Publié dans Editorial

2019, l’année du décollage !

Publié le mardi, 01 janvier 2019

Cloué au sol depuis des décennies, il est temps que l’avion battant pavillon « Madagascar » décolle. L’attente sur le tarmac a trop duré. Les passagers commencent, depuis belle lurette, à s’impatienter. L’atmosphère dans l’avion est irrespirable voire invivable. Au cockpit, PC de l’appareil, les tergiversations répétitives et les incompétences avérées des commandants de bord successifs ainsi que l’ineptie de l’équipage plongent, chaque jour que le Bon Dieu offre, les « passagers » dans la tourmente indescriptible.

Une lueur d’espoir apparait à l’horizon ! Le pays vient de franchir une étape décisive et capitale ce mercredi 19 décembre 2018. En dépit des menaces et de folles rumeurs de troubles récurrents, les Malagasy avaient pu accomplir leur devoir de citoyens relatif à l’élection du second tour du Président de la République. Etant entendu que c’est l’ultime occasion à chacun d’exprimer son choix pour désigner celui ou celle qu’il juge compétent à diriger le pays, on voulait point rater l’opportunité. Certes, moins de la moitié des votants inscrits (48,09 %) s’étaient déplacés aux bureaux de vote mais l’essentiel a été fait et c’est le plus important. A l’issue des travaux de comptages au niveau de la CENI, le candidats n° 13, Andry Nirina Rajoelina, mène en tête et confirme le score du premier tour. La balle est dans le camp des Hauts conseillers d’Ambohidahy, seule autorité judiciaire compétente à statuer officiellement et définitivement, les résultats du scrutin.

En attendant l’historique verdict, le peuple se permet de croire en la sagesse des membres de la prestigieuse Cour d’Ambohidahy en ce sens qu’ils vont valider les résultats provisoires publiés par Alarobia. A quelques nuances près, la tendance annoncée ne subira d’importants décalages. Elle reflète réellement l’aspiration de tout un peuple. L’idéal serait de parvenir à un scrutin aux « irrégularités zéro » mais il faut être réaliste qu’une telle éventualité n’existe pas nulle part ailleurs !Même dans les pays comme la France ou les Etats-Unis ayant une tradition bien ancrée et avancée de la démocratie et avec les moyens matériels très sophistiqués dont ils disposent, il y a toujours des marges d’erreurs significatives sinon inévitables. En tout cas, il appartient à la loi d’en départager. Inutile de semer des troubles ici ou ailleurs. Certainement, la loi confère un droit absolu à chacun de s’exprimer librement mais il faut savoir faire la part des choses qu’en matière d’élection, il existe un cadre juridique précis à respecter. Et il y a une institution ou une juridiction hautement compétente pour juger les recours. Et on attend sereinement !

L’année nouvelle, 2019, sera une opportunité au candidat vainqueur de démarrer ou concrétiser  les promesses de campagne. Pour  Andry Nirina Rajoelina (ANR), 2019 se présente comme une occasion en or à lui de prouver qu’il est un homme de parole. D’ailleurs, l’un des motifs ayant poussé la majorité des citoyens à lui confier leur avenir réside dans le fait qu’ANR est digne de confiance. Un homme qui tient ses engagements. Il en a hâte à mettre en branle son programme à travers l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM). Une réelle et authentique opportunité offerte au pays pour pouvoir enfin ... décoller !

Que l’année nouvelle, 2019, puisse réellement être celle du décollage !

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Attaque de la chenille légionnaire - Antanetibe Mahazaza sur le qui-vive
  • Commune urbaine d’Antsirabe - Les employés décrètent la grève générale
  • Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions
  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants

La Une

Editorial

  • L’effet de domino !
    L’interception de Mbola Rajaonah, jugée rocambolesque pour certains, courageuse pour d’autres, déclencha, qu’on le veuille ou non, des ondes de choc dont les fortes vibrations vont secouer d’autres « éléments ». Bien avant, après une petite semaine de leurs installations, les nouveaux responsables mirent aux arrêts une grosse tête de l’ancien régime HVM, Hugues Ratsiferana, pris en flagrant délit de vol et un gros poisson des trafics illicites des richesses naturelles et endémiques du pays, Eddy bois de rose. Ce dernier et Mbola Rajaonah, jusque-là intouchables, mettent en péril la vie des 25 millions de Malagasy. Certes, des « criminels » de leur gabarit existent en quantité dans le pays. Il faut les traquer sans attendre ! Il y a urgence.

A bout portant

AutoDiff