Publié dans Editorial

Causette des imbéciles

Publié le lundi, 06 août 2018

 Sentant venir la victoire certaine du poulain du MAPAR/TGV à la prochaine élection présidentielle du 7 novembre, les caciques aux cravates bleues tremblent de peur. La queue enfouie entre les fesses, tel un chiot pris de panique, l’équipe dirigeante du HVM meurt de frousse. Conscients des horreurs qu’ils ont fait endurer au peuple, en particulier aux anciens « amis » de lutte, les futurs ex-tenants du pouvoir présagent le pire. Certainement, les concitoyens ne leur renouvelleront plus la confiance. Une défaite totale les attend, à moins qu’ils réussissent à traficoter, encore, les résultats des urnes. Reste à savoir… De toute manière, si un tel scénario se produit, ce serait la bagarre générale ! Pour le moment, un accès de délire, le « delirium tremens », sur le lit de la mort, le fait de dire n’importe quoi. Un vrai cauchemar pour la clique de Rivo Rakotovao. Et le leader de la Révolution Orange qui se défend, d’ailleurs, d’être un candidat de parti mais plutôt le porte-drapeau du peuple tout entier, le premier prétendant à la magistrature suprême à avoir déposé sa candidature, subit les animosités barbares avec tous les mots insanes et sauvages de la bande à Rajao. Andry Nirina Rajoelina, le « putschiste » ! Un qualificatif que presque tous les quotidiens, à la solde du régime, égosillent pour fustiger Zandry kely.

Et tout le monde s’étonne ! « De gaga enao ! » A court d’imagination, ces « feuilles de choux » n’ont-ils pas pu dénicher d’autres sujets beaucoup plus intéressants ou dignes d’un journal de classe ? Si tant il est vrai que Rajoelina soit un fauteur de coup d’Etat, quels genres de personnalités devraient-elles être, donc, les Hery Rajaonarimampianina ou les Harry Laurent Rahajason, notre ex-confrère Rolly Mercia, et bien d’autres qui ont sucé, à satiété, la Transition ? Marc Ravalomanana, en personne, n’ose même pas utiliser ce maudit terme à l’endroit de son rival de toujours. Il sait pertinemment qu’il quitta librement le pouvoir après avoir démissionné et l’avait transmis aux Officiers généraux les plus gradés, à l’époque. Il n’y avait eu aucun coup de feu ni un quelconque peloton armé ayant investi de force le palais pour l’extirper de là. Certes, il y avait le soulèvement populaire qui l’obligea à abandonner. Tout comme le « Printemps arabe » de 2011 que d’aucuns ne s’aventureront à le qualifier de coup d’Etat ! Mesdames et messieurs les … journaleux, revoyez vos copies ! Il faut savoir faire la différence entre « soulèvement populaire » et « coup d’Etat ». Essayez de relever le niveau de la manière avec laquelle vous interprétiez la réalité des choses. Soyez au moins honnêtes envers vous-mêmes et cessez de cracher des bêtises ! Les éléments fantoches du HVM s’en prennent également au Premier ministre par des propos délirants. Ils l’accusent de partialité ou de manque de neutralité. Une faute grave pour un chef de l’Administration ! Ayant l’habitude de se baigner dans la médiocratie et l’irrespect des normes, les barons du HVM confondent le bon grain de l’ivraie. A bien des égards, le penseur, un certain Philippe de Chennevières, dit vrai quand il clamait tout haut que « la politique, si elle n’est pas le rêve des génies, est d’ordinaire la causette des imbéciles ».

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff