Une communication défaillante. C'est ainsi que le Premier Ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana explique l'actuelle décadence du régime Hvm. Entre autres problèmes comme la  sécurité,  la  défense  des richesses  nationales,  la  lutte  contre  la  corruption  et  l'inflation ont été à l'ordre du jour. Le Locataire de Mahazoarivo avait d'ailleurs annoncé que la question de communication sera à l'ordre du jour au cours de cette réunion à huis clos et ce, « afin de mettre en place une stratégie adéquate qui puisse mieux faire connaître les travaux et les engagements de chaque ministère, dans le sens de la redevabilité ». Une phrase qui semble anodine mais égratigne au passage le titulaire du portefeuille ministériel de la Communication et des relations avec les institutions, Harry Laurent Rahajason alias Rolly Mercia.  En d'autres termes, le patron de la Primature met sur le dos de son ministre la mauvaise perception et l'impopularité dont le gouvernement entier fait l'objet en ce moment. Il reconnait qu'il y a eu des lacunes mais que des efforts auraient déjà été réalisés.

Publié dans Politique
mercredi, 14 février 2018

Sine die !

 Arrêté le 20 juin 2017 et condamné à 3 ans d'emprisonnement ferme, pour usurpation de fonction, détention illégale d'armes, complicité de kidnapping et extorsion de fonds, Houcine Arfa Yeres interjeta en appel. Le procès s'est tenu, donc, le vendredi 8 février dernier. Ayant constaté l'absence de l'avocat de la défense, le juge décida de renvoyer l'audience pour le 9 mars 2018. Un renvoi ferme selon les termes du juge. A noter donc que l'affaire relative à l'évasion du 28 décembre 2017 ne figure pas encore au programme. Hourcine Arfa Yeres, ressortissant français, un habitué du cercle fermé de la présidence et conseil spécial, dirait-on, faisait l'objet d'une plainte des Vonjy et Michel Randriamaromanana pour tentative de kidnapping et d'extorsion de fonds. Une affaire de commande d'équipements de surveillance électronique qui aurait tourné mal était à l'origine du litige.

Publié dans Editorial
mercredi, 14 février 2018

La Une du 15 février 2018

Publié dans La Une

Lancée en grande pompe à Paris au mois de septembre 2016, l'Agence Malagasy de développement économique et de promotion des entreprises (Amdp) s'est plongée depuis dans la léthargie. Il est loin le tam-tam autour du lancement de cette agence dirigée par un des conseillers du président de la République, en l'occurrence Hugues Ratsiferana. L'Amdp a pour ambition d'être « un catalyseur d'opportunités, accompagnateur d'initiatives locales et facilitateur de partenariat avec des entreprises étrangères notamment dans l'espace francophone », a résumé le président Hery Rajaonarimampianina lors de la présentation officielle du projet au siège de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Publié dans Politique

Rupture de stock des imprimés, salaire des employés, réfection des routes…  La Commune urbaine d'Antananarivo (Cua) fait face à des difficultés financières. Un mois et demi après avoir remis les dossiers concernant le budget 2018 de la Commune urbaine d'Antananarivo (Cua) à la Préfecture de police, cette dernière n'a pas encore dit un mot sur la légalité de l'acte. Face à cette situation, la Cua travaille depuis le mois de janvier dernier avec le reste du budget 2017. Ainsi, des projets comme la réfection des routes communales sont suspendus. Les employés, à travers le Syndicat des employés de la Commune (Smkar), ont émis des doutes concernantla perception de leur salaire du  mois de février. « Ce sont notamment les employés qui sont les principales victimes de ce conflit entre la Cua et la Préfecture de police », avance Tojo Randrianatoandro, vice-président du Samkar. D'après l'explication des représentants de la Cua, le blocage du budget vient de la Préfecture de police. Cela fait maintenant un mois et demi que le projet de budget primitif y est déjà transféré pour contrôle de légalité. Pourtant, elle n'a pas envoyé son rapport à la Cua. 

Publié dans Société

12 jours après l’enlèvement d’Akyl Cassam Chenaï, le patron de la société Scim à Toamasina, l’Etat-major mixte opérationnel de la Région (Emmoreg) Est a tenu une conférence de presse sur place, mercredi dernier. Les Forces de l’ordre ont alors déclaré que l’otage ainsi que ses ravisseurs sont toujours dans la ville portuaire de l’Est. De son côté, le commandant de la section  de recherche criminelle auprès de la Gendarmerie nationale a fait savoir qu’il n’y a toujours aucune incarcération dans cette affaire. Après une série de perquisition et l’audition de plusieurs personnes, celles-ci ont toutes pu regagner leurs foyers respectifs.  Interrogées à propos de la rançon de 3 millions d’euros qu’auraient demandé les bandits pour le prix de la liberté d’A.C. Chenaï, l’Emmoreg n’a voulu à la fois confirmé, ni infirmé la véracité de cette information.

Publié dans Société

Deux matchs exceptionnels. Comme prévu, les Barea de Madagascar auront deux matches amicaux au programme, le mois de mars prochain. L’un contre le Kosovo (178ème au classement mondial) et l’autre contre le Togo d’Emmanuel Adebayor (127ème). Il est à noter que ces matchs amicaux se dérouleront à Paris (France). En effet, les organisateurs viennent d’annoncer les dates de chaque rencontre. Le match contre le Togo est prévu le mercredi 21 mars à Saint-Leu La Forêt, alors que celui face au Kosovo sera pour le samedi 24 mars à Franconville.  Les deux rencontres amicales internationales ont été concoctées par l’Association « Alefa Barea » en partenariat avec la Fédération Malagasy de Football et la diaspora malagasy dans l’Hexagone.

Publié dans Sport

Coopération Inde - Madagascar. Le secteur primaire, c’est-à-dire l’agriculture, l’élevage et la pêche, occupe plus de 80 %  de la population active malagasy. A cet effet, le développement de ces secteurs aura un impact direct sur la population ainsi que les zones d’activité concernées. Conscient de la valeur de ce secteur, il y a deux ans de cela, Madagascar a signé un protocole d’accord avec l’Inde afin d’entamer une coopération entre les deux pays dans le domaine de l’agriculture et des secteurs associés. Un Groupe de travail mixte sur l’agriculture (Jawg) a également émergé grâce à cet accord afin de garantir un développement effectif de la filière, ainsi qu’une extension vers l’industrialisation à travers les actions entamées. Ces actions se focaliseront particulièrement sur l’amélioration des techniques, comme la promotion de l’utilisation du système de l’irrigation ainsi que des matériels utilisés afin d’apporter une touche de modernité au secteur. La première réunion du Jawg s’est déroulé les 8 et 9 février derniers dans la Capitale.

Publié dans Economie

Fil infos

  • Permis biométrique - Mahafaly Olivier doit répondre de l’arnaque du siècle
  • Calendrier électoral - Le Premier ministre entretient le flou
  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »

Recherche par date

« February 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Editorial

  • Problème d'éthique !
    En 15 +2 jours de la nomination du Premier ministre de consensus (PMC), la situation politique malagasy n'a rien évolué. Nommé le 4 juin 2018, Ntsay Christian n'est pas encore sorti de l'auberge. En dix jours d'existence, le Gouvernement tente, tant bien que mal, de démarrer.Sur la Place du 13 mai, la tension ne baisse pas.

A bout portant

AutoDiff