Publié dans Editorial

Semblant baroudeur !

Publié le vendredi, 28 décembre 2018

Marc Ravalomanana, comme tous les tyrans égaux à eux-mêmes, refuse de reconnaître qu'il a fait son temps. Le règne du TIM est révolu! La publication des résultats officiels et provisoires du scrutin du second signa le début du déclin de la carrière politique de l'ancien Chef de l'Etat Marc Ravalomanana. La descente aux enfers, apparemment inévitable, commence déjà.

La Commission Electorale nationale indépendante (CENI), en dépit des menaces par des termes parfois déplacés, n'a pas reculé. Elle tenait à rendre compte des résultats de ses travaux : Andry Nirina Rajoelina 55,66 % contre 44,34 % pour Ravalomanana, son adversaire. Une rivalité politique vieille de dix ans. Bien que provisoires, les chiffres reflètent la réalité des urnes et la Haute Cour constitutionnelle (HCC) ne va pas certainement « s'aventurer » dans le sens inverse de cette tendance qui a toutes les chances d'être définitive. Quelles que soient les issues des recours déposés par le camp adverse, on s'attend à ce que la Haute Cour d'Ambohidahy valide les résultats de la CENI.

Tel un baroudeur égaré et trop imbu de son égo, Marc Ravalomanana, habitué à ramer à contre-courant, fonce la tête baissée à même jusqu'à piétiner la volonté populaire. Pour lui, Ravalo, les intérêts personnels priment devant les intérêts du plus grand nombre. Les sentiments de frustration ainsi que l'humiliation individuelle pèsent lourd face à l'honneur et la souveraineté de tout un peuple. Loin de s'avouer vaincu, l'ancien laitier se lance dans une aventure sans issue. Aveuglé par la haine viscérale et la rancœur barbare, Ravalo commet des bêtises monumentales. Baroudeur à sa manière, le candidat n° 25 prend le peuple pour un idiot. Cette hérésie va le faire atterrir, à coup sûr, au beau milieu du sable brûlant de l'Enfer !

Sauf contre-temps de dernière heure, un meeting de contestation devrait avoir lieu, ce jour, sur le parvis de l'Hôtel de Ville à Analakely. En fait, un appel pour un mouvement de refus a été lancé par le candidat n ° 25 à l'endroit de ses partisans pour manifester leur rejet aux résultats publiés par la CENI. Ravalo compterait réaliser ainsi une démonstration de force. Cependant, gageons qu'il ne s'agirait que d'une piètre démonstration de ... farce. Le peuple, dans sa totalité rejette toute une tentative de mettre en péril la fragile paix civile qui prévaut en ce temps précis.

Afin d'assouvir la rage d'anéantir, le candidat battu au second tour, le « bâtisseur » dit-on, n'éprouve point le moindre souci de renvoyer les innocents marchands du parvis. Notons qu'ils sont là non pas grâce à une faveur offerte par la Mairie mais en raison d'un contrat de location dans le cadre du Bazar de Noël et de Nouvel An. Une opportunité de l'année que les dits marchands ne voulaient point rater.

La majorité des Malagasy, du moins le plus grand nombre des votants ayant pris la peine de rejoindre les bureaux de vote (55,66 %), placèrent leur confiance au leader de la Révolution Orange. En effet, ils ont confié le sort de leur avenir aux bons soins de Zandry Kely.

Le peuple a choisi, en simultané, une Personne et un Programme.

Il donne l'impression d'être un guerrier courageux. En réalité, c'est un trouble-fête, un semblant baroudeur !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Fonds Alana Cutland - Les villageois d’Anjajavy bénéficiaires
  • Session ordinaire du Parlement - Trois dossiers chauds sur la table
  • Naina Andriantsitohaina - A l’écoute des personnes âgées d’Antananarivo
  • Réhabilitation de la RN44 - Andry Rajoelina tient ses promesses !
  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général

Editorial

  • Divagations
    Quelles sales petites bêtes auraient-elles piqué la respectable Société civile de la place pour qu’elle divague de la sorte ? Des communiqués quelque peu déraillés ! Des commentaires apparemment désaxés !  Des analyses parfois à côté de la plaque ! Bref, en proie aux effets délétères du « délirium trémens » certains acteurs de la Société civile du pays délirent en s’aventurant à des sujets qui leur échappent. Leurs sorties médiatiques de ces derniers temps défraient les chroniques. Le Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainampirenena (SeFaFi), l’Observatoire de la vie politique nationale, n’a pas fait de détail et tire à boulets rouges dans le tas à l’endroit de deux importants corps d’activités à savoir les enseignants-chercheurs d’université et les professionnels du média. L’Observatoire fustige la culture du privilège dont sont coupables ces deux secteurs de métiers. A part la faute collective, chaque corps a eu son « lot » propre. La bande à Andriamandranto Ralison, dans des propos virulents, dénonce…

A bout portant

AutoDiff