Le carré final du Top8 Coupe du Président, édition 2018, sponsorisé par Telma Madagascar, est connu. La première affiche opposera  la Gendarmerie Nationale Basket ball (GNBC) au Club Omnisport des Forces Armées (Cosfa). Un choc qui promet sûrement. Deux équipes habituées de la compétition n’ont laissé aucune chance aux nouveaux venus de la N1A à savoir, la Sôma Beach Basket ball (SBBC) Boeny et le Cosmos Diana. Ces derniers viennent de décrocher leur montée en N1A à l’issue des Play-offs tenus à Toliara cette année.   Les bérets noirs se sont qualifiés en demi-finale face à SBBC avec l’art et la manière. Cette formation du Vakinankaratra était en mode rouleau compresseur et obtient son sésame en humiliant son adversaire (79-49), au score final. 

Publié dans Sport

Pendant un certain temps, la Capitale a vécu au rythme des braquages spectaculaires. Mais la Police n’a pas chômé pour rechercher leurs auteurs. C’était dans pareilles circonstances que des éléments de l’Unité d’intervention rapide (UIR) de Tsaralalàna ont pu mettre la main sur le surnommé « Ra-Co » chez lui à Volosarika Ambanidia, tôt le matin du 12 avril.  Selon une information policière, cet homme a participé dans de nombreux braquages, à savoir celui qui s’est produit le matin du 21 mars. A cette date, un agent de recouvrement fut la cible et fut dépossédé de la somme de 30 millions d’ariary, prévue être versée à la banque. Ra-Co aurait également été impliqué dans un vol de 384g d’or à Avaratr’Ankatso, le matin du 31 mars dernier. Il faut préciser que la victime de ces forfaits est la même personne.

Publié dans Société

A l’approche de l’échéance électorale prévue notamment pour la présidentielle cette année 2018, les candidats officiels et non officiels commencent à se dévoiler. A ce sujet, Hugues Rajaonson, en sa qualité d’observateur de la vie économique et politique du pays, a accepté de nous donner son opinion sur le profil idéal du futur président malgache. Interview !

La Vérité : Selon vous, quelles seraient les qualités d’un Président de la République idéal ?

Hugues R : A mon avis, la personne qui mérite d’être le Président de la République de Madagascar doit être un vrai malgache. Ce n’est pas question de couleur de peau. Qu’il soit Karàna, Chinois ou Vazaha. Il (ou elle) doit avoir la nationalité malagasy et vivre comme un vrai malagasy. C'est-à-dire connaître les Malagasy sur tous les plans. Connaître tous les recoins de la Grande île, pas seulement Antananarivo ou Toamasina, mais les zones reculées comme à Kandreho, Nosy Varika, Manja etc. La personne doit aussi savoir anticiper la réaction d’un Bara ou d’un Tanala à un moment donné, leur façon de pensée de manière à être capable de connaître ce qui est bien ou pas pour une communauté du sud ou du Nord. La personne doit également avoir pu visiter toutes les parties de la Grande île

 L.V : Un peu comme le défunt Professeur Albert Zafy alors ?

H.R : Le Professeur Zafy a, certes, fait un Mada Raid mais je pense plutôt à Ratsimandrava Richard comme un bel exemple. Il a déjà pu voir les moindres recoins du pays mais les lieux les plus inimaginables. Il est aussi doté d’une grande humilité à l’image d’un vrai malgache, c’est-à-dire est à l’écoute, reconnait ses erreurs, accepte les critiques et accepte de recevoir des ordres.

 L.V : Des ordres de qui ?

H.R : Des ordres du peuple, bien sûr ! Quand le peuple dit que le riz est trop cher et qu’il a besoin de riz, par exemple, le Président doit se débrouiller pour lui fournir du riz. Il ne faut pas oublier qu’un Président s’est vu remettre le pouvoir par le peuple donc il n’est pas en possession du pouvoir mais est un simple exécutant. Cela est valable pour les autres postes comme les Ministres. Par définition, un Ministre est un serviteur et non quelqu’un qui se vante et klaxonne partout où il va pour forcer les gens à lui laisser le chemin.

Il faudrait également changer totalement les lois et le système judiciaire à Madagascar. Il en est de même pour le recrutement des militaires. Il faudrait, par exemple, déterminer les critères à exiger pour un militaire. Cela exige une mentalité particulière pour chaque métier. Certes, personne n’est parfait. La personne doit également s’entourer des bonnes personnes et non de n’importe qui !

 L.V : Cela veut dire qu’il ou elle doit s’entourer de techniciens ?

H.R : Pas uniquement de techniciens mais des anthropologues, par exemple, et d’autres personnes spécialistes dans toutes les dimensions. 

Le Président doit aussi avoir un projet bien élaboré et devrait nommer un Premier Ministre qui n’est pas issu du même parti politique que lui. Ce dernier devrait donc exécuter la politique déjà prédéfini par le Président. Nous n’avons pas non plus besoin de députés ni de sénateurs. Chaque région doit tout simplement nommer des  « Olobe » qui n’ont pas encore eu affaire à la politique. Une personne qui est capable de réaliser toutes ces propositions est pour moi le Président idéal mais un individu qui se dit chrétien ou qui a des diplômes ! 

 L.V : Pourquoi dites – vous qu’on n’a pas besoin de députés ni des sénateurs ?

H.R : C’est surtout par rapport à l’entourage du ou des candidats. Car se sont forcément les gens de son entourage qui vont devenir députés ou sénateurs. Des gens qui n’attendent qu’à avoir des postes. Pourtant, les gens n’ont pas besoin d’eux.

On doit également se tenir à l’écart de la communauté internationale comme les Nations Unies, la Banque Mondiale ou encore le Fonds Monétaire International. On doit se concentrer sur le développement du pays d’abord avant de se tourner vers les étrangers. (A suivre).

Propos recueillis par  Sandra Rabearisoa

Publié dans Politique

Dans une nouvelle vidéo qui nous est parvenue, Houcine Arfa s’adresse directement à Hery Rajaonarimampianina. La séquence, d’une durée de 5 minutes 26 secondes, a été tournée visiblement au parloir d’une prison. On y voit l’ancien conseiller en sécurité du Président malgache en pull gris (cf. photo), alors que dans la première vidéo diffusée la semaine dernière par certaines stations de télévision locales, il est en jaune. Nous publions ci-après une transcription fidèle des propos tenus  à cette occasion par le  célèbre évadé des geôles de la maison de force de Tsiafahy.  « Bonjour Monsieur le Président Rajaonarimampianina. Vous me reconnaissez je suis votre conseiller à votre propre sécurité, à la formation de votre garde présidentielle Je suis en prison depuis 6 mois dont plus de 5 mois passés à Tsiafahy et un mois à Antanimora Tsiafahy où j'ai pu comprendre que j'étais un meurtrier, que j'étais un assassin émanant du palais de tous les services qui vous entourent tous les conseillers qui vous ont raconté une histoire qui n'existe pas, je pensais que vous me connaissiez un petit peu mieux parce que moi je vous connais Monsieur le Président, et je sais que vous êtes un homme qui ne fait pas de mal, sauf qu'aujourd'hui vous l'avez fait. Vous avez écouté, Hervé, Nicole, Mbola. Vous avez écouté certains généraux qui sont de très mauvais conseillers.

Publié dans Politique

Le maire de la Commune urbaine de Mahajanga a déjoué les pronostics. Il ne cèdera pas son fauteuil. Enfin, pas de sitôt. Mokhtar Andriantomanga reste le Maire de sa ville. 

Mokhtar Andriantomanga, maire de la Commune urbaine de Mahajanga peut conserver son fauteuil. Il vient d’échapper à l’épée de Damoclès que le régime Hvm faisait planer sur sa tête. En effet, suite à un vote de destitution effectué hier, le maire a échappé au sort qui lui était réservé par certains conseillers communaux frondeurs.  A l’issue du vote, les résultats confortaient plutôt le maire dans son fauteuil. 10 conseillers sur les 19 que compte le conseil municipal ont opté pour son maintien au cours d’une séance extraordinaire tenue dans la matinée d’hier au siège de la municipalité. 09 conseillers municipaux ont voté pour cette destitution. La majorité requise pour entamer la procédure de suspension n’étant pas acquise, Mokhtar Andriantomanga reste donc le maire de la commune urbaine de Mahajanga.

Publié dans Politique
vendredi, 13 avril 2018

L’éternel otage

 A la fin des années 70, le peuple américain, à l’époque du président Jimmy Carter,  vivait l’un des pires moments de son existence. En effet, le 4 novembre 1979, 400 étudiants prirent d’assaut l’ambassade américaine à Téhéran et réussirent à prendre en otage les 52 membres du personnel auxquels s’ajoutèrent trois autres pris dans les locaux du ministère des Affaires étrangères. Ils ne seront libérés que le 20 janvier 1981 soit 444 jours de captivité. Pour rappel, l’élément déclencheur de cette grave crise fut l’hospitalisation du Shah d’Iran Mohammad Reza Palhavi, réfugié au Mexique, à New-York le 22 octobre 1979.

Publié dans Editorial
vendredi, 13 avril 2018

La Une du 14 avril 2018

Publié dans La Une

Fil infos

  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente

Recherche par date

« April 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Editorial

  • Banale stratégie… !
    A la Une du journal que vous tenez à la main, il y a une semaine de cela, il a été fait mention « Scission au sein du HVM- Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle !» (La Vérité du 11 juillet 2018). En vérité, La Vérité de par sa pertinence et sa perspicacité à étaler au grand jour sinon tout haut ce que d’autres susurrent tout bas, n’hésite point à scruter et à dénoncer des « non-dits ». Car « toute Vérité est…bonne à dire ». Dans la réalité des faits, la scission au sein du HVM n’est plus un secret pour tous. Ce « grand » parti aux pieds d’argile vit mal sa croissance et sa…puissance. En effet, une grave crise de croissance bouillonne et mine l’intérieur du parti. Une crise de leadership que le noyau dirigeant de ce parti fondé, à la hâte, par le candidat de substitution  Hery Rajaonarimampianina, ne parvient pas à…

A bout portant

AutoDiff