Publié dans Editorial

Recadrage et toilettage obligatoires

Publié le jeudi, 09 août 2018

Déjanté ! A peine quatre ans de service, le régime HVM désaxe. Tel un véhicule déjanté, les roues gondolent. Le parallélisme affecté, la direction ne roule plus droit. A tout cela s'ajoute la souillure. Le Premier ministre de consensus, Ntsay Christian, mandaté d'une mission spéciale et conscient de la nécessité impérieuse de tout remettre en ordre, décide de procéder à un recadrage et à un toilettage de l'Administration publique. C'est une obligation de service à laquelle il assume entièrement la responsabilité. Le pays ne peut plus continuer ainsi !

Après avoir mis un point d'orgue sur la nécessité de stopper nette la gabegie, notamment à l'usage abusif des véhicules administratifs en instaurant les plaques rouges, le PM s'attaque maintenant au recadrage de la neutralité de l'Administration. Dans un communiqué de presse de la Primature, en date du 8 août 2018, Ntsay Christian voulait rétablir l'ordre dans l'exercice des fonctions des responsables à tous les niveaux de l'Administration publique. Il exige la rigueur, sans exception, sur le respect des textes de lois en vigueur et l'égalité de chance de tous devant la loi. Aucune partialité n'est permise ni autorisée. Sur ce, le PM n'invente en rien. Il n'a fait que rafraîchir les mémoires : l'Art. 39 de la Constitution stipule que « l'Etat garantit la neutralité de l'Administration, des Forces armées, de la Justice, de la Police et de l'éducation ». A l'approche du grand rendez-vous national du 7 novembre, il est d'une importance capitale que le chef du Gouvernement remet la pendule à l'heure. Soulignons qu'il n'est pas à sa première démarche de mise à jour. Il a déjà convoqué tous les chefs de Districts, premiers responsables sur terrains, de l'Administration territoriale, à la Coupole (Patte d'éléphant) sise à Anosy, et cela, pour le besoin de les mettre en… rang. L'objectif étant d'aboutir à une élection libre, transparente et acceptée de tous, la seule garantie d'une stabilité durable. Bien entendu, les caciques du HVM,
en premier lieu le Chef de l'Etat, grincent les dents.
Trop enracinés dans les pratiques obsolètes d'une Administration esclave, prête à satisfaire tous les caprices des tenants du pouvoir, les barons aux cravates bleues s'indignent. Pas plus tard que le vendredi 17 juillet, au Carlton, quand Rivo Rakotovao devait annoncer sa démission à la tête du parti, tous les chefs de Région, ou presque, assistaient à la réunion.
Naturellement, les « bleus » rejettent les mesures de recadrage prises par Mahazoarivo. Ils osent même accuser Ntsay Christian de violer ce principe sacro-saint de la neutralité de l'Administration. Des propos totalement irresponsables voire des délires de fous aliénés (« rediredin'adala ») !
Mahazoarivo, dans ce communiqué, rappelait aussi l'Art. 10 de la Constitution qui précise, en toute clarté, la nécessité pour les responsables étatiques à tous les niveaux de respecter « la liberté d'opinion, d'expression, de communication… ». De même, le respect de l'égalité de tous devant la loi. Un enjeu primordial pour un Etat qui se réclame l'étiquette d'un « Etat de droit ». Toilettage, l'autre paire de manche qui attend le PM. Le régime HVM est souillé jusqu'à la moelle. La corruption figure en tête de liste de la souillure et qui nécessite un curage en profondeur ou un lavement général.
Du courage monsieur le PM !
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Elections Liens suspects entre - Mbola Rajaonah et le DSI de la CENI
  • Trucage des résultats électoraux - Des têtes vont tomber au niveau des SRMV
  • TIM – HVM - Une alliance vouée à l’échec !
  • Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie - La plus grosse déception des Tananariviens
  • Laniera Ivato - Un Indopakistanais dépossède 950 Malagasy de leurs biens
  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC

La Une

Editorial

  • Arrogante !
     Contre vents et marées, la CENI publia officiellement les résultats provisoires de l’élection du Président de la République du 7 novembre 2018. Le schéma d’un deuxième tour se confirme. En dépit des anomalies et des irrégularités constatées, soulevées et dénoncées par l’ensemble des candidats, la Commission ne fait qu’à sa tête et se moque royalement de ces légitimes réserves. Elle  défend, farouchement, par la voix de son président, Maitre Hery Rakotomanana, la supposée légitimité de sa démarche. Toujours selon cet avocat de renom, trois piliers sous-tendent les actions, à savoir : la transparence, la neutralité et l’indépendance. Personne ne conteste ni remet en cause la pertinence ou la nécessité de ces bases cardinales. Seulement, certain comportement des dirigeants de cette honorable Institution les contredit. Ainsi, des faits avérés troublants laissent planer le doute quant à l’existence réelle de la transparence, à la fiabilité de la neutralité et à la véracité de…

A bout portant

AutoDiff