Un phénomène courant. Bon nombre de femmes célibataires, en couple ou déjà mariées, optent pour l’interruption volontaire de grossesse (Ivg) dans certaines situations. Toutefois, elles en parlent entre amies ou familles sans pour autant assumer « publiquement » leurs actes. Les femmes se taisent, non seulement à cause de la stigmatisation au sein de la communauté mais aussi parce que l’Ivg reste punie par la législation malagasy jusqu’à maintenant. « Selon l’article 317 du Code pénal malagasy, quiconque, par aliments, breuvages, médicaments, manœuvres, violences ou par tout autre moyen, aura procuré ou tenté de procurer l'avortement d'une femme enceinte ou supposée enceinte, qu'elle y ait consenti ou non, sera puni d'un emprisonnement d'un à cinq ans et d'une amende de 90 000 francs à 1 800 000 francs.

Publié dans Société

Après la sécheresse, l'inondation, l'invasion de criquets, les gels, voilà que des insectes ravageurs viennent de s'attaquer au pays. En effet, les agriculteurs souffrent de l'existence des insectes dénommés «  chenille légionnaire ». Ces derniers se nourrissent des plantes comme le riz, le sorgho et principalement le maïs. Après le riz, la culture de maïs est une source de revenus pour bon nombre des Malagasy. Depuis l'année dernière, la production de riz ne cesse de diminuer, et les agriculteurs espèrent combler le vide avec la culture de maïs. Pourtant, depuis le mois de novembre dernier, les champs de maïs sont envahis par ces insectes ravageurs.

Publié dans Société

Lasa fomba ratsy fanaonan’ny mpitondra posiposy bisikileta sasantsasany ao Toamasina ny mitondra entana mitsoaka. Raha ny fanazavana nentin’ny Kaomisera Rakotovao Jean Christian avy amin’ny polisy boriborintany voalohany Toamasina, dia mpitondra posy miisa efatra nitondra entana nitsoaka no voasambotr’izy ireo tamin’ity taona 2018 ity ka efa mifonja ao Ambalatavoahangy avokoa.

Publié dans Malagasy
jeudi, 15 février 2018

Ces caméléons !

Sentant le péril à venir, le Hery vaovaon’ny Madagasikara (Hvm) fait venir à ses… pieds des pirouettes, plutôt, des oiseaux de mauvais augures. L’échéance de novembre approche à grands pas,  pour y arriver à bon port, il faut ménager bien la selle. Au plus bas de l’échelle des sondages, le régime croit fort utile d’appeler à la rescousse les dirigeants des formations jugées sympathisantes à sa cause. Corpuscules dont les membres à la base font même défaut. Ou bien les militants ont vidé le camp depuis des lustres. Soit, ils n’en existent aucun. Seuls quelques membres du bureau font figure de façade.

Publié dans Editorial

Dans le cadre de son plan de transformation « Alefa 2027 », la compagnie aérienne nationale Air Madagascar compte augmenter l’occupation de ses sièges de 30 %. Pour y remédier, Air Madagascar optera donc pour une combinaison tarifaire avec son partenaire stratégique Air Austral. Effectivement, cette stratégie combinera le tarif des deux compagnies. A cet effet, il y aura l’application d’un demi-tarif chez Air Madagascar mais également chez Air Austral. Et cela va même s’étendre sur la mise en place d’un programme de fidélité commun résultant de la combinaison du programme « Namako » de la compagnie nationale à celui de « Capricorne ».

Publié dans Economie

A l’approche de l’échéance électorale, dont la présidentielle, la course aux alliances politiques sera inévitable. Des alliances parfois contre – nature car dictées, le plus souvent, par les intérêts sous toutes ses formes. Dans son communiqué publié avant – hier, le Sefafi ou Observatoire de la vie publique a mis la main sur une triste réalité qui sévit dans le monde politique malagasy en prenant exemple sur l’élection au suffrage direct la plus attendue. Dans la logique démocratique, les deux candidats qui s’affrontent au second tour de la présidentielle doivent chacun présenter des projets de société différents voire antagonistes.

Publié dans Politique

La peste célébrera avec faste ses 120 années de présence à Madagascar ? Les récents propos du Dg de l’organisation mondiale de la santé (Oms),Tédros Adhanon Chebreyesus, tendent vers une réponse affirmative à cette question. Arrivée à Madagascar pour la première fois en 1898, la peste  s’y trouve toujours 120 ans après et fait toujours des ravages. Pour la saison pesteuse de 2018, les autorités sanitaires mondiales émettent leurs craintes en lançant à une épidémie régionale avec comme point de départ la Grande île.

Publié dans Politique
jeudi, 15 février 2018

La une du 16 février 2018

Publié dans La Une

Fil infos

  • Permis biométrique - Mahafaly Olivier doit répondre de l’arnaque du siècle
  • Calendrier électoral - Le Premier ministre entretient le flou
  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »

Recherche par date

« February 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Editorial

  • Problème d'éthique !
    En 15 +2 jours de la nomination du Premier ministre de consensus (PMC), la situation politique malagasy n'a rien évolué. Nommé le 4 juin 2018, Ntsay Christian n'est pas encore sorti de l'auberge. En dix jours d'existence, le Gouvernement tente, tant bien que mal, de démarrer.Sur la Place du 13 mai, la tension ne baisse pas.

A bout portant

AutoDiff