Publié dans Editorial

La vraie bataille

Publié le mercredi, 11 juillet 2018

Sitôt après le dépôt de la Déclaration de patrimoine auprès de la HCC, le Premier ministre Ntsay Christian s’est plié au rituel point de presse. Devrions-nous souligner qu’à travers ce geste hautement symbolique, le chef du Gouvernement de consensus voulait montrer aux yeux de la Nation un exemple d’intégrité et de crédibilité. Un acte à suivre, illico, par les autres membres du Gouvernement. A rappeler que certains hauts dirigeants de l’équipe précédente, parlementaires compris, se faisaient tirer les oreilles ou tacler par le moyen de la … pelle pour s’y soumettre. Le Directeur Général du BIANCO avait, vraiment, du mal à se faire entendre.  La transparence est une notion inconnue de nos  dirigeants. Devant la presse, à Ambohidahy, le PM de consensus abordait certains des sujets brûlants.

A propos de la grève des enseignants, il n’a pas mâché les mots. Des efforts ont été déjà consentis. Une coquette somme de 155 milliards d’Ariary fut débloquée pour satisfaire, en grande partie, des doléances des Maîtres-Fram. Et on ne s’arrêtera pas là.  Les grévistes, de leur côté, doivent assumer leurs responsabilités. Il ne faut pas sacrifier l’avenir de nos petits, surtout qu’ils viennent, pour la plupart, des couches sociales défavorisées. Le PM d’ajouter, en substance, qu’il faut oser, à un certain moment,  arrêter quelque chose qu’on avait initié. On ne négocie pas, la même chose, pendant deux à trois mois, martèle-t-il. Ntsay Christian n’a pas manqué aussi d’évoquer le sujet qui lui tient à cœur, à savoir la lutte contre la corruption. Visiblement, il aimerait profiter de son court séjour à Mahazoarivo pour bousculer certaines mauvaises pratiques et traquer, plus particulièrement, les fomentateurs de ce mal, la corruption, qui a tendance à prendre racine et de la dimension dans les rouages du pouvoir. L’initiative sinon la volonté est hautement louable et à encourager. Cependant, les observateurs de s’interroger devant l’ampleur des « dégâts », le PM de consensus aurait-il les reins solides et le temps nécessaire pour mener à terme la bataille ? Il n’est pas sans savoir sur l’insistance du Chef de l’Etat à nommer selon ses volontés les titulaires des portefeuilles ministériels de souveraineté malgré les dispositions imposées par la HCC selon l’Art.7 de sa Décision du 25 mai. Or, selon les rapports de Transparency International, ces Départements dits de souveraineté (Défense nationale dont la Gendarmerie, Police nationale, Justice et l’Administration du territoire) sont les principaux points d’ancrage de la corruption au sein de l’Etat. Est-il vraiment sûr que les personnalités imposées par son Chef au sein desdits ministères, celui de la Justice ou de l’Intérieur, par exemple, feraient-elles grand cas de priorités dont il se fixe. Quand on sait que l’une des premières décisions prises par Mme Harimisa Noro Vololona, la nouvelle Garde des Sceaux, fut de parachever le limogeage du Procureur Général près de la Cour Suprême, Ranary Rakotonavalona, une personnalité qui gêne beaucoup Iavoloha, il y a de quoi s’inquiéter. Quand on voit que le nouveau titulaire de l’Intérieur n’est que l’ancien Secrétaire du Gouvernement Solonandrasana Mahafaly, on n’est pas sorti de l’auberge. Ainsi, la vraie bataille contre la corruption devrait commencer à l’intérieur même de la nouvelle équipe. Ntsay Christian ferait mieux de s’assurer que ses  proches collaborateurs du Gouvernement s’associeraient réellement à la bataille.

   Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres
  • Trafic de bois de rose - Arrestation spectaculaire d’Eddy Maminirina
  • Président Andry Rajoelina - « La JIRAMA autorisée à importer directement du fuel lourd »
  • Gendarmerie nationale - Haro sur la corruption et les abus

La Une

Editorial

  • Impunité zéro
    De grosses têtes tombent, du moins commencent à tomber. De gros bonnets ou de gros poissons se font coincés dans le filet des limiers. Le temps de l’impunité est révolu. Finie l’époque où seuls les menus fretins payèrent les pots cassés. Le Président de la République, Rajoelina Andry Nirina, lors de son discours d’investiture déclarait qu’il va mener une bataille sans merci et sans pitié contre la corruption, le pillage des richesses naturelles, souvent endémiques, toutes formes d’exactions frauduleuses, les détournements de deniers publics et le gaspillage du Trésor public, etc. Il déclenchera également la lutte intransigeante contre l’insécurité. Dans la foulée, notre jeune et courageux Chef d’Etat prendra aussi des mesures urgentes afin de soulager, à long terme, le malheur de son peuple. Et pour couronner le tout, Rajoelina  s’engagea  à éradiquer, dans tout le pays, toutes les formes d’impunité. Le régime IEM tranche avec tous ses prédécesseurs  dans…

A bout portant

AutoDiff