Nos archives web

Riana Andriamandavy VII, Maharanty Jean de Dieu,  Henri Rabary-Njaka, Rasolofonirina Beni Xavier, Andriambololona Sehenosoa, Rasoazananera Marie Monique…On aura remarqué que les personnalités HVM qui ont été avancées par le Président de la République pour siéger dans le Gouvernement Ntsay Christian ne sont autres que celles qui ont été les plus honnies du moment. Tout se passe comme si Hery Rajaonarimampianina, dans son casting, a sciemment choisi ses plus mauvais éléments, ceux qui sont les plus aptes à provoquer une réaction négative généralisée et ce, en vue d’entretenir, voire attiser  la crise actuelle. 

Il faut savoir en effet que, si selon la Constitution, c’est le Premier ministre qui devrait proposer les noms des candidats-ministres et c’est le Chef de l’Etat qui les nomme, c’est plutôt le contraire qui s’est produit lors de la dernière formation du Gouvernement, du moins en ce qui concerne les ministres issus du camp du HVM.  Et dans cet exercice, bien que ce parti présidentiel compte dans ses rangs des personnalités de loin moins controversées, lesquelles auraient très bien pu être tolérées par l’opinion publique, le Président de la République a sciemment choisi de piocher en partant du bas du tableau, c’est-à-dire parmi des personnalités les plus contestées de son camp. Un drôle de casting qui n’a d’autres buts que de mettre du plomb dans l’aile de l’actuelle équipe gouvernementale et de conduire le Premier ministre Ntsay Christian vers un échec retentissant. Ce qui éclaboussera dans la même foulée le MAPAR duquel ce dernier est issu, ainsi que bien évidemment, le fondateur de cette plateforme.

A nouveau, la portion de route passant à Ampasimadinika, District de Brickaville, a été le théâtre d'un drame routier, tôt hier matin. Deux poids-lourds, notamment des semi-remorques étaient entrés en collision frontale sur une voie en pente et pleine de lacets. Les deux chauffeurs ont perdu la vie dans cet accident, tandis qu'au moins 4 autres personnes qui se trouvaient dans les mastodontes, furent grièvement blessées. Le choc fut apocalyptique, du moins selon tous ceux qui ont assisté à la scène.

Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent

Publié le vendredi, 15 juin 2018

Le ridicule ne tue pas. Prenant au mot cet adage bien connu, des politiciens véreux tentent de faire entendre leur voix peu audibles dans le milieu malagasy. Mais contrairement à la majorité de la population, ces politiciens peu crédibles manœuvrent pour que le pays s'enlise encore un peu plus dans la crise. Une crise née, rappelons-le, par le vote teinté de corruption au sein de l'Assemblée nationale et relatif à l'adoption des lois électorales.

Kidnapping de « Karàna » - Les confidences d’une victime

Publié le vendredi, 15 juin 2018

C’était un lundi Matin. Kessaria Houssenaly était sur le point de rejoindre son bureau, du côté de Toamasina, quand des hommes armés ont essayé de le kidnapper. La tentative a pourtant échoué suite à la résistance de la victime, quoi que celle-ci ait fini par des blessures et un traumatisme. Trois années plus tard, la victime se porte mieux et a décidé de foncer dans l’humanitaire.

Lalam-pirenena faharoa - Kamiao roa nifandona, maty avokoa ny mpamily

Publié le vendredi, 15 juin 2018

Mpamily roa no namoy ny ainy, olona maro naratra mafy tamin’ny lozam-piarakodia niseho tao Ampasimadinika, lalam-pirenena faharoa mampitohy an’Antananarivo sy Toamasina. Omaly maraina tokony ho tamin’ny 10 ora teo no nitrangan’ny loza, fiara lehibe roa no nifandona nahatonga izany. Samy nitondra entana avokoa ireo kamiao ireo, izay avy any Antananarivo sy Toamasina. Niala lalana ny iray ary nivadibadika nilatsaka any an-kady avy hatrany, ny iray kosa nivadika ary nibahan-dalana ka tapaka tanteraka ny lalam-pirenena faharoa iny nandritry ny ora maro, omaly alakamisy.

Au boulot !

Publié le vendredi, 15 juin 2018

Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

Le Président Hery Rajaonarimampianina rejoint la longue liste des présidents dont le mandat a été écourté par la force des choses. Sanctionné par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), le premier Président de la Quatrième République doit en effet organiser des élections anticipées durant la période sèche de l'année en cours. Exit donc le mois de novembre défini dans la Constitution à moins que les proches du président s'entêtent à défier la HCC en envisageant même de reporter à l'année prochaine ces élections présidentielles.

Comme nous l'avons dit dans l'une de nos précédentes éditions, l'affaire concernant un meurtre survenu le 12 mai chez le journaliste Maurice Tsihavonana, a été entendue au Parquet d'Anosy, hier. Lui-même et certains membres de sa famille dont sa fille, sortaient libres de ces auditions par le 1er substitut au procureur. En réalité, le rendez-vous d'hier n'était pas vraiment un déferrement mais il était plutôt consacré à une confrontation directe entre les deux parties adverses dont on retrouve les plaignants, c'est-à-dire les enfants de Maurice Rakotomalala, la victime dans l'une d'elles.

Tout chemin…

Publié le vendredi, 15 juin 2018

Rome, la ville éternelle, fascinait depuis la nuit des temps. Cette Cité-Etat, Capitale de l'empire romain, abrite le millénaire Etat-Cité de Vatican où chaque catholique aspire à y effectuer, au moins une fois dans sa vie, un pèlerinage. Partout où il se trouvait, il pouvait toujours rejoindre Rome. Tout chemin mène à Rome ! Seulement voilà, à chacun sa « Rome » !

Rien ne va plus dans la famille du Hery vaovao ho an'ny Madagasikara qui se trouve actuellement éclaboussé par une nouvelle guerre de tranchées entre ses différentes ailes. La nomination d'un nouveau Premier ministre et la formation d'un nouveau Gouvernement a laissé des séquelles au sein du parti au pouvoir à Madagascar. Dans le giron du pouvoir, l'heure n'est pas à la fête. Entre les membres du HVM, la guerre est latente. L'on s'insulte sous la cape et on s'envoie de jolis noms d'oiseau.

Fil infos

  • Permis biométrique - Mahafaly Olivier doit répondre de l’arnaque du siècle
  • Calendrier électoral - Le Premier ministre entretient le flou
  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »

Recherche par date

« June 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Editorial

  • Problème d'éthique !
    En 15 +2 jours de la nomination du Premier ministre de consensus (PMC), la situation politique malagasy n'a rien évolué. Nommé le 4 juin 2018, Ntsay Christian n'est pas encore sorti de l'auberge. En dix jours d'existence, le Gouvernement tente, tant bien que mal, de démarrer.Sur la Place du 13 mai, la tension ne baisse pas.

A bout portant

AutoDiff