Publié dans Editorial

Ravalo battu !

Publié le vendredi, 30 novembre 2018

Quoiqu’on dise. Quels que soient les motifs évoqués, Marc Ravalomanana est battu ! Les chiffres confirmés et publiés par la Haute Cour constitutionnelle (HCC) l’attestent. Distancé de cinq points par rapport à son rival politique Andry Nirina Rajoelina, de toujours, Marc Ravalomanana arrive en deuxième position. En tout cas, il n’a pas été le ... premier ! Il a dû se contenter de la place d’un ... second. C’est une position gênante, parfois même humiliante pour cet homme trop habitué à occuper la première place sinon le devant de la scène. Etre relégué au second rang est, ni moins ni plus, une gifle frontale, en pleine figure pour Ravalo. Et surtout, quand le premier rang se trouve obtenu royalement par un certain ... Andry Rajoelina, la coupe est difficile à avaler !

En 2002, lors du scrutin qui devait l’opposer à l’Amiral Didier Ratsiraka, Ravalo trouvait un subterfuge pour gagner au premier tour. Le slogan «  premier tour de vita », clamé et martelé à l’époque, fut imposé. Largement soutenu par un élan populaire ne jurant que sur le départ immédiat du dictateur rouge, Ravalo profitait de l’aubaine pour mener tout le monde en bateau.
Bis repetita en 2006, le phénomène « premier tour de vita » revenait à la charge par le biais d’un autre artifice. On se souvient de cette subite  « panne générale » de l’électricité à la « Patte d’éléphant » au moment du comptage des voix. D’un coup et par miracle « mon ami », le candidat-président Ravalomanana Marc mena au score alors qu’il fut, selon les indiscrétions, à la traîne par rapport à son concurrent direct. Au final, le tour fut joué !
Et arrive ce scrutin du 7 novembre 2018. Avant même que la CENI ne commence le décompte des voix, à son niveau, Ravalo avait le toupet de réclamer la victoire, tout juste après la clôture du vote. Il devançait tout le monde en prenant les malagasy pour des canards sauvages. Bien entendu, fidèle à sa funeste pratique, il entendait par ce geste influencer la CENI et l’opinion. Selon son état-major, les Procès-verbaux parvenus à son Quartier général (Q.G.) leur suffisent de conclure et crier sur le toit, par la suite, la victoire. Et comme le ridicule ne tue point, un meeting de fête et de remerciement, a été organisé pour l’occasion à Ambohijatovo. Un « arrosage » prématuré qui, au final, est mort-né ! Finalement, l’ « homme aux mille tromperies » finit par se rétracter. Bien sûr, la Préfecture de la police de la ville opposera son veto à la tenue d’une telle manifestation qui frisait la bêtise voire le délire d’un homme « désaxé » risquant de perturber, futilement, l’ordre public.
En fait, pour dissimuler l’humiliation infligée, Ravalo use d’autres astuces dont entre autres jeter sur la place publique des propos mensongers. Il clamait que le HVM de Rajao se bouscule au portail du Q.G. du TIM pour le soutenir. Une information que le Bureau politique aux cravates bleues n’a pas tardé de démentir. Et à la sortie de la proclamation définitive des résultats par la HCC, Me Razafimanantsoa s’empressa de déclarer que beaucoup de partis ou candidats soutiendraient le poulain du TIM. Ce qu’il faudrait démontrer !
Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Allégation de corruption à Ivato Explications peu convaincantes des douaniers
  • Domaine public - Le jardin d’Antaninarenina disparaitra à jamais !
  • Complicité avec les bandits - Des gendarmes placés sous MD
  • Kraoma - Le nouveau DG prend fonction
  • SIRAMA Nosy Be et Brickaville - Quid de la sécurisation des investissements !
  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade

Editorial

  • Coudées franches.
    Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement. Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le…

A bout portant

AutoDiff