Actuellement,  Baritsialonina Andriafanantenana Alisoa, le commanditaire local supposé du trafic d’or à l’échelle internationale, est recherché. C’est du moins ce qu’a affirmé la brigade criminelle, hier.  Se sentant traqué, le concerné,  ce haut responsable au sein d’une entreprise privée locale a préféré quitter son travail pour se cacher ailleurs, selon l’information. Du coup, les enquêteurs ont momentanément perdu ses traces. Tout a débuté le 29 novembre dernier lorsque la police a tenu en échec  une tentative par des trafiquants de faire sortir clandestinement 10 kg d’or à l’aéroport d’Ivato. Depuis, les investigations menées par celle-ci ont été de plus en plus approfondies. Finalement, elles ont  permis de remonter la piste de ce dirigeant de société. 

Publié dans Société

Une question de qualité. Madagascar importe plus d’un million de m3 de produits pétroliers par an. A leur entrée aux frontières de la Grande île, « un contrôle rigoureux est effectué pour s’assurer de la qualité des produits », affirme le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (Omh). Toutefois, des clients se plaignent que certains additifs utilisés par les pétroliers nuisent considérablement à leurs véhicules. Les pétroliers utilisent effectivement des additifs pour améliorer la qualité de leurs produits, des substances qu’ils ajoutent avant la commercialisation. Cet additif pétrolier peut être par exemple une solution destinée à augmenter l’indice d’octane d’une essence qui permet de réduire les risques de corrosion du moteur, de lubrifier certaines pièces contribuant à l’amélioration de l’efficacité énergétique ou encore de rendre le moteur moins polluant.  Mais pour les consommateurs, ces additifs n’ont pas toujours les effets voulus.

Publié dans Economie

Le problème entre les membres du bureau national du Syndicat des enseignants-chercheurs de l’enseignement supérieur (Seces) et ceux de la section Antananarivo s’intensifie.  En effet, après que les syndicalistes réunis à l’université d’Antananarivo ont décidé par vote secret la suspension de quelques membres du Seces national, contrairement aux énoncés des responsables, la tension monte entre les deux parties. Hier, le président du Seces national, Dr Dimby Ralambomanana, assisté par les membres de bureau, a tenu à expliquer que cette décision a été illégale.  « Il s’agit d’un verdict sans fondement. Un représentant élu au congrès national avec la participation des syndicalistes, et possédant une structure syndicale, ne peut être suspendu étant donné que cette assise nationale constitue une plateforme  respectant la loi », martèle le Seces national.  D’après les explications, le Seces dans chaque section dispose respectivement des responsabilités à tenir compte. Et il est contraint de les exécuter. De ce fait, les personnes dont les noms ont été cités occupent encore leur poste respectif. La prochaine élection qui définira les nouveaux membres ne se déroulera qu’en 2019 à Antsiranana. En outre, la division au sein de l’université d’Antananarivo a été également mise en exergue. « Les enseignants-chercheurs et les chercheurs-enseignants ont  une décision à prendre et des responsabilités à honorer, soit revendiquer leurs arriérés, soit continuer à dispenser des cours.  Il s’agit même d’un droit fondamental.   Actuellement, la section de l’université d’Antananarivo est en pleine délibération », explique le Seces national.  

Publié dans Société

Choqué par la succession d’enlèvements de ces derniers temps, le patronat de Madagascar tape sur la table. Le kidnapping perpétré la semaine dernière sur un homme d’affaires Indo-pakistanais, le bijoutier Kalidas, semble la goutte d’eau qui a fait déborder le vase des groupements professionnels opérant dans la Grande île. Une opération réalisée en plein jour comme celle d’un adolescent à la veille de Noël. « Ces bandits n’ont plus aucune limite, aucun scrupule », lit-on sur le communiqué du patronat. Celui-ci n’y est pas allé de main morte pour pointer du doigt les hautes sphères du pouvoir militaire et politique où se trouveraient les ramifications de la mafia des enlèvements. « Si de hautes personnalités censées nous gouverner ou nous protéger versent dans des pratiques aussi crapuleuses que criminelles, il y a lieu….de craindre le pire », lancent sans la moindre hésitation  les 26 groupements professionnels.

