Publié dans Editorial

Perspectives motivantes

Publié le dimanche, 28 avril 2019

Au terme des cent jours de l’exercice de ses fonctions au sommet de l’Etat, Rajoelina a convié le peuple au Palais des sports Mahamasina pour marquer ensemble l’évènement, le dimanche 28 avril 2019. Au-delà d’une simple volonté de se rencontrer et le plaisir de se congratuler pour avoir franchi le cap des cent jours, les deux parties, Rajoelina Andry et le peuple acquis à la cause de l’IEM, ont mis à profit le meeting d’hier pour voir ensemble les efforts consentis dans le cadre des Velirano et retracer le chemin à parcourir.

19 janvier- 29 avril, le compte est bon ! Cela fait exactement 100 jours, au jour d’aujourd’hui, que Rajoelina, le nouveau Président de la République, avait pris les rênes du pouvoir. Une étape décisive dans les efforts de jeter les bases d’un Etat de droit. Un tournant délicat afin de pouvoir se diriger ensemble vers l’objectif fixé à savoir le démarrage de tous les grands chantiers prévus dans l’IEM . Et enfin un jalon incontournable vers  le rayonnement de Madagascar.

Les détracteurs du régime n’ont de cesse dénigrer les tenants du pouvoir  en particulier l’homme fort du pays. Ils applaudissent chaudement le moindre écueil comme c’est le cas récent de l’avis défavorable émis par la HCC. En fait, le juge constitutionnel botta en touche le projet de référendum faisant l’objet d’un décret pris par le Gouvernement en Conseil des ministres le mercredi 24 avril. Ce décret, en question, appelle les citoyens électeurs à s’exprimer sur  la révision de la Constitution voulue devant aboutir à la décentralisation effective, une pierre angulaire du développement à la base. Selon l’avis de la HCC, le décret référendaire pêche par un vice de procédure. La haute institution d’Ambohidahy juge qu’il fallait associer les Chambres parlementaires dans toute démarche de refonte de la loi fondamentale. Il faut le notifier que les hauts conseillers, passés maitres dans l’art de tourner en bourrique le peuple, nous conduisent dans le labyrinthe des « considérants » inintelligibles pour faire avaler la couleuvre. Rajoelina Andry, en tant qu’homme qui respecte l’Etat de droit et  par respect du principe de séparation des pouvoirs se plie. Mais ce n’est que partie remise ! Il entend assumer jusqu’au bout sa responsabilité, et ce, pour mener à bon port sa mission. Il ne dévie point des objectifs engagés. A bon entendeur salut !

Bien que l’élan de Zandry Kely soit, un tant soit peu brisé, la détermination d’aller de l’avant n’a jamais été écornée. On garde coûte que coûte le cap. Au Palais des sports Mahamasina, hier, à l’allure d’une convention nationale à l’américaine et en dépit du coup fourré d’Ambohidahy, l’ambiance a été au beau fixe.  

Le Chef de l’Etat, très à l’aise à travers son intervention, parcourait les efforts consentis durant les cent jours de son avènement au pouvoir. Echaudé à bloc d’un sentiment de fierté et d’humilité, le jeune président, pas comme les autres, énumère les grands chantiers qu’on a pu démarrer en 100 jours « seulement ». Une prestation unique !

A l’entendre, le Président de la République, l’assistance  venue nombreuse au Palais de Mahamasina, plein comme un œuf se voit animée d’un vif espoir. Il a été franc et transparent. La foi en l’avenir est désormais permise. De perspectives motivantes !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff