Publié dans Editorial

Suicide collectif !

Publié le jeudi, 13 décembre 2018

En Occident (France, Suisse et Canada), un phénomène rare brisait l'émotion des gens. En effet, une secte communément appelée l'Ordre du temple solaire (OTS) fondé par Luc Jouret et consorts en 1984 parvenait à convaincre ses adeptes, apparemment fanatisés, à se suicider ensemble entre les années 94 et 97 faisant 74 victimes. Pour des raisons diverses, l'insolite phénomène « s'institutionnalise » au Japon.

A l'occasion du second tour de l'élection présidentielle du 19 décembre 2018, le pays se désole de constater que certains acteurs politiques s'engouffrent dans une entreprise dont l'issue est bouchée de partout. Ils se dirigent directement vers une impasse et qui, au final, aboutira inévitablement à la catastrophe. En clair, il s'agit d'un suicide collectif ! Rassurez-vous qu'il n'est pas question ici d'une secte à caractère religieux mais plutôt d'un vulgaire camp politique, voué  à l'échec dès le départ. Eventuellement, c'est une « secte partisane » où les militants et les sympathisants, par la force d'un endoctrinement fallacieux et factice, sans fondement basique,  se muent en fanatiques bornés. Des intégristes politiques dangereux qui soutiennent un candidat ne disposant aucun programme sérieux et élaboré et donc n'ayant aucune chance de réussite, courent le risque d'une déroute. Evoluant vers la radicalisation, ils « poussent », la tête baissée, ce triste candidat vers l'échec cuisant. Marc Ravalomanana, car il s'agit de lui, le gourou de la secte-parti TIM, candidat n° 25, se fait entourer des femmes et des hommes prêts à se donner la mort, encore une fois, pour une cause perdue. Devrait-on le noter noir sur blanc qu'il est trop risqué d'accorder la confiance et miser son avenir à un vieux, proche des 70 ans. Dieu seul le sait s'il serait encore capable de pouvoir relever le défi d'une bataille sans merci pour « sauver » un pays au bord du gouffre ? Les enjeux, trop importants et trop lourds, pèseront trop difficilement sur ses épaules ! Il croulerait sous le poids des responsabilités ou autrement, si tel serait vraiment le cas, les travaux seraient bâclés ! Fort heureusement que le peuple ne donnera suite à un tel schéma. Un pays comme Madagascar dont la situation catastrophique exige des mesures urgentes et efficaces ne peut pas se permettre de confier son avenir à quelqu'un qui ne présente pas les conditions physiques solides et dénuées des qualités intellectuelles nécessaires.

On ne peut que se sentir navré quand on voit tourner autour de l'ancien exilé, candidat n° 25, des éléments dont la réputation sinon le parcours intellectuel, professionnel et politique n'a rien à envier des autres. Les Hanitra Razafimanantsoa, Fanirisoa Ernaivo, Serge Zafimahova, Rolly Mercia et bien d'autres, s'aventurent dans un circuit qui n'aboutit nulle part ailleurs sauf vers la « mort politique ».

Telle la pratique d'un groupe fermé à la manière d'une secte, le camp Ravalomanana, bourré de partisans butés et aveugles, véhicule des idées vides de sens ou des concepts creux. Ils s'enfoncent dans un trou noir et s'engluent dans la boue de l'idiotie où l'entêtement, des idées fixes, règne sans partage. A quelques encablures de la date décisive et historique du 19 décembre, les adeptes et irréductibles du camp Ravalomanana, perdant sans nul doute, auront encore la possibilité de se raviser, et cela, pour éviter le suicide collectif.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Naina Andriantsitohaina - Un mois passé à écouter les doléances des Tananariviens
  • Projet Tana-Masoandro - Tout a été fait dans les règles
  • PDG de JK Group et Sourcin Voyage - Jo Willy recherché pour abus de confiance et escroquerie
  • Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort
  • Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »
  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre

La Une

Editorial

  • Chance exceptionnelle !
    La session exceptionnelle du Bac (général) débute ce jour mercredi et ce jusqu’au vendredi 25 octobre 2019. Un évènement inédit à Madagasikara depuis la chute de l’Amiral rouge en 199I. Suite à une vague de fuite de sujets des examens du Bac option « général », le Président  Rajoelina Andry Nirina décida d’organiser une session exceptionnelle sur toute l’étendue du territoire national, uniquement pour le Bac (général) et destinée seulement pour les recalés de la session normale. Pour cause, les fuites constatées dans plusieurs Centres d’écrit du pays durant les  sessions du 30 septembre au 4 octobre 2019 causèrent d’importantes perturbations qui, évidemment, provoquaient de graves préjudices  au bon déroulement des examens et portant atteinte à la sérénité des candidats.  C’est une décision juste et légitime de la part d’un dirigeant sensible au souci de son peuple et ce pour corriger les erreurs de certains « ennemis de la Nation ». Un acte délibéré…

A bout portant

AutoDiff