Publié dans Editorial

Phénomène social

Publié le lundi, 09 juillet 2018

Ronaldo l’autre, le brésilien, le feu follet du football brésilien des années 90, fut le légendaire et mythique avant-centre de la « Selecao ». Il conduisit l’équipe brésilienne, pour la 4e fois, au firmament du ballon rond au Mondial de 1994 aux Etats-Unis. Le Brésil en détenteur définitif est le seul pays à avoir décroché cinq fois la Coupe du Monde. L’Allemagne, derrière lui, l’autre détenteur définitif, avec quatre  « étoiles ». Ronaldo, « el fenomeno », Ronaldo Luis Nazario de Lima, de son vrai nom, marquait d’une pierre blanche le sport-roi de son pays et par-dessus à l’extérieur. Ce fut un phénomène du football mondial ! Le terme « phénomène » désigne quelque de chose d’inhabituel ou de rare en son genre sinon un miracle. De retour au pays, après un long séjour correspondant à une longue absence de quatre ans et demi, Andry Nirina Rajoelina s’érige, à la surprise générale, en phénomène social. Non seulement, il s’était éclipsé de la scène politique nationale, durant presque la totalité de la durée du mandat du président, en place, mais aussi il s’était gardé de toute déclaration politique, encore moins, de la moindre critique. Un silence tactique et éloquent qui  intriguait certain milieu du pouvoir et celui du microcosme politique local.

 

 Les quelques années sabbatiques closes, Zandry Kely se décide enfin, les manches retroussées, à plonger dans l’arène, au grand plaisir des sympathisants. Un raz-de- marée de population enthousiaste acquise à la cause que le leader Orange voulait bien exposer à chaque déplacement remplit les stades. Visiblement, l’IEM répond, « au millimètre près », aux besoins de plus en plus pressants et sans cesse croissants de la population. La misère, l’insécurité, la corruption, l’impunité et bien d’autres « soucis » comme la mauvaise gouvernance trouvent leurs portes de sortie respectives grâce à la louable Initiative de l’IEM. Les quarante-huit mois absence a été rendu nécessaire à notre « héros de la Révolution Orange » pour confectionner un ensemble de programme dont le seul et unique objectif consiste à …sauver le pays. Un Business Plan structurant,  efficace et pertinent et, tenez-vous bien, à effet immédiat, que tout prétendant pour la conquête d’Iavoloha doive être apte à présenter aux  concitoyens avides et impatients.  Toutes les stratégies mises au point par des experts de haut vol seront de mise. En tout cas, les urgences vécues au quotidien par la grande majorité ne peuvent jamais attendre dix ans ou plus. Les couches les plus vulnérables n’ont plus la force nécessaire d’espérer une quelconque voie de sortie en 2030.

En politique notamment dans la gestion des affaires nationales, il n’y a pas de « magie ». L’aventurisme n’a pas de place. Il faut avoir toujours dans la tête qu’il s’agisse de la vie ou de la mort des concitoyens. Pour le peu que l’on puisse porter un humble jugement à l’endroit de celui à qui la magistrature suprême a été confiée à partir de 2014, il manque cruellement de « plats » à servir au peuple affamé ou d’ »astuces » de nature à apaiser la tourmente.

Rien d’étonnant si notre jeune champion rassemble des foules à chaque rendez-vous. Il a de quoi à satisfaire miraculeusement les Malagasy. Un phénomène social que des jaloux n’arrivent pas à digérer.

   Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff