Publié dans Editorial

Bidons jaunes

Publié le mercredi, 02 janvier 2019

Le mouvement social français de contestation des « Gilets jaunes » semble faire apparemment école ailleurs. Les Français issus de la classe modeste s'insurgent contre l'effritement de leur pouvoir d'achat face à l'envol des coûts de la vie. En sus, ils ne supportèrent pas l'arrogance de leur Président. Bien que ledit mouvement s'essouffle quelque peu senti à travers l'Acte VII qui n'avait pas pu attirer tant de monde par rapports à ceux des précédents, il n'empêche que l'action des « Gilets jaunes » reste une menace sérieuse pour le régime Macron. Toujours est-il que l'Elysée scrute le moindre mouvement et les moindres déclarations.

Les abonnés de la JIRAMA (Jiro sy Rano Malagasy) de la localité d'Itaosy et environs (Atsimondrano), las et désabusés de la médiocrité du service rendu ainsi que l'augmentation incessante des factures, décidèrent de porter sur la place publique leur mécontentement. Inspirés des « Gilets jaunes », les usagers très remontés contre les coupures d'eau intempestives gâchant leur quotidien ont pris la ferme résolution d'exposer sur la voie publique les récipients d'eau vides généralement de couleur jaune. Les bidons d'huile usagés « formatés » en ... bidons à eau potable prirent d'assaut les rares bornes-fontaines opérationnelles. De longues « files jaunes » sautent aux yeux ! De ce fait, les habitants d'Itaosy avaient bien voulu témoigner de leur courroux et attiraient l'attention des hauts responsables.

Le calvaire ne pouvait plus continuer ainsi.

A titre de rappel, notons que la gestion catastrophique du dossier « Jirama » précipita la chute du régime HVM. Elle fut l'un des éléments tombeurs irréversibles de l'ancien Président Rajaonarimampianina de son piédestal. Une promesse ferme non tenue lors de la cérémonie d'investiture du 24 janvier 2014 lui coûta cher et déclenchait au final la débâcle de la triste équipe au pouvoir en place de 2014 à 2018. La population en a totalement assez de ces coupures éternelles, à l'infini. Un ras-le-bol criant qui éclaboussait en pleine figure des barons aux cravates bleues et finissait par les balayer d'un seul revers et tout le régime avec.

A signaler que la galère des usagers continue de sévir jusqu'à ce moment où les jours de ce maudit régime sont comptés. Les tromperies et les fausses promesses de la JIRAMA ne cessent de faire des victimes. Peu avant les fêtes de fin d'année ( Noël et Nouvel An), la Société nationale a promis qu'il n'y aura pas de délestages. Mon œil ! Les coupures intempestives ont été malheureusement au rendez-vous au grand dam des abonnés qui n'aspirent qu'à passer les fêtes traditionnelles de fin d'année dans la sérénité et la liesse.

Le Staff de la JIRAMA, sous la bénédiction du Ministère de tutelle, celui-ci tenu par un baron du HVM, continue de mener en bateau les gens.

Vivement le changement tant attendu ! La bande à Rajao plafonne. Elle a fait son temps. Les hauts responsables de divers secteurs ont atteint leurs limites.

A Itaosy et dans bien d'autres localités, du Nord au Sud et d'Est en Ouest, l'irritation et l'énervement des abonnés atteignent leur summum, et cela, à cause de l'ineptie des dirigeants, de près ou de loin, de la JIRAMA. Le recours à l'usage des bidons jaunes vides exposés dans la rue reste le seul moyen efficace sinon inévitable.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Fonds Alana Cutland - Les villageois d’Anjajavy bénéficiaires
  • Session ordinaire du Parlement - Trois dossiers chauds sur la table
  • Naina Andriantsitohaina - A l’écoute des personnes âgées d’Antananarivo
  • Réhabilitation de la RN44 - Andry Rajoelina tient ses promesses !
  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général

Editorial

  • Divagations
    Quelles sales petites bêtes auraient-elles piqué la respectable Société civile de la place pour qu’elle divague de la sorte ? Des communiqués quelque peu déraillés ! Des commentaires apparemment désaxés !  Des analyses parfois à côté de la plaque ! Bref, en proie aux effets délétères du « délirium trémens » certains acteurs de la Société civile du pays délirent en s’aventurant à des sujets qui leur échappent. Leurs sorties médiatiques de ces derniers temps défraient les chroniques. Le Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainampirenena (SeFaFi), l’Observatoire de la vie politique nationale, n’a pas fait de détail et tire à boulets rouges dans le tas à l’endroit de deux importants corps d’activités à savoir les enseignants-chercheurs d’université et les professionnels du média. L’Observatoire fustige la culture du privilège dont sont coupables ces deux secteurs de métiers. A part la faute collective, chaque corps a eu son « lot » propre. La bande à Andriamandranto Ralison, dans des propos virulents, dénonce…

A bout portant

AutoDiff