Publié dans Editorial

Indétrônable

Publié le mardi, 11 décembre 2018

Le « duel » mettant aux prises les deux finalistes pour le second tour du 19 décembre 2018 montra une nette avance en faveur du jeune et perspicace leader de la Révolution Orange portant le dossard n° 13. Apparemment, Andry Nirina Rajoelina (ANR) gardait jalousement son poste de pole position vis-à-vis de son « éternel adversaire », Marc Ravalomanana du numéro 25. Le premier débat télévisé de deux heures et demie, à l’intention des deux candidats admis au deuxième tour et organisé par la chaîne nationale publique TVM se déroulait ce dimanche dernier dans une ambiance de pugilat quelque peu ...déséquilibré.  Durant toute la séance du débat, le poulain du TGV/MAPAR ne se sentait, à aucun moment, déséquilibré nonobstant le comportement parfois provocateur de l’autre appuyé par lui des partisans qui ne se gênaient pas à des scènes de provocations. Au contraire, loin d’être perturbé, il (ANR) perce.

Convaincant. A propos du domaine de l’insécurité, les solutions proposées par ANR, dans le cadre de l’IEM séduisent voire convainquent l’opinion.  Il faut augmenter le budget alloué aux Forces de l’ordre, les doter des matériels sophistiqués et ayant une force de frappe dissuasive, mettre sur pieds une force spéciale chargée uniquement de la traque des dahalo et les bandits de grand chemin, entre autres.

Incisives. Dans la foulée du débat relatif à la décentralisation effective, le candidat n° 13, ANR, fait preuve d’une présence d’esprit remarquable et d’un instinct incisif. Si Ravalo se perd dans des propos vagues et sans consistance, Zandry Kely, quant à lui, il avance des propositions concrètes, nettes et incisives. Il insiste sur le fait que la vraie décentralisation repose sur la mise à la disposition des autorités locales, à partir du Fokontany, un budget conséquent qui permet, tout d’abord, de réévaluer et de revoir à la hausse les subventions, notamment, les salaires des élus. Il faut réinstaurer, aussi, la notoriété du président du Fokontany. Il devra être élu mais non plus un simple responsable « désigné » selon le caprice des autorités administratives (Districts).

Percutantes. Quand les facilitateurs orientèrent le débat vers la question des investissements en pointant du doigt les origines des capitaux. Là encore, le jeune ex maire de la Capitale et ancien chef de la Transition parvint à déstabiliser le ...roublard (dixit feu Zafy Albert) et ancien Chef d’Etat en mettant sur la table des solutions percutantes. Si Ravalo s’en remettait aux bailleurs traditionnels (UE, Institutions de Bretton Woods, etc.) Zandry Kely à son tour mise avant tout sur nos richesses naturelles qui, selon lui, sont capables sinon suffisantes pour couvrir nos besoins. Certes, nous ne pouvons pas ignorer le concours des bailleurs étrangers mais il nous importe, avant toute chose, de compter sur nos propres moyens. Un réflexe naturel de vouloir sauvegarder la souveraineté nationale.

En somme, le premier débat a été riche en éléments permettant d’évaluer la réelle prestation de chaque candidat prétendant la magistrature suprême du pays. L’opinion nationale a pu constater de visu lequel des deux finalistes disposerait l’étoffe d’un vrai « homme d’Etat » ? Il ne suffit pas de rabâcher « haiko io » ou « kapoakako io » ni semer des mensonges, il va falloir soumettre au peuple un programme bien élaboré et solidement structuré. Sur ce, ANR est indétrônable !

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Week-end de Pâques - 1 mort, plus de 80 consultations
  • Port et détention illégale d’armes - Arrestation d’une ancienne députée
  • Couple présidentiel à Antanifotsy - Une fête pascale sous le signe de la générosité et de la simplicité !
  • Toamasina - 40 kg d’héroïne saisis sur la route nationale 5
  • Décentralisation effective et suppression du Sénat - Andry Rajoelina demande l’avis du peuple
  • Ville de Toamasina - A la merci des émanations gazeuses suffocantes
  • Concours ENMG - D'autres têtes risquent de tomber
  • Nosy Be - La décision de la Justice bafouée par des autorités
  • Gestion et recensement du personnel de l'Etat - Ultimatum d'un mois pour tous les ministres
  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés

La Une

Editorial

  • Retour sur terre
    La petite semaine de ferveur de Pâques prend déjà fin. Après avoir été « dans les nuages », on redescend sur terre. Les choses sérieuses attendent. Malgré que les célébrations des fêtes de Pâques n’atteignent pas le degré d’exultation de celles de Noël, elles ont quand même réussi à remplir leur contrat. Eglises et temples ont été pris d’assaut et les … affaires des commerçants, tout gabarit confondu, n’en déméritent pas. Normalement, les réjouissances de Pâques devraient revêtir une importance capitale parmi les chrétiens du fait qu’elles sont les seules fêtes inscrites et recommandées par Dieu dans les Saintes Ecritures judéo-chrétiennes ou la Bible. Les seuls « Jours de réjouissances » où chrétiens et juifs (judaïsme) célèbrent ensemble, à leur manière chacun, ces « andro firavoravoana ». Par contre, les célébrations de Noël, telles qu’on assiste dans les temples et églises, sont pour la plupart de pures inventions dans l’imaginaire des hommes. La Bible n’a jamais…

A bout portant

AutoDiff