Publié dans Editorial

La machine en marche

Publié le vendredi, 10 août 2018

Le conducteur démarre. Le moteur tourne. Mais tout bon chauffeur qui se respecte, il se donne le temps de chauffer la machine. Un minimum nécessaire afin de respecter « les règlements » en vigueur et aussi pour préserver l'efficacité de la machine. Qui veut aller loin, dit-on, ménage sa monture !
Andry Nirina Rajoelina, le premier prétendant déclaré pour la course à la conquête d'Iavoloha, ne badine pas et ne sous-estime point aux multiples et difficiles enjeux en cours. Il prend au sérieux les défis qui l'attendent.

A la différence de certains postulants qui n'osaient même pas franchir le Rubicon pour la déclaration officielle de leurs candidatures pourtant, ils sillonnaient déjà le pays et promettent la lune, le poulain du MAPAR/TGV joue la carte blanche.
Ces vrais-faux prétendants à la magistrature suprême se défilent à franchir le seuil du portail d'Ambohidahy. Il y en a parmi eux des personnalités qui profitent de leurs statuts « d'hommes » d'Etat  pour les uns ou « d'hommes » d'église pour les autres, pour en tirer  parti.
Des inaugurations des réalisations, des « zava-bita » qui, parfois, ne nécessitent même pas la présence effective du n°1 de l'Etat. Des coups d'envoi de travaux qui auraient dû être lancés des années auparavant, à l'instar de la RN 5 reliant la localité d'Ambilobe à celle de Vohémar. Des gestes ou des clins d'œil d'ici et là, etc… Sans avoir le bon sens et l'honnêteté d'annoncer publiquement sa candidature et aller le déposer aux autorités compétentes, le locataire d'Iavoloha multiplie au maximum des gestes de séduction en usant la puissance publique. Il ne se soucie pas de se lancer à une authentique campagne électorale, urbi et orbi, avant terme.
Des tentatives de séduction auprès des fidèles d'églises auxquelles de faux fuyants prétendants d'Iavoloha s'adonnent allègrement. Ils tenaient à assister à des assises nationales ou des pèlerinages voyant la participation des fidèles venus des quatre coins de l'île. Certainement, le but consiste à courtiser le maximum d'électeurs au sein des églises. Etrange mais c'est la réalité, les chefs d'église acceptent de se faire manipuler ainsi. Partagés entre la crainte et l'incertitude de ne pas pouvoir passer du « jugement » du 7 novembre, ces faux dévots se contentent à des gesticulations en espérant que des énergumènes les pousseraient à se présenter au portail de la HCC !
Jusqu'alors, les candidats sérieux osant déposer leur candidature se comptent sur les doigts de la main. Et le pays regorge d'hommes et de femmes versatiles, des bobards qui se cachent derrière de grands mots et de belles paroles. Rien de concret, juste de bonnes intentions de nature à mener en bateau le petit peuple.
Andry Nirina Rajoelina, en homme de parole, n'hésite pas un seul instant à témoigner en actes sa volonté d'apporter sa contribution pour « sauver » le pays. Il fut le premier à se présenter, par mandataire interposé, au greffe de la HCC. Un geste de grande qualité, de patriotisme, de détermination et de courage que personne ne peut contester. Logique et naturel si Zandry Kely attire la sympathie et force l'admiration autant l'adhésion, surtout des jeunes. Les déclarations de soutien fusent de partout. Maintenant, la machine est en marche, à nous tous de lui emboîter le pas et le soutenir ! 
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff