Publié dans Editorial

Tanà à plaindre !

Publié le vendredi, 08 février 2019

Les tananariviens seraient-ils les damnés de la Terre ? Les Malagasy ainsi que les diverses nationalités résidant à Antananarivo auraient-ils fait un mauvais choix ou auraient-ils eu la mésaventure d'habiter la Capitale de Madagascar ? Réellement, c'est la galère de tous les jours ! Insécurité et insalubrité dans tous les états sont le pain quotidien des citoyens de la Capitale.

Antananarivo, la seule Capitale en Afrique voire dans le monde où il existe deux institutions policières (Police municipale et Police nationale) alors que la Ville succombe sous le diktat des gangs de tous les acabits ainsi que sous l'emprise de l'anarchie et de l'incivilité. Les bandits imposent leur loi. C'est un risque mortel de s'aventurer dans les ruelles dès la tombée du jour. La loi de la jungle sévit de jour comme de nuit.

La circulation des hommes et des véhicules s'avère un parcours harassant de combattant. Il est pratiquement impossible de circuler au centre de la Ville. Les bouchons sévissent à tout moment, en tout endroit. L'état délabré, au stade avancé, des rues complique sérieusement le trafic et les nids de poule voire d'autruche qui crèvent partout les chaussées n'arrangent pas du tout le calvaire des conducteurs pris au piège à Tanà.

Les odeurs nauséabondes émanant des saletés ordurières et les défécations humaines qui jonchent partout, polluent lourdement l'atmosphère. Les sujets allergiques aux poumons fragiles souffrent d'asphyxie. Et même les individus supposés costauds supportent mal l'air empoisonné surtout en cette période de chaleur caniculaire.

Le tracé des égouts de la Ville des Mille datait de l'époque coloniale. Depuis, aucune sérieuse réparation n'a jamais été entreprise. Aux moindres flottes, c'est le déluge apocalyptique ! La panique générale. Les rues pratiquement inondées d'Anosikely à Ampefiloha, en passant Isotry, par Analakely, par Behoririka, par Antanimena, par Besarety et ... partout, ne sont plus d'aucune utilité. Elles présentent même des dangers mortels. Sans parler du drame des bas-quartiers où l'eau envahit les pauvres maisons d'habitation à chaque saison des pluies. Bref, c'est un exercice inhumain de vivre à Tanà. Une ville à plaindre !

Et on s'interroge forcément « y a-t-il quelqu'un là-haut gérant la Cité ? » Les lustres d'antan s'évanouissent au fil des années. A ce rythme, la belle Capitale de Madagascar serait méconnaissable, à plaindre !

Les édiles de la Ville s'illustrent par leur incompétence à contrôler la situation. Mme le Maire Lalao Ravalomanana plafonne. L'ombre de son conseiller spécial de mari plane trop sur sa tête à tel point que sa marge de manœuvre se réduise à ...néant. Elle n'a pas, non plus, l'étoffe d'un leader capable de diriger une Cité de la taille d'Antananarivo. Pauvres de nous Tananariviens !

Non seulement, Tanà se fait plaindre pour des raisons aberrantes liées à l'ineptie et à l'incurie des élus, censés gérer les affaires de la Cité, mais elle est victime d'une certaine braderie. La plupart des espaces ou terrains, en plein centre de la Ville, sont tour à tour cédés à des particuliers. Des Chinois et des Indiens, par le biais des prête-noms,

« saccagent » sinon « pillent » les meilleurs terrains domaniaux de la Ville des Mille. Au rythme actuel de ces insanités, les Malagasy résidant à Tanà seraient des étrangers sur les terres de leurs Ancêtres.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale

La Une

Editorial

  • Le sacrifice à payer !
    Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs…

A bout portant

AutoDiff