Publié dans Editorial

Voir grand !

Publié le jeudi, 06 décembre 2018

Andry Nirina Rajoelina (ANR), lors d’une émission spéciale présentée simultanément par Kolo-TV et TV-Plus, tenait à faire savoir qu’il possède un sens particulier de ... voir grand. Un génie inné qui va le propulser loin et ...haut. Dès son jeune âge, ANR pensait et agissait en véritable adulte. Quelqu’un qui raisonne et conçoit l’avenir à la manière des grands. Le jeune-adolescent Andry rêvait déjà d’embrasser des activités normalement dévouées aux ... grands. Il se lançait dans des activités complexes dont la gestion technique exige des compétences et aptitudes naturellement et uniquement réservées aux adultes. Le parcours professionnel couronné de succès que le jeune visionnaire parfois rêveur ANR affectionnait à arborer fièrement, mérite d’être pris en modèle de réussite pour les jeunes. A 32 ans, en 2006, le jeune opérateur économique visait la grande Commune urbaine d’Antananarivo. Réellement, il voyait grand quand il osait cibler la Capitale. L’homme fort du pays, à l’époque, Ravalomanana Marc, le sous-estimait bassement et ne croyait nullement qu’il allait parvenir à aboutir et à gagner son pari. Ayant réussi à occuper le poste de premier magistrat de la Ville des mille, ANR projetait de reconstruire l’historique Hôtel de ville à Analakely.

Ce vestige, mémoire vivant de l’histoire nationale, a été laissé à l’abandon après plus de trois décennies. Aucun des responsables qui s’étaient succédé à la mairie, n’avait pas jugé nécessaire ou plutôt n’avait pas réussi à le réhabiliter. Un grand et complexe défi auquel Zandry Kely, de par sa décision déterminante et son courage conjugué avec la ténacité d’aboutir, arrivait au bout du compte de terminer les travaux. Au final, le peuple était témoin qu’ANR avait vu grand. Durant la transition, le président Andry Rajoelina fixait une perspective de bâtir de grands travaux. De grands chantiers qui exigeaient une mise à la disposition de grands moyens financiers. Le pays boycotté par la Communauté internationale ne pouvait mettre normalement en œuvre de tels engagements. Mais, avec un jeune dirigeant qui voit grand, en dépit d’absence d’aides extérieures, des infrastructures de base dans chaque ancien chef- lieu de province, tels des hôpitaux, des stades pour les besoins des activités sportives et culturelles ont été construites. Et nous en sommes maintenant à l’élection du Président de la République. Ayant pris le soin et le temps de se préparer à cette échéance vitale pour l’avenir du pays pendant toute la durée du mandat du premier Chef d’Etat de la IVème République, ANR se porte candidat. De son sens inédit de voir grand sur les intérêts supérieurs de la Nation, le candidat n° 13 propose au peuple l’Initiative de l’émergence de Madagascar (IEM). En fait, le jeune Andry est le seul candidat apte à présenter un programme solide et structurant pour sauver le pays. Tous les grands maux qui sévissent y trouvent leurs remèdes. Seulement, il ne faut pas confondre le sens de  voir grand les choses avec la mégalomanie. Une vision courageuse de grands projets ne doit pas être mise dans le paquet avec la « folie de grandeur ». Une tare que l’on retrouve chez un certain Marc Ravalomanana.  Pierre Corneille l’a bien résumé « Je suis jeune il est vrai, mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années » ( Le Cid).
Ndrianaivo

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff