à se mettre autour d’une table. Un dialogue à l’interne s’avère des plus utiles. Des zones d’ombre doivent être élucidées. Quitte à se casser la gueule, il faut qu’on parle ensemble. Faut-il rappeler que c’est l’avenir, même, de la Nation qui est en dépend.  Inutile de se chamailler publiquement. Vivement  et urgemment, l’impératif face-à-face !

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff