Nos archives web

Le 5 avril dernier, un individu répondant au nom de T.R. et à l’intention louche a été interpellé et a finalement atterri dans une cellule de détention du poste Pmp 13 de la Gendarmerie à Tsiroanomandidy. L’homme en question est soupçonné d’une affaire d’arnaque, associée au faux et usage de faux. En novembre 2016, il a promis à deux résidents âgés de 23 et de 35 ans de cette ville du Moyen-ouest la possibilité d’un recrutement  à des postes de fonctionnaire. 

Casting « G5 » - Premier prime pour 21 candidats

Publié le vendredi, 07 avril 2017

Ils sont 21 garçons, issus des quatre coins de la Grande île qui participeront ce jour au premier prime de « G5 », le concours de « Boys band ». Le show aura lieu cet après-midi au studio Arena à Ivandry. A l’issue de la prestation des candidats, deux d’entre eux seront éliminés. Après le dernier casting qui s’est tenu mercredi dernier, les garçons ont bénéficié d’une formation sur la voix et la danse. Une rude épreuve attendra les candidats ce samedi, puisqu’ils sont actuellement presque au même niveau, selon les membres du jury.

Jean Emilien - Un dernier hommage dans la Capitale

Publié le vendredi, 07 avril 2017

Le monde entier s’est démené pour honorer Jean Emilien, un des plus grands représentants de la musique populaire. Le devant de la « Tranompokonolona Analakely » a été truffé de monde et de tristesse, hier matin. Beaucoup de gens sont venus rendre un dernier hommage à Jean Emilien Rakotonandrasana. Sa dépouille a quitté la Capitale pour rejoindre Fianarantsoa. Public, artistes, sont venus très nombreux pour cet adieu. Le Premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly a été également présent sur les lieux. Il a été accompagné de quelques-uns de ses ministres.

La deuxième édition des rencontres économiques « African Business Connect » s’est tenue hier à l’hôtel Carlton, Anosy. Il s’agit d’une mission qui s’inscrit dans la nouvelle dynamique des relations bilatérales insufflée par la visite officielle de Sa Majesté le roi Mohammed VI en octobre 2016. Après le Rwanda et la Tanzanie,

 

Depuis plusieurs semaines, les choses se précisaient pour Air Austral qui restait dans le sprint final, au coude à coude avec Ethiopian Airlines, pour un partenariat avec la compagnie nationale de la Grande Ile. Le président directeur général d’Air Austral, a tenu à faire ce matin un point d’étape sur ce dossier qui a connu une évolution significative il y a 48h avec la désignation d'Air Austral comme futur partenaire de la compagnie malgache, avec laquelle elle est entrée en négociations exclusives. 

A bout du 037 avril 2017

Publié le jeudi, 06 avril 2017

Jusqu’à 2 400 ariary le kilo à Antananarivo. Le prix du riz ne cesse d’augmenter ces derniers jours, tant chez les grossistes que chez les détaillants. En fait, le  « vary gasy » s’acquiert actuellement à 2 100 ariary le kilo, contre 1 900 ariary à la fin mars, tandis que le riz « makalioka » se vend à 2 200 ariary contre  2 000 ariary il y a 2 semaines. Même le riz importé a aussi connu une hausse de 200 ariary par kilo, soit un prix affiché jusqu’à 2 400 ariary pour le riz de luxe. « Nous n’avons jamais vendu le "makalioka" au-delà de 2 000 ariary le kilo et ce depuis des années. Mais maintenant, nous en sommes contraints puisque les grossistes ne cessent de réviser à la hausse leurs prix », s’exprime Etienne, parmi les détaillants implantés à Ampasika. Pour leur part, les consommateurs ne peuvent que subir cette hausse, impuissants.  « Nous sommes contraints de réduire la quantité du riz consommée dans la journée. Au lieu d’un kilo par jour pour  4 personnes, nous avons dû soustraire un « kapoaka ». Du coup, nous consommons davantage de manioc et de maïs, notamment au petit déjeuner », témoigne  Henriette, mère de famille résidant à Antanimena.
Non maîtrisée
 D’après les grossistes, la hausse du prix du riz semble non maîtrisée et va s’enchaîner dans les prochaines semaines si l’Etat ne prendra pas de mesures sérieuses. « Les cas de spéculation s’aggravent de jour en jour, surtout suite au passage du cyclone « Enawo ». A cela s’ajoute la hausse de prix des carburants à la pompe. Pourtant, les contrôles semblent insuffisants voire inexistants », nous confie un grossiste d’Anosibe. Effectivement, les autorités compétentes font la sourde oreille et refusent de voir la souffrance des habitants quant à l’inflation actuelle. Celle-ci ne concerne pas non seulement le riz mais touche également la plupart des produits de première nécessité, dont l’huile et même les légumes. Dans certaines régions, le  « kapoaka » du riz atteint 1 000 ariary, soit 3 500 ariary le kilo. C’est le cas dans la Sava, où bon nombre de localités ne se sont pas encore rétablies suite aux ravages laissés par Enawo. Outre le redressement à faire, les populations locales subissent aussi la hausse de prix des produits de consommation.
 Patricia Ramavonirina

Une jeune fille de 14 ans a été assassinée de façon atroce après avoir subi un viol, le soir du 4 avril à Antanimanga dans la Commune urbaine de Bealanana. Depuis, les gendarmes ont interpellé quatre suspects, transférés à Antsohihy.

La Une du 07 avril 2017

Publié le jeudi, 06 avril 2017

Réponse du berger à la bergère. Moins de 24 heures après la très inattendue déclaration du ministre de la Justice, Charles Andriamiseza, dans la nuit de mercredi, la réplique du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) ne s’est pas fait attendre.

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Recherche par date

« November 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff