Publié dans Editorial

Laïcité !

Publié le mercredi, 16 janvier 2019

« Pas de bible, pas de culte ! » Une déclaration choc de Jean Eric Rakotoarisoa, président de la Haute Cour constitutionnelle (HCC), autour de la cérémonie d'investiture du samedi 19 janvier à Mahamasina qui créa des vagues auprès de l'opinion. Et pour répondre à ses « détracteurs », le professeur de Droit constitutionnel persiste et signe à ceux ou celles qui veulent l'entendre qu'il s'agit d'une cérémonie républicaine. Pour une fois, le principe de la laïcité de l'Etat, nettement mis en valeur dans cette nouvelle disposition, est respecté. En fait, le président de la HCC n'a fait que remettre les pendules à l'heure !

En droit, la laïcité est le « principe de séparation dans l'Etat de la société civile et de la société religieuse » et « d'impartialité ou de neutralité de l'Etat à l'égard des confessions religieuses ». Depuis des siècles, l'Eglise (Rome), la « Mère incontournable », régnait en maître sur tous les régimes en Occident tandis qu'en Orient, d'autres structures religieuses pesèrent sur l'Etat. Les choses ont bougé depuis. En 1881, Jules Ferry, ministre de l'Instruction publique fait voter la loi sur l'école gratuite, obligatoire et laïque. Ce ne fut que le début d'un chantier qui devait, d'ailleurs, aboutir à la séparation de fait de l'Etat à l'Eglise en 1905. Mais, la discussion tournant autour du concept de la laïcité reste toujours vivace en France. Récemment, le 29 janvier 2015, le président François Hollande devait se plier à des échanges d'idées sur le « Thème de la laïcité » avec différents interlocuteurs.

A Madagascar, le sujet sur le principe de la laïcité de l'Etat reste problématique. Alors que la Constitution de la République est plus claire que jamais voire limpide concernant ce thème ... dérangeant, les tenants du pouvoir continuent de le nier.Dans son Préambule, en tout début, la Loi fondamentale affirme que le Peuple malagasy croit en Andriamanitra Andriananahary. Cependant, selon le Titre Premier « Des principes fondamentaux »Art. I - « Le peuple constitue une Nation organisée en Etat souverain, unitaire, républicain et laïc ». Des précisions s'ajoutent dans l'Art. 2. En substance, toute immixtion de l'Etat dans les affaires de l'Eglise et vice versa est strictement interdite. Ainsi dès l'entame, la Constitution annonce la couleur sur la laïcité irrévocable de l'Etat. Seulement voilà, tous les régimes successifs, en particulier les deux derniers, TIM et HVM, s'arrogeaient le droit de le piétiner, notamment, en ce qui concerne la laïcité de l'Etat. Des entorses à répétion malmènent la Constitution. L'Etat utilise l'Eglise à des fins bassement politiques et l'Eglise se permet de moraliser les dirigeants politiques. Le geste du président de la FJKM, peu avant la proclamation officielle du scrutin du deuxième tour, en est l'illustration.

Il est grand temps que les choses se normalisent. L'Etat républicain de Madagascar mérite de retrouver sa lettre de noblesse. Une cérémonie républicaine n'est pas une cérémonie religieuse. Pasteurs, prêtres ou « mpiandry » de tout acabit doivent se limiter ou se cantonner dans leurs paroisses respectives. Qu'ils ne s'ingèrent plus dans les affaires publiques sinon de l'Etat. Et inversement, que l'Etat sache se conduire vis-à-vis de l'Eglise. Les dirigeants politiques doivent mettre un terme à ce clientélisme religieux ! Que l'Etat et l'Eglise s'interdisent de toute immixtion.

Vive la République laïque !

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Week-end de Pâques - 1 mort, plus de 80 consultations
  • Port et détention illégale d’armes - Arrestation d’une ancienne députée
  • Couple présidentiel à Antanifotsy - Une fête pascale sous le signe de la générosité et de la simplicité !
  • Toamasina - 40 kg d’héroïne saisis sur la route nationale 5
  • Décentralisation effective et suppression du Sénat - Andry Rajoelina demande l’avis du peuple
  • Ville de Toamasina - A la merci des émanations gazeuses suffocantes
  • Concours ENMG - D'autres têtes risquent de tomber
  • Nosy Be - La décision de la Justice bafouée par des autorités
  • Gestion et recensement du personnel de l'Etat - Ultimatum d'un mois pour tous les ministres
  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés

La Une

Editorial

  • Retour sur terre
    La petite semaine de ferveur de Pâques prend déjà fin. Après avoir été « dans les nuages », on redescend sur terre. Les choses sérieuses attendent. Malgré que les célébrations des fêtes de Pâques n’atteignent pas le degré d’exultation de celles de Noël, elles ont quand même réussi à remplir leur contrat. Eglises et temples ont été pris d’assaut et les … affaires des commerçants, tout gabarit confondu, n’en déméritent pas. Normalement, les réjouissances de Pâques devraient revêtir une importance capitale parmi les chrétiens du fait qu’elles sont les seules fêtes inscrites et recommandées par Dieu dans les Saintes Ecritures judéo-chrétiennes ou la Bible. Les seuls « Jours de réjouissances » où chrétiens et juifs (judaïsme) célèbrent ensemble, à leur manière chacun, ces « andro firavoravoana ». Par contre, les célébrations de Noël, telles qu’on assiste dans les temples et églises, sont pour la plupart de pures inventions dans l’imaginaire des hommes. La Bible n’a jamais…

A bout portant

AutoDiff