Publié dans Politique

Au Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris, Andry Rajoelina a rencontré hier à la nuit tombante une pléiade  de personnalités toutes curieuses de rencontrer l’ancien président de la Transition. Face à l’assemblée, l’ex homme fort de la Transition était entouré d’une nouvelle équipe composée principalement de jeune technocrates, dynamiques et volontaires ainsi que des éléments les plus compétents de son ancienne équipe.  Devant un auditoire hétéroclite composé de députés français, des investisseurs internationaux ayant des intérêts communs pour Madagascar, ainsi que des Organisations non gouvernementales œuvrant dans la Grande-île, Andry Rajoelina a ainsi longuement défendu sa démarche « Initiative pour l’Emergence de Madagascar ».  Il a été rappelé que l’Iem est une plateforme de concertation rassemblant des experts nationaux et internationaux, des personnalités étrangères, des partenaires stratégiques et financiers, des fonds d’investissements ainsi que toutes personnes de bonne volonté, en vue d’apporter des solutions concrètes à chaque problème. La plateforme ambitionne ainsi d’apporter des idées phares des projets d’envergure comme moteurs de croissance pour le développement des secteurs clés de l’économique impactant sur la vie sociale de la population afin de transformer notre vision en action. 

Publié dans Politique
vendredi, 26 janvier 2018

Etre ou ne pas être

William Shakespeare (1564-1616), auteur de « Romeo et Juliette », le plus célèbre dramaturge que l’Europe n’ait jamais connu et figure éminente de la culture occidentale, se rendit populaire par cette tirade de Hamlet, son œuvre « To be or not to be », littéralement « être ou ne pas être », petite phrase qui traverse le temps et intéresse auteurs et cinéastes, etc. L’ancien président de la Transition, Andry Nirina Rajoelina, entretient le flou sur ses réelles intentions pour 2018. Durant les quatre années de pouvoir de l’actuel locataire d’Iavoloha, il choisit de garder le silence. Il s’était mis à l’écart de la fournaise. De ce fait, les moindres mouvements ou déclarations de sa part sont scrutés. Et l’on se demande tout bas : « va-t-il se porter candidat ou non en 2018 ? ». Etre ou ne pas être partant de la course ? Un quotidien de la place fit la « Une » du journal, le samedi 21 janvier 2018, l’interview que le leader de la Révolution Orange de 2009 lui avait accordée. Le confrère du journal avec qui Andry Rajoelina a bien voulu livrer la primeur de ses pensées attirait l’attention du public par l’annonce prochaine de ses « propositions » afin de porter secours au pays. Andry Nirina Rajoelina, être ou ne pas être candidat ! Tel est donc l’enjeu politique majeur en cette période où l’on entame la ligne droite vers l’élection présidentielle. Sur terrain, certains postulants occupent déjà l’espace. Il y en a même qui s’offre le luxe de se faire une longueur d’avance sans qu’il ait « l’amabilité » de se prononcer clairement et que la règle du jeu n’est même pas définie.

Publié dans Editorial
vendredi, 26 janvier 2018

La Une du 27 janvier 2018

Publié dans La Une

Fil infos

  • Jeter de l’argent par la fenêtre - Une nouvelle récidive du régime ce samedi
  • Andry Rajoelina au forum de l'IEM - « Remplacer le fatalisme par l'optimisme »
  • Atteinte à la sûreté de l’Etat - Rasoamaromaka sort libre de son audition
  • Initiative pour l’Emergence de Madagascar - Plus de 2000 participants au forum international
  • Condamnation de l'écologiste Raleva - Un « chef d'accusation ridicule », selon Amnesty international
  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar

La Une

Recherche par date

« January 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Editorial

  • Les incorruptibles
    Brian De Palma, le célèbre réalisateur américain, mit jour en 1987, le légendaire film « The untouchables » et adapté sur l'écran français « Les incorruptibles ». Interprété sur le plateau par des acteurs mythiques tels, entre autres, Kevin Costner, Sean Connery ou Robert De Niro, Andy Garcia, le film rencontra un immense succès à travers le monde. En gros, c'est l'histoire de la traque du…charismatique mafieux « Al Capone » durant les années trente, à Chicago. Pour venir à bout de sa mission, l'agent Eliot Ness (Kevin Costner), dut recourir au service des hommes répondant aux critères  de sa trempe, à savoir, intraitables et surtout  incorruptibles (untouchables).

A bout portant

AutoDiff