Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Editorial

Suicide collectif !

Publié le jeudi, 13 décembre 2018

En Occident (France, Suisse et Canada), un phénomène rare brisait l’émotion des gens. En effet, une secte communément appelée l’Ordre du Temple Solaire (OTS) fondé par Luc Jouret et consorts en 1984 parvenait à convaincre ses adeptes, apparemment fanatisés, à se suicider ensemble entre les années 94 et 97 faisant 74 victimes. Pour des raisons diverses, l’insolite phénomène « s’institutionnalise » au Japon.A l’occasion du second tour de l’élection présidentielle du 19 décembre 2018, le pays se désole de constater que certains acteurs politiques s’engouffrent dans une entreprise dont l’issue est bouchée de partout. Ils se dirigent directement vers une impasse et qui, au final, aboutira inévitablement à la catastrophe. En clair, il s’agit d’un suicide collectif ! Rassurez-vous qu’il n’est pas question ici d’une secte à caractère religieux mais plutôt d’un vulgaire camp politique, voué  à l’échec dès le départ. Eventuellement, c’est une « secte partisane » où les militants et les sympathisants, par la force d’un endoctrinement fallacieux et factice, sans fondement basique,  se muent en fanatiques bornés. Des intégristes politiques dangereux qui soutiennent un candidat ne disposant aucun programme sérieux et élaboré et donc n’ayant aucune chance de réussite, courent le risque d’une déroute. Evoluant vers la radicalisation, ils « poussent », la tête baissée, ce triste candidat vers l’échec cuisant. Marc Ravalomanana, car il s’agit de lui, le gourou de la secte-parti TIM, candidat n° 25, se fait entourer des femmes et des hommes prêts à se donner la mort, encore une fois, pour une cause perdue.

Devrait-on le noter noir sur blanc qu’il est trop risqué d’accorder la confiance et miser son avenir à un vieux, proche des 70 ans. Dieu seul le sait s’il serait encore capable de pouvoir relever le défi d’une bataille sans merci pour « sauver » un pays au bord du gouffre ? Les enjeux, trop importants et trop lourds, pèseront trop difficilement sur ses épaules ! Il croulerait sous le poids des responsabilités ou autrement, si tel serait vraiment le cas, les travaux seraient bâclés ! Fort heureusement que le peuple ne donnera suite à tel schéma. Un pays comme Madagascar dont la situation catastrophique exige des mesures urgentes et efficaces ne peut pas se permettre de confier son avenir à quelqu’un qui ne présente pas les conditions physiques solides et dénuées des qualités intellectuelles nécessaires.On ne peut que se sentir navré quand on voit tourner autour de l’ancien exilé, candidat n° 25, des éléments dont la réputation sinon le parcours intellectuel, professionnel et politique n’a rien à envier des autres. Les Hanitra Razafimanantsoa, Fanirisoa Ernaivo, Serge Zafimahova, Rolly Mercia et bien d’autres, s’aventurent dans un circuit qui n’aboutit nulle part ailleurs sauf vers la « mort politique ».Telle la pratique d’un groupe fermé à la manière d’une secte, le camp Ravalomanana, bourré de partisans butés et aveugles, véhicule des idées vides de sens ou des concepts creux. Ils s’enfoncent dans un trou noir et s’engluent dans la boue de l’idiotie où l’entêtement, des idées fixes, règne sans partage.A quelques encablures de la date décisive et historique du 19 décembre, les adeptes et irréductibles du camp Ravalomanana, perdant sans nul doute, auront encore la possibilité de se raviser, et cela, pour éviter le suicide collectif.
Ndrianaivo

Fil infos

  • « Fihariana » - Trois projets financés 
  • Immigration clandestine - Une dizaine d’Africains débusqués dans la forêt du Nord
  • Projet « Fihariana » - Un self-made-man, Andry Rajoelina se soucie des jeunes
  • Guy Maxime Ralaiseheno - « Un changement se base sur une pratique politique saine de tous »
  • Vente de la Résidence de Madagascar à New-York - La sulfureuse affaire refait surface
  • Ministères et institutions publiques - Les factures impayées de la JIRAMA ne seront plus acceptées
  • Grands travaux pour l'Emergence de Madagascar - Tous les feux sont au vert !
  • Protection des zébus - Les puces électroniques opérationnelles
  • Relations Inde -Madagascar - Un appareil de radiothérapie bientôt inauguré dans le pays
  • Législatives - Le TIM veut renverser le régime

La Une

Editorial

  • De bonne guerre !
    Le combat sinon la course bat son plein. On ne se fait pas de cadeau. A la guerre comme à la guerre, à la course comme à la course. Le semi-marathon pour siéger à Tsimbazaza entame sa dernière ligne droite.  La campagne électorale pour le scrutin des Législatives prendra fin ce samedi 25 mai. Il reste donc cinq jours aux quelque 800 candidats à convaincre leur électorat. Les 151 concurrents qui arriveront premiers gagneront les trophées et porteront chacun et chacune l’honorable titre de « Député de Madagasikara ». Mais avant tout, il faut batailler dur ! Globalement, les concurrents se répartissent en deux camps ou deux fronts. Le premier, le camp soutenant les candidats proches du régime IEM, présentés par « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina » (IRMA). Ils couvrent les 119 Districts du territoire national. Le second, le camp que l’on pourrait qualifier d’adverse, regroupe les candidats de certaines formations politiques d’opposition…

A bout portant

AutoDiff