mardi, 13 février 2018

La Une du 14 février 2018

Publié dans La Une

La guerre des dirigeants se propage vers les sections. Après la déclaration  de José Rakotonirina, ancien président de la section du rugby Vakiniadiana, que c’est lui qui est à la tête de cette section, les dirigeants actuels montent au créneau. L’actuel dirigeant de cette instance, dirigée par son président, Patrick Rakotoniaina n’a pas attendu longtemps pour prouver sa légalité au pouvoir. Ce dernier dénonce une usurpation d’identité perpétrée par le président sortant. Ils ont organisé une rencontre avec la presse sportive, hier, munis de leur certificat de conformité émanant du ministère de la Jeunesse et des Sports. Les dirigeants ont aussi confirmé que José Rakotoniriana a été destitué de son poste en tant que membre le 23 juin 2017. Le même jour, une élection d’un nouveau président et une nouvelle équipe, a été organisée sous la présence d’un représentant du Mjs, garant du texte et légalité  du processus du suffrage à Manjakandriana.  Le ministère lui-même a validé l’assemblée extraordinaire suivie d’une élection.

Publié dans Sport

 

Un désaccord entre les transporteurs et le ministère de tutelle. Les nouvelles gares routières d’Andohatapenaka et By Pass devraient être opérationnelles à partir de ce jour. Toutes les coopératives reliant la Capitale et la Rn2, Rn7, Rn1, Rn4 ainsi que Rn6 sont déjà averties de plier bagages et rejoindre leurs stationnements respectifs avant le 13 février, un délai accordé par le ministère de Transport et de la Météorologie. A partir de ce jour, l’embarquement des passagers ainsi que les ventes de tickets dans les stationnements d’Ambodivona et de « Fasan’ny Karàna » seront annulés. Jusqu’à hier, les transporteurs ont refusé de quitter leurs endroits habituels. Ils sont montés au créneau, notamment ceux du « Fasan’ny Karàna », pour contester cette décision.

Publié dans Société

Deux versions différentes. Jusqu’à maintenant, l’interdiction de trafic de la compagnie Corsair est un sujet à polémique. Effectivement, il est expliqué dans le dernier communiqué de presse de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar de lundi dernier qu’ « il y a un peu plus de six mois, l’Aviation civile de Madagascar (Acm) avait accordé à Corsair une autorisation provisoire d’exploiter cette ligne, avec comme condition, l’apport de 17 000 touristes supplémentaires. (…) Or, après une saison d’exploitation, l’apport en touristes supplémentaires de La Réunion est très en deçà de l’objectif fixé ». Après ce constat, le ministre des Transports et de la Météorologie a alors décidé de ne pas renouveler cette autorisation temporaire pour la compagnie.

Publié dans Economie

La succession d’évasions de ces derniers temps soulève les inquiétudes auprès de la population. Une frange de cette dernière n’hésite pas à pointer du doigt l’administration pénitentiaire qu’elle accuse de laxiste. Certains cas d’évasion pourraient être qualifiés ainsi. D’autres pourtant témoignent les conditions de travail dans lequel les pénitenciers de la Grande île accomplissent leur mission. 

Publié dans Société

Un lieu de villégiature privilégié, de réjouissances et d’évasion. La Région de Mantasoa, située à une soixantaine de  kilomètres à l’Est d’Antananarivo, l’est effectivement. Les promoteurs des activités écotouristiques, florissantes dans le coin, ne tarissent pas d’éloges pour vanter les qualités de la localité pour courtiser les visiteurs internationaux et nationaux. Une plaque servant de repère érigée sur un domaine privé affiche les distances des plus grandes villes du monde par rapport à ce point.

Le lac artificiel créé en 1931-1936, la cité industrielle bâtie par l’explorateur français Jean Laborde et son tombeau à l’ancien village d’Andrangoloaka constituent les trois principales attractions de l’endroit. La Première République a construit une résidence d’Etat à l’Est de l’actuelle ville de Mantasoa. De jolies villas et infrastructures suivant les standards internationaux aussi s’incrustent dans le paysage idyllique. La ruée vers les propriétés foncières locales continue de plus belle jusqu’à présent.

