Publié dans Editorial

Les bienfaits du silence

Publié le jeudi, 08 novembre 2018

Le silence est d’or ! Un dicton célèbre valable dans plusieurs cadres culturels de divers pays. A Madagascar, la sagesse des Anciens (Ntaolo) épouse dans sa totalité cet adage en disant « Zay mangina volamena ! », « Tsy resy tsy akory ny olo-mangina ! », littéralement : « Celui qui se tait n’est jamais battu ! » Autant de « Ohabolana » qui montrent à quel point la mentalité malagasy corrobore la vertu du silence tout en se tablant sur ses bienfaits.
A l’allure où arrivent ponctuellement les résultats à travers le pays, une tendance générale se dessine déjà. La couleur Orange domine partout. Elle mène le score à l’échelle nationale. D’aucuns se posent-ils la question « d’où vient-il ce succès ? » Inutile de recourir au service d’experts, en matière de sociologie ou de la politologie, pour décrypter  la chose. En fait, au moins trois axes principaux  expliquent la percée du candidat n° 13.

D’abord, la personnalité elle-même. Andry Nirina Rajoelina (ANR) se range dans la catégorie d’homme qui fonce dans tout ce qu’il entreprend. Une fois la décision prise, il croit dur comme l’acier la pertinence de son choix. ANR ne donne pas de place à un  quelconque doute dans l’exécution de sa décision. Il ne se laisse pas, non plus, influencer ni perturber ni par les « qu’en dira-t-on » ni par les blocages en cours de route. Ce ne sont pas les bâtons dans les roues qui l’empêcheraient d’avancer. Ténacité et patience, tels sont les maitres-mots de sa conception de la vie. Il est normal que l’homme, ANR, soit  couronné de succès. Ensuite, il ne faut pas oublier qu’ANR avait  déjà occupé un poste de premier plan dans le pays. Quelles que soient les difficultés rencontrées durant la Transition, il parvenait tant bien que mal à les  surmonter. Les réalisations concrètes, en dépit de l’absence d’aide de l’extérieur, à cette époque de crise lui donnèrent l’opportunité de remporter la victoire, un jour. Sans aucun complexe, les expériences acquises lui offrent une certaine sérénité dans le combat qu’il mène et lui ouvrent la voie à la réussite.Enfin qui n’est pas des moindres, le silence.Imprégné de la sagesse des Anciens sur le silence, ANR s’était tu. En dépit des provocations de tout genre, malgré la situation critique que traversait le pays durant tout le mandat de Rajao et le cri d’alarme et la tourmente de la population qui demande désespérément secours, Andry s’était forcé de garder le silence. Il se retirait, même, de la scène politique nationale. Ce fut un exercice moral et intellectuel très dur pour lui mais il se disciplinait et se taisait.Le fait de se  sentir impuissant sinon « indifférent » devant le  calvaire que vit la population lui coupe la gorge. Mais, il avait décidé de ne pas intervenir et laissait libre aux dirigeants, en place, le soin de prendre leurs responsabilités. Seulement voilà, ils ont raté à leur  « devoir » et le pays coule. En dépit de son âge, ANR maitrise bien l’art du silence. Une maturité politique que bon nombre de politiciens malagasy en fait défaut. Et les Malagasy, dans la profondeur de leur âme,  l’apprécient bien. ANR est en train de récolter les bienfaits du silence.
  Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka

Editorial

  • Flou déroutant !
    Pour des raisons qui restent à définir sinon à  éclaircir, la CENI s’entête à œuvrer dans un cadre embrouilliaminique. Le manque de visibilité dans lequel les travaux relatif aux décomptages et aux traitements des voix issues de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 s’effectuent, irrite les esprits. L’entêtement de l’équipe du Maitre Hery Rakotoarimanana à continuer de publier des contestés déconcertent plus d’un. Elle juge inappropriée la requête des proches collaborateurs de certains candidats, entre autres ceux du MAPAR d’Andry Nirina Rajoelina, de revoir le mécanisme de traitement des procès-verbaux (P.V.) émanant directement des Bureaux de vote (B.V.). Les décalages sont flagrants ! Il se trouve que le candidat n° 13 soit  le plus perdant dans cet imbroglio. Mais en fin de compte, la majorité des candidats se sentent tous lésés à travers ce mic-mac. Mais, la CENI ne veut rien en savoir ! 

A bout portant

AutoDiff