Publié dans Editorial

Causette des imbéciles

Publié le lundi, 06 août 2018

 Sentant venir la victoire certaine du poulain du MAPAR/TGV à la prochaine élection présidentielle du 7 novembre, les caciques aux cravates bleues tremblent de peur. La queue enfouie entre les fesses, tel un chiot pris de panique, l’équipe dirigeante du HVM meurt de frousse. Conscients des horreurs qu’ils ont fait endurer au peuple, en particulier aux anciens « amis » de lutte, les futurs ex-tenants du pouvoir présagent le pire. Certainement, les concitoyens ne leur renouvelleront plus la confiance. Une défaite totale les attend, à moins qu’ils réussissent à traficoter, encore, les résultats des urnes. Reste à savoir… De toute manière, si un tel scénario se produit, ce serait la bagarre générale ! Pour le moment, un accès de délire, le « delirium tremens », sur le lit de la mort, le fait de dire n’importe quoi. Un vrai cauchemar pour la clique de Rivo Rakotovao. Et le leader de la Révolution Orange qui se défend, d’ailleurs, d’être un candidat de parti mais plutôt le porte-drapeau du peuple tout entier, le premier prétendant à la magistrature suprême à avoir déposé sa candidature, subit les animosités barbares avec tous les mots insanes et sauvages de la bande à Rajao. Andry Nirina Rajoelina, le « putschiste » ! Un qualificatif que presque tous les quotidiens, à la solde du régime, égosillent pour fustiger Zandry kely.

Et tout le monde s’étonne ! « De gaga enao ! » A court d’imagination, ces « feuilles de choux » n’ont-ils pas pu dénicher d’autres sujets beaucoup plus intéressants ou dignes d’un journal de classe ? Si tant il est vrai que Rajoelina soit un fauteur de coup d’Etat, quels genres de personnalités devraient-elles être, donc, les Hery Rajaonarimampianina ou les Harry Laurent Rahajason, notre ex-confrère Rolly Mercia, et bien d’autres qui ont sucé, à satiété, la Transition ? Marc Ravalomanana, en personne, n’ose même pas utiliser ce maudit terme à l’endroit de son rival de toujours. Il sait pertinemment qu’il quitta librement le pouvoir après avoir démissionné et l’avait transmis aux Officiers généraux les plus gradés, à l’époque. Il n’y avait eu aucun coup de feu ni un quelconque peloton armé ayant investi de force le palais pour l’extirper de là. Certes, il y avait le soulèvement populaire qui l’obligea à abandonner. Tout comme le « Printemps arabe » de 2011 que d’aucuns ne s’aventureront à le qualifier de coup d’Etat ! Mesdames et messieurs les … journaleux, revoyez vos copies ! Il faut savoir faire la différence entre « soulèvement populaire » et « coup d’Etat ». Essayez de relever le niveau de la manière avec laquelle vous interprétiez la réalité des choses. Soyez au moins honnêtes envers vous-mêmes et cessez de cracher des bêtises ! Les éléments fantoches du HVM s’en prennent également au Premier ministre par des propos délirants. Ils l’accusent de partialité ou de manque de neutralité. Une faute grave pour un chef de l’Administration ! Ayant l’habitude de se baigner dans la médiocratie et l’irrespect des normes, les barons du HVM confondent le bon grain de l’ivraie. A bien des égards, le penseur, un certain Philippe de Chennevières, dit vrai quand il clamait tout haut que « la politique, si elle n’est pas le rêve des génies, est d’ordinaire la causette des imbéciles ».

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka
  • Traitement des résultats de l’élection présidentielle - La CENI suscite la méfiance
  • Accusations de corruption - La CENI répond au camp Ravalomanana
  • Election présidentielle - Andry Rajoelina number 1 dans la majorité des Régions
  • Panique post-électorale - Ravalomanana enchaine les violations de la loi !
  • Election présidentielle - La communauté internationale appelle à la retenue les candidats n° 12 et n° 25

La Une

Editorial

  • L'indomptable !
    On la croyait écrasée, non il n'en est rien. Elle est toujours là ! Elle réapparait et menace de sévir. La peste, car il s'agit d'elle, persiste et signe. Cette maladie causée par la bactérie du nom de « Persinia Pestis » demeure l'indomptable ennemie à Madagascar. Obnubilé par les interminables comptages de voix, le pays tout entier semble ignorer qu'une maladie est en train de faire parler d'elle de... nouveau. Eclipsée par l'ambiance électrique électorale, la peste refait discrètement surface et risque de faire des ravages au cas où des mesures draconiennes ne seraient pas prises illico. La publication des résultats du scrutin du 7 novembre prend trop de temps. Une lenteur légendaire qui irrite certains états-majors politiques. Une lenteur qui soulève des vagues auprès de l'opinion.

A bout portant

AutoDiff