Publié dans Politique

Des métiers ingrats. A Madagascar, la recherche d’emploi constitue un véritable parcours du combattant. Les demandes sont largement supérieures aux offres. La difficulté des postulants ne se limite pas à cette étape. Une fois intégrés dans une société, les travailleurs doivent se soumettre à des conditions de travail souvent ardues. Ils doivent également accepter le salaire de base propre à l’entreprise. Dans le secteur de l’enseignement privé, par exemple, les instituteurs gagnent un salaire de misère en dépit des tâches journalières et de la grande responsabilité qui leur sont confiées. Ils dispensent 8 heures de cours par jour, et leur salaire varie de 80 000 à 150 000 ariary. Cela explique le faible pouvoir d’achat de ces enseignants malagasy.

Publié dans Société
mardi, 13 février 2018

Nulle part !

Tel un bateau ivre, le bâtiment battant pavillon « Madagascar » erre dans les vagues en pleine mer. Ayant perdu le cap, sans repère ni amer, le navire tourne en rond nulle part. Le capitaine, le commandant à bord, perd le contrôle. Ne maîtrisant plus la situation, il s’amuse plutôt à des divagations délirantes ou à des gesticulations insanes. Et les passagers à bord, notamment les jeunes, totalement désemparés et désabusés, surtout désorientés, se livrent à des actes irréfléchis voire barbares.

Publié dans Editorial

Des files d’attente auprès des dispensaires et des pharmacies. Madagascar vit actuellement dans une saison plus pénible que les années précédentes. En effet, beaucoup de cas de grippe se sont déclarés et le nombre des personnes affectées ne cesse de s’accroître. Et même les personnes qui ont adopté préalablement des mesures de prévention ne sont pas épargnées. 
« 80 à 90 % des patients qui consultent mon cabinet médical montrent tous des symptômes de grippe, à savoir les frissons, les douleurs diffuses, la fatigue. Ils présentent également des maux de tête et de gorge avec une toux sèche et des éternuements.

Publié dans Société

En piteux état, en ruine, en état de délabrement avancé ! Ces expressions sont faibles pour qualifier la situation des routes à Antananarivo et ses périphéries, en ce moment. Les regards et les reproches se tournent directement vers la commune urbaine d'Antananarivo (Cua) qui restent les bras croisés devant une telle désolation. Pourtant, certaines voies trouées sont juste sous les yeux de l'équipe de la mairie puisque  se trouvent à proximité de l'hôtel de ville à Analakely.

Publié dans Société
Page 1 sur 2

Fil infos

  • Arriérés du sommet de la francophonie 2016 - Des prestataires ruinés par la présidence
  • Affaire Ametis - Le syndicat des agents des impôts monte au créneau
  • Ministère des Finances et du Budget - La gabegie d’un directeur général stoppée net !
  • Droits humains à Madagascar - Le harcèlement des activistes préoccupe Amnesty international
  • Face à l’Iem de Rajoelina - Les pompiers de service du Hvm à la rescousse
  • Vision 2030 de Rajaonarimampianina - Un programme à la va-vite…
  • Suspicion de corruption à l’Enmg - Les Magistrats exigent une enquête
  • Visite dans l’Androy - Rivo Rakotovao en plein … délire !
  • Interview Andry Rajoelina - « Je ne suis pas putschiste… »
  • Soutien à Rajaonarimampianina en 2013 - Andry Rajoelina présente ses excuses aux électeurs

La Une

Recherche par date

« February 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Editorial

  • Alternative crédible
    Andry Nirina Rajoelina, l'ancien président de la Transition, après quatre années d'absence et de silence, revient sur le devant de la scène. « Zandry kely » débarque au « tanindrazana » avec un « voan-dàlana » dans la valise : l'Iem. Après avoir été présentée, pour la première fois, le vendredi 26 janvier 2018 à Paris au Petit Palais, Musée des beaux-arts, l'Initiative pour l'émergence de Madagascar (Iem) fut à l'honneur à Antananarivo (Ivandry) par le soin de son « père fondateur », en la personne de monsieur Andry Nirina Rajoelina.

A bout portant

AutoDiff