Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Editorial

Indétrônable

Publié le mardi, 11 décembre 2018

Le « duel » mettant aux prises les deux finalistes pour le second tour du 19 décembre 2018 montra une nette avance en faveur du jeune et perspicace leader de la Révolution Orange portant le dossard n° 13. Apparemment, Andry Nirina Rajoelina (ANR) gardait jalousement son poste de pole position vis-à-vis de son « éternel adversaire », Marc Ravalomanana du numéro 25. Le premier débat télévisé de deux heures et demie, à l’intention des deux candidats admis au deuxième tour et organisé par la chaîne nationale publique TVM se déroulait ce dimanche dernier dans une ambiance de pugilat quelque peu ...déséquilibré.  Durant toute la séance du débat, le poulain du TGV/MAPAR ne se sentait, à aucun moment, déséquilibré nonobstant le comportement parfois provocateur de l’autre appuyé par lui des partisans qui ne se gênaient pas à des scènes de provocations. Au contraire, loin d’être perturbé, il (ANR) perce.

Convaincant. A propos du domaine de l’insécurité, les solutions proposées par ANR, dans le cadre de l’IEM séduisent voire convainquent l’opinion.  Il faut augmenter le budget alloué aux Forces de l’ordre, les doter des matériels sophistiqués et ayant une force de frappe dissuasive, mettre sur pieds une force spéciale chargée uniquement de la traque des dahalo et les bandits de grand chemin, entre autres.

Incisives. Dans la foulée du débat relatif à la décentralisation effective, le candidat n° 13, ANR, fait preuve d’une présence d’esprit remarquable et d’un instinct incisif. Si Ravalo se perd dans des propos vagues et sans consistance, Zandry Kely, quant à lui, il avance des propositions concrètes, nettes et incisives. Il insiste sur le fait que la vraie décentralisation repose sur la mise à la disposition des autorités locales, à partir du Fokontany, un budget conséquent qui permet, tout d’abord, de réévaluer et de revoir à la hausse les subventions, notamment, les salaires des élus. Il faut réinstaurer, aussi, la notoriété du président du Fokontany. Il devra être élu mais non plus un simple responsable « désigné » selon le caprice des autorités administratives (Districts).

Percutantes. Quand les facilitateurs orientèrent le débat vers la question des investissements en pointant du doigt les origines des capitaux. Là encore, le jeune ex maire de la Capitale et ancien chef de la Transition parvint à déstabiliser le ...roublard (dixit feu Zafy Albert) et ancien Chef d’Etat en mettant sur la table des solutions percutantes. Si Ravalo s’en remettait aux bailleurs traditionnels (UE, Institutions de Bretton Woods, etc.) Zandry Kely à son tour mise avant tout sur nos richesses naturelles qui, selon lui, sont capables sinon suffisantes pour couvrir nos besoins. Certes, nous ne pouvons pas ignorer le concours des bailleurs étrangers mais il nous importe, avant toute chose, de compter sur nos propres moyens. Un réflexe naturel de vouloir sauvegarder la souveraineté nationale.

En somme, le premier débat a été riche en éléments permettant d’évaluer la réelle prestation de chaque candidat prétendant la magistrature suprême du pays. L’opinion nationale a pu constater de visu lequel des deux finalistes disposerait l’étoffe d’un vrai « homme d’Etat » ? Il ne suffit pas de rabâcher « haiko io » ou « kapoakako io » ni semer des mensonges, il va falloir soumettre au peuple un programme bien élaboré et solidement structuré. Sur ce, ANR est indétrônable !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff