Publié dans Editorial

Mafia politique

Publié le vendredi, 14 décembre 2018

Les résultats officiels proclamés déjouèrent le calcul prévu par l’ « état-major mixte » du couple Rajao-Ravalo. Le duel Andry-Ravalo au second tour ne figurait pas dans le schéma concocté. Pour cause, Rajao a dû se rabattre à un plan B inattendu. A cet effet, avec un score humiliant de 8%, il va falloir qu’il se livre à une gymnastique acrobatique du grand écart. Pour ce faire, il s’exécutait, au même moment, à un exercice intellectuel sauvant son honneur et en simultané, une opération de conspiration contre Andry Nirina Rajaoelina (ANR). Rajao, se trouve contraint de jouer la carte « ni ...ni », du moins, en apparence et en souterrain, activer une mafia.
En attendant le second et dernier débat télévisé des deux finalistes pour le scrutin décisif du 19 décembre 2018, il importe ainsi de démasquer l’existence d’un réseau tentaculaire au service du candidat n° 25 et qui agit impunément et sans scrupule. Une mafia politique sans vergogne dont le mode opératoire ne diffère guère de celui des criminels mafiosi de la « Botte » et un seul objectif s’inscrit au tableau : entraver le chemin de Zandry Kely ! Ce faisant, on ne se prive point des moyens utilisés, tous, indignes et malsains. Des coups bas et des placages par derrière que seuls les traîtres et les poltrons en sont maîtres. Des méthodes propres aux fascistes ainsi qu’aux nazis.


La mafia politique au service des intérêts du diabolique tandem Ravalo-Rajao sème partout des mensonges, des dénonciations calomnieuses, des rumeurs ordurières, des provocations, etc. Des « activistes » particulièrement mobilisés pour discréditer le jeune candidat n°13 face à l’opinion.
La presse privée à la solde de Ravalo et de Rajao débarque sur la place publique des informations les plus fantaisistes, tout juste pour salir honorabilité de ANR. Heureusement que le peuple n’est pas ou plus dupe !
Les réseaux sociaux s’offrent le luxe de s’acquitter aux sales besognes, parfois, les plus cyniques et honteux. Là encore, les partisans du candidat n° 13 se frottent les mains, l’opinion ne se laisse point mener en bateau. Elle sait parfaitement distinguer le bon grain de l’ivraie. Et la cote de popularité de Zandry Kely continue, imperturbablement, de grimper. C’est une ascension irrésistible, dit-on quelque part ! A la déception générale des adeptes du n° 25, la victoire finale du n° 13 n’est qu’une question de jours.
En dépit des mouvements de soutien sans cesse croissants au profit de ANR et que la tendance affiche nettement la victoire de l’IEM sur le Manifesto, la mafia ne s’avoue pas vaincue, au contraire, elle redouble d’intensité dans ses diaboliques actions. La dite mafia parvient jusqu’à embobiner l’église notamment réformée (FJKM). Elle donne ouvertement des « consignes de vote » aux ouailles. Des témoins oculaires confirment que des pasteurs ne se gênent pas à « ordonner » aux membres de leurs paroisses à voter pour le candidat n° 25. Lamentable !
Une sérieuse mise en garde est solennellement lancée à l’endroit des organisateurs du débat de dimanche. Il n’est pas un secret à personne que Johary Ravoajanahary fut, il  n’y a pas longtemps de cela, un très proche collaborateur de Rolly Mercia. On attend de pied ferme les petites manigances pour piéger ANR. Attention !
Ndrianaivo

Fil infos

  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

La Une

Editorial

  • Le sacrifice à payer !
    Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs…

A bout portant

AutoDiff