Publié dans Editorial

Farce exutoire !

Publié le lundi, 22 octobre 2018

Suite à la réunion initiée par la CENI à laquelle les 36 candidats à l'élection présidentielle ont été conviés, 25 des 36 « participants » à la course ont accouché un « Accord politique ». En effet, à l'issue de cette rencontre, très houleuse, ce vendredi 19 octobre, à Nanisana, des prétendants dont les dossiers de candidature, après s'être acquittés des 50 millions d'Ar, ont été formellement validés par la HCC manifestèrent leur rejet contre l'organisation générale de  l'élection prévue pour le 7 novembre 2018.

Leurs griefs portaient essentiellement sur deux points : la liste électorale et les financements de la campagne. Deux thématiques troublantes auxquelles la HCC et la CENI avaient déjà mis les points sur les « i » bien avant l'ouverture de la date de candidature.
Le Collectif des 22 candidats et relayé par 3 autres, plus tard, accusèrent de tous les mots et les maux la liste électorale. Certains, même, arrivèrent jusqu'à dénoncer l'absence de leurs noms. De toute façon, comme l'a souligné Zafimahova Serge, une liste électorale parfaite n'existe pas. Décidément, où en sommes-nous ? Et où allons-nous ? Voilà un comportement totalement ridicule de la part des gens qui prétendent diriger le pays. Avant toute démarche de déposer la candidature, pourquoi n'avait-on pas pris le soin ou la peine de vérifier la liste ? C'est une mesure de précaution incontournable pour des prétendants « sérieux ». D'ailleurs, la CENI avait, plus d'une fois, prié tout le monde y compris les futurs candidats à consulter la fameuse liste. Ce fut un appel dans le désert ! A moins qu'on ait pris la décision de se porter candidat au dernier moment, tout juste avant la date de clôture de la réception du dossier. Totalement absurde !
Les financements de la campagne, autre sujet de la discorde, sont pointés du doigt par ces candidats « insolites » de par leur gaminerie. Les griefs que la bande à Arlette Ramaroson fustigeait à l'endroit des trésors de guerre de chaque candidat en vue de la campagne reposent principalement sur deux objets : l'opacité de la source et l'absence de plafonnement. Ces deux aspects névralgiques avaient déjà fait l'objet de mise au point voire d'éclairages de la part des autorités responsables, la HCC et la CENI. La loi reste vague à toutes les questions relatives au financement de la campagne électorale. Même scénario pour la pré-campagne ! Peut-être, à notre humble avis, qu'il s'agit ici de deux paramètres difficiles à appréhender pratiquement. Même dans les pays où la démocratie avance de façon conséquente et la transparence progresse, il leur est encore impossible de statuer avec précision les lignes de démarcation entre pré-campagne et campagne ainsi que leur financement. D'ailleurs, le véritable problème ne se situe pas au niveau de la liste électorale ou du financement de la campagne mais plutôt sur la capacité de mobilisation de chaque candidat. Souvent, les candidats incapables de drainer une foule à leur cause cherchent, par tous les moyens, à reporter sine die la date du « rendez-vous », et cela, pour éviter la Bérézina.
Au final, on s'amuse à monter de toutes pièces un Accord politique. Lequel Accord, sans force exutoire, n'est qu'une frappe dans l'eau d'une épée ou plutôt ... une farce !
